Navigation – Plan du site
Plurilinguisme et création

La question du métissage dans l’écriture du roman burkinabè contemporain

Alain Joseph Sissao
p. 783-794

Résumés

Pour le lecteur non averti, la littérature écrite burkinabé contemporaine semble uniquement tournée vers une direction nationale. Certes, de par sa créativité, cette littérature puise dans la culture et la langue du milieu. Mais elle se conçoit en français et subit des influences textuelles et culturelles multiples. Ce métissage dans l’écriture donne à cette littérature une certaine valeur universelle. Finalement l’écrivain burkinabè n’est pas différent des Kafka, Celan, Beckett, qui se trouvent dans une situation plurilingue. L’écrivain burkinabé est irrémédiablement, à travers la pratique du métissage textuel, à la recherche d’une identité en construction. Il s’inscrit aussi dans la civilisation de l’universel qui veut que les problèmes d’identité soient souvent multiples et s’enracinent dans une multitude de faisceaux culturels et linguistiques. L’écrivain burkinabé devient dans cette perspective un écrivain tout court qui crée. il peut s’agir dans certains cas d’interférences linguistiques ou bien d’insertions et de collages. En se penchant sur un corpus de romans burkinabé, on observe ce procédé d’écriture. L’article tente de jeter un regard sur cet aspect de la littérature burkinabé en pleine expansion.

Haut de page

Texte intégral

1Les écrivains se sont souvent exprimés en dehors d’une seule langue. C’est ainsi que l’on remarque, dans la littérature contemporaine, des cas de bilinguisme (Senghor 1964 : 228-231) ou de plurilinguisme (Manessy & Wald 1979). Les écrivains africains en général, et burkinabè en particulier, n’échappent pas à cette règle.

2Comment celui qui écrit donne-t-il forme à sa passion d’écrire à partir de son vécu personnel et d’un noyau de relations aux langues dans lesquelles il écrit, de leurs possibilités, de leurs contraintes ? « L’écriture apparaît alors comme un espace de tension et de rencontre entre des langues différentes, espace à l’intérieur duquel l’écrivain va trouver “sa langue”, sa ligne propre unique, d’invention et de création » (Prieur & Pierra 1999 : 28).

3Les travaux de M. Bakhtine (1978 : 488) sur la translinguistique mettent l’accent sur le polylogisme. Cette approche privilégie la question de la subjectivité dans l’approche de la création littéraire.

4Finalement écrire, pour les écrivains burkinabè, revient à chercher à se réapproprier et à « habiter » leur nom (Prieur & Pierra 1999 : 29).

5Il apparaît que la littérature contemporaine en langue française ou anglaise pratiquée par les auteurs africains est exprimée avant tout dans une langue d’emprunt. Ce constat à l’origine permet de dire que cette littérature possède une spécificité. On pourrait croire que l’usage du code de l’écrit en français ou en anglais efface systématiquement les soubassements culturels et linguistiques. Qu’on ne s’y méprenne pas, car les auteurs ont souvent recours dans leur processus créatif aux langues nationales. Dans le cas spécifique de la littérature burkinabè, nous pouvons observer cette modalité d’écriture qui comporte des interférences linguistiques (Makouta M’boukou 1983 : 349) ainsi que les différentes formes d’insertions et de collage. Il y a tout un travail de réécriture qui est une réalité pour les écrivains. Au-delà de cette structure de surface se noue une structure profonde qui est le métissage dans l’écriture. Le métissage culturel et linguistique s’observe donc dans cette trame de créativité.

6La réflexion rejoint la vision du monde des sociétés, il y a une dimension socioculturelle qu’il faut prendre en compte. Notre réflexion repose sur la question de la subjectivité dans la création romanesque en pleine mutation.

7C’est pourquoi nous examinerons dans un premier temps la probématique du métissage culturel et linguistique. Il s’agira d’examiner aussi le métissage entre roman et langues nationales.

8La deuxième partie de notre travail tentera d’appréhender le plurilinguisme et les différentes formes de dialogisme, notamment les interférences linguistiques, les différentes formes d’insertion et le collage.

9La troisième partie analysera l’identité et la construction des savoirs qualifiants à travers les hypotextes.

La problématique du métissage culturel et linguistique

10La littérature africaine possède une spécificité qui résulte d’un vaste mouvement de métissage avec les influences culturelles endogènes et extérieures, notamment la littérature européenne. Celle-ci découle de plusieurs facteurs.

11D’une part, les auteurs vivent une situation de bilinguisme résultant de l’apprentissage de la langue officielle (français/anglais), celle de l’admininistration, qui s’est greffée à la langue première (natale). Obligé de s’exprimer dans une langue qui n’est pas la sienne, l’écrivain africain en général, et burkinabè en particulier, revient très souvent sur le socle de sa langue première. Nous avons là affaire à un dilemme de métissage linguistique si bien décrit par l’écrivain Makhily Gassama (1978 : 333). Ce dilemme est parfois douloureux mais il peut être aussi heureux, résultant d’un choix culturel de l’auteur qui veut élargir son univers d’expression. Ainsi, sous la plume des écrivains africains, on retrouve des expressions provenant des langues africaines : c’est le cas des mots comme dolo, cola, soumbala, tô, pour ne citer que ceux là. C’est pour éviter de perdre la substantifique moelle de la charge sémantique du mot que les écrivains gardent souvent ces expressions à l’état pur. On remarque avec beaucoup de bonheur cette technique narrative chez des écrivains comme Ahmadou Kourouma. Ailleurs, certains écrivains comme Chamoiseau, Confiant font de l’éloge de la créolité leur cheval de bataille.

12D’autre part, la problématique du métissage renvoie à la conception senghorienne du dialogue des cultures comme enrichissement dans la civilisation de l’universel.

13On peut percevoir cette situation dans la coexistence entre un genre littéraire et les supports d’expression, en l’occurrence le roman et les langues nationales.

Le métissage entre roman et langues nationales

14Cette partie est articulée autour de l’interaction « langues en contact et écriture ». En scrutant le roman africain, il apparaît qu’il se place comme le genre dominant de la coexistence avec les langues nationales africaines. En effet, le roman africain naît dans un contexte culturel particulier. Le véritable premier roman nègre, Batouala, publié en 1921, et qui a reçu la consécration du Goncourt, décrit cette situation de dualité culturelle et sociale. Son auteur, René Maran, n’hésite pas à utiliser des expressions de la langue du milieu de l’Oubangui-Chari. D’autres romans africains vont suivre l’exemple en restituant l’âme africaine dans sa quintessence malgré l’utilisation du français. On peut citer Maimouna d’Abdoulaye Sadji, Le Mandat d’Ousmane Sembène. Le point culminant de cette innovation sera atteint dans Les soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma, qui n’hésitera pas à « casser le français » (selon l’expression de l’auteur) dans ses règles syntaxiques et grammaticales afin de restituer l’originalité de la culture malinké. Un autre écrivain prolixe dans les audaces contemporaines, Sony Labou Tansi, dans La vie et demie et L’État honteux, bouscule les concepts figés de la trame narrative romanesque classique. Les romanciers burkinabè ne sont pas en reste dans ce vaste mouvement identitaire. Déjà, en 1962, Nazi Boni, avec le Crépuscule des temps anciens, nous plongeait dans une épopée africaine à travers la bravoure du mouvement de résistance des bwaba à la pénétration coloniale. Il y brosse les fresques amoureuses du couple Théré et Hadonfi. Mais l’aspect qui retient le plus notre attention est le traitement fait à la langue bwaba. Il y a des calques introduits à l’état pur. Il y a aussi des récits de chants de guerre en bwamu. Tous ces faits montrent que le romancier burkinabè avait une haute perception de l’usage des langues nationales comme support culturel dans le roman. Quelles sont les différentes formes de plurilinguisme que l’on peut observer chez les romanciers burkinabè ? C’est ce que nous allons analyser dans l’écriture des écrivains burkinabè de la période 1962-1990. Examinons, dans une autre perspective du métissage, la question du plurilinguisme.

Le plurilinguisme et les différentes formes de dialogisme

15À ce niveau, il faut dire que les interférences linguistiques, les insertions et collages sont une conséquence du rapport que l’auteur entretient avec la situation plurilingue dans laquelle il vit.

Les interférences linguistiques

  • 1  À propos de l’interférence linguistique, voir J. Dubois (1973 : 265).

16En fait, le problème de l’adaptation est complexe car bien souvent, sous prétexte de « traduire » ses pensées, sa langue maternelle, le romancier ouest-africain crée l’interférence linguistique qui choque précisément le puriste. L’interférence linguistique se produit quand un sujet bilingue (par exemple moaaga/français) utilise une langue cible A (français), un trait phonétique, morphologique, lexical ou syntaxique caractéristique de la langue source B (moore). L’emprunt et le calque sont souvent dus à l’origine, à des interférences. Mais l’interférence reste individuelle et involontaire, alors que l’emprunt et le calque sont en cours d’intégration ou intégrés dans la langue A 1. L’interférence linguistique restitue les « formes conventionnelles ». À ce titre, « tout fait de style est perçu également comme caractéristique d’une tradition ou d’une doctrine esthétique ou d’une langue spéciale » (Riffaterre 1971 : 374). Les calques et les emprunts des romanciers burkinabè peuvent être l’occasion de montrer en quoi la langue de ces romanciers (moaaga, bwaba, pour ne citer que ceux-là) est bien héritière d’une tradition moaaga ou bwaba.

17Les calques sont en fait souvent des traductions d’expressions moose en français, mais qui gardent toute une charge sémantique