Navigation – Plan du site
nécrologie

Séverin Cécile Abega

(1955-2008)
Julienne Ngoundoung Anoko et Jean-Pierre Warnier
p. 395-398

Texte intégral

1Les trompettes de la renommée claironnaient son nom de Kribi au lac Tchad sans guère l’émouvoir. Au Cameroun, son théâtre était joué par la troupe nationale, mais aussi dans des festivals internationaux. Ses textes littéraires étaient au programme de l’enseignement secondaire. Ses ouvrages savants (dont un manuel d’anthropologie, 2007) inspiraient les cours universitaires. De Marseille à Leyde en passant par Paris et Bruxelles, la fanfare était plus discrète. Jusqu’au présent Requiem !

2Dans une revue savante, c’est l’œuvre dite « scientifique » qui doit retenir l’attention. Mais peut-on l’isoler du reste sans dépecer post mortem celui qui fut « Écrivain-anthropologue-chercheur-peintre-enseignant » comme l’indique, à juste titre, le faire-part de ses obsèques ? Abega écrivait comme on respire. Même la nuit. Même dans ses rêves. Il était, disait-il, « d’abord et avant tout un narrateur », formé par sa grand-mère à l’art de raconter des contes en compagnie des autres enfants agglutinés le soir sur le lit de l’aïeule. Entre joutes oratoires et veillées de contes, échanges de bandes dessinées et lecture des feuillets épars de livres déchiquetés, son addiction à la lecture et à l’écriture s’est construite dès l’enfance sur quelques fortes convictions : la démystification des hiérarchies, la recherche de la vérité et de l’équité entre tous les humains quels que soient leur sexe, leur origine, leur rang, leur condition. Avec un humour féroce, il dénonce les maux de la société camerounaise dans le recueil de nouvelles Les Bimanes (1982), étudié dans les lycées et collèges de son pays.

3Il était amoureux des langues et du langage, du bon mot, des tournures de phrases, du trait d’esprit, de l’innovation lexicale, ce qui lui valut d’être décoré des Palmes académiques françaises. À cinquante-deux ans, il laisse une œuvre impressionnante dont douze livres d’anthropologie alimentés par ses talents d’observateur, de narrateur et d’écrivain, ainsi que dix-huit romans, nouvelles, recueils de contes, articles et pièces de théâtre.

4Son premier livre savant, L’Esana chez les Beti (1987) fut tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 1984 à l’Université de Yaoundé. Inspiré du structuralisme, c’est une étude de la danse exécutée lors du deuil d’un homme. Il fallut attendre huit ans avant de voir paraître une deuxième étude savante, alors que sa production littéraire était ininterrompue depuis 1980. Cela dit, cette deuxième étude, les Contes d’initiation sexuelle (1995) inaugure une thématique — celle de la sexualité — qui s’est inscrite peu à peu au cœur d’une analyse des rapports de « genre » et des rapports politiques au Cameroun. Chez les Beti, les rituels de la sexualité — masculins et féminins — façonnent l’image du corps à partir de ses formes, de ses couleurs, de ses proportions, mais aussi de ses performances et de ses émanations, notamment sonores. Le corps est un objet sexuel attrayant qui motive une frénétique recherche de plénitude sexuelle.

5Son ouvrage de 2007 — Violences sexuelles et l’État au Cameroun — poursuit cette réflexion, sous le signe de l’explosion du taux de prévalence du vih partout dans le pays. Ce que révèle ce phénomène, écrit Abega, c’est moins un problème de santé publique qu’une impasse politique — celle, pourrait-on dire, des politiques du corps. Le corps des jeunes, des filles, des femmes, mais aussi des garçons et des hommes est soumis à l’emprise de la police, des gendarmes, de l’administration, du « corps » enseignant, du « corps » médical — pour l’essentiel du personnel d’État — mais aussi des riches, des religieux, et des parents qui instrumentalisent la sexualité des filles mais aussi des garçons. Le personnel d’État est au cœur de ce dispositif. D’où cela vient-il ? D’abord des choix politiques sécuritaires et autoritaires faits à l’indépendance. En amont, l’emprise coloniale a repris à son compte un contrôle des corps et de la sexualité qui lui était antérieur, ainsi qu’une valorisation dont témoignent les Contes cités plus haut. En amont encore, on trouve l’impact de la traite qui se prolonge de nos jours dans celle des enfants (2005).

6« Je ne suis pas un penseur de l’État », écrit-il, et ce n’est pas de l’État qu’il attend quoi que ce soit, mais de la Société civile (1999, 2007) foisonnante, émiettée, et qui se cherche à tâtons, ainsi que du militantisme de la plume, du théâtre et du spectacle. Il manie l’art de la satire burlesque délivrée de sa voix chantante. Ses prises de position et ses compromis ne lui valent pas que des amis. Quelques solides inimitiés, comme il dit, « aident à équilibrer la balance des relations sociales ».

7Ses œuvres de fictions ne sont pas des œuvres « à thèse ». Elles prolongent cependant ses analyses savantes. Le Bourreau (2004), né d’un de ses rêves de rage et de révolte, est une fable burlesque, cruelle et transparente — celle d’un exécuteur des hautes œuvres muni d’un grand sabre, qui met en spectacle des mises à mort collectives auxquelles assistent tous les gens biens de la capitale, chacun à son rang suivant les subtilités du protocole, et qui commentent son art avec une gourmandise d’aficionados. Ils le soudoient pour orienter le traitement infligé à tel ou tel condamné. Il lui arrive une aventure qui tourne mal. Les petites gens respirent, mais son remplaçant est nommé sans délai.

8Le sein t’est pris (théâtre, 1993) dramatise et revendique les droits des vulnérables — les femmes —, en même temps qu’il dénonce « l’absence de l’État ». L’auteur met en scène la diabolique stratégie de survie d’un homme qui perd son emploi, victime de la crise économique et des compressions de personnel. Avec une minutie d’expert en gestion, il organise l’administration de l’intarissable lait qui coule des énormes seins de son épouse. Il s’en fait le geôlier : il tètera en premier, le bébé ensuite et la femme en dernier. Il finit par tuer d’inanition la « poule aux œufs d’or ».

9Les Pygmées — autre peuple marginalisé — retiennent son attention dès les années 1990, dans leur Droit à la différence (1998), leurs connaissances fines de l’environnement sylvestre (1999), leur capacité à initier d’autres peuples aux Choses de la forêt (2000) et leur Marginalisation (2007).

10Sa vie fut un choix : habiter et travailler au Cameroun. L’Université Catholique d’Afrique centrale lui offre des conditions favorables. Les contrats avec l’ird, le bit, onusida, l’oms, la Banque Mondiale, Care Cameroun, l’unesco, etc. alimentent la cagnotte de ses programmes de recherche. Il mobilise étudiants, thésards, post-doctorants et chercheurs. Il perfectionne leur formation en les faisant circuler dans ses réseaux internationaux.

11Il est trop immergé dans son Afrique natale pour rapporter les malheurs du continent noir à la seule colonisation et à ses suites, bien qu’elles lui fassent horreur. Les études postcoloniales le laissent de marbre. Sa version de la rencontre des cultures, loin de suivre la classique confrontation Afrique/Europe, tradition/modernité, colonisateur/colonisé avance sur un sentier tracé par Bastide et Balandier. Il insiste sur les conflits, les tensions, les changements, le jeu perpétuel des structurations, des déstructurations et des restructurations chères à Gurvitch. Les logiques politiques locales, inscrites en longue durée et situées dans l’historicité des sociétés comptent plus à ses yeux que les boursouflures d’un appareil d’État prédateur et vivant en vase clos.

12Né dans une société de seigneurs attachée à un strict égalitarisme entre hommes, il ne partage pas la fascination de bon nombre d’intellectuels pour l’État avec une majuscule. Le bon peuple n’a par ailleurs rien à attendre ni des agents de l’État, ni des désorceleurs, ni des « enjuponnés » de tous poils. Abega est plus caustique qu’un instituteur anticlérical de la iiie République qui aurait perdu la foi en l’État. Grand Seigneur, Maître incontesté auprès de ses disciples et de ses collègues, il fait peu de cas des titres et des hiérarchies universitaires. Dès le jour de sa soutenance de thèse il tutoie spontanément son Directeur. On se souviendra de son éternel sac à dos, de ses pantalons de jogging et de ses polos à rayures, de ses pieds difformes (preuve, aux yeux des autres, disait-il, qu’il était habité et marqué dans son corps par de puissants pouvoirs occultes), de sa démarche claudicante, de ses envolées oratoires, de la petite troupe de ses accompagnateurs. S’il avait été témoin de l’émotion de ses disciples, collègues et amis, il en eût fait un conte. Tout, finalement, finissait par un récit autour d’un poisson ou d’un poulet braisé, avant de passer chez l’éditeur.

Haut de page

Bibliographie

Textes principaux de l’auteur

1980 La papaye, nouvelle, Paris, RFI-Hatier-Larousse-Edicef.

1982 Les Bimanes, nouvelles, Paris, Nea-Edicef-Schöningh.

1986 Entre terre et ciel, nouvelles, Paris, Nea-Edicef.

1987 L’Esana chez les Beti, Yaoundé, Éditions Cle.

1988 La latrine, Roman, Dakar, Nea.

1990 Die Viper, théâtre, Köln, WDR.

1991 Sens Unique, théâtre, Yaoundé, Éditions Cle.

1993 Le sein t’est pris, théâtre, Yaoundé, Éditions Cle.

1995 Contes d’initiation sexuelle, Yaoundé, Éditions Cle.

1998 Pygmées Baka, le droit à la différence, Yaoundé, Inades-Formation-Presses de l’Ucac.

1999 Société civile et réduction de la pauvreté au Cameroun, Yaoundé, Éditions Cle.

1999 Adzala, espèces et espaces dans la forêt badjue, Yaoundé, Presses de l’Université de Yaoundé.

2000 Les choses de la forêt. Les masques des Princes Tikar de Nditam, Yaoundé, Presses de l’Ucac.

2000 La hache des chimpanzés, conte, Yaoundé, Éditions Cle.

2002 Contes du Sud du Cameroun ; Beme et le fétiche de son père, Paris, Unesco-Karthala.

2002 L’oignon, courtier du développement, Anvers, Iob-Ua.

2003 Jankina et autres contes Pygmées, Paris, Classiques africains.

2004 Les femmes ne boivent pas de whisky, Yaoundé, Proximité.

2004 Le Bourreau, Paris, Dapper.

2005 La traite des enfants aux fins d’exploitation de leur travail au Cameroun, Genève, Bit.

2006 La marginalisation des Pygmées d’Afrique centrale, Paris, Maisonneuve ; Yaoundé, Afrédit.

2007 Introduction à l’anthropologie sociale et culturelle, Yaoundé, Afrédit.

2007 Violences sexuelles et l’État au Cameroun, Paris, Karthala (« Les terrains du siècle »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julienne Ngoundoung Anoko et Jean-Pierre Warnier, « Séverin Cécile Abega », Cahiers d’études africaines [En ligne], 191 | 2008, mis en ligne le 29 septembre 2008, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/11702

Haut de page

Auteurs

Julienne Ngoundoung Anoko

UMR 8009, Université René-Descartes Paris-V.

Jean-Pierre Warnier

Centre d’études africaines, EHESS, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page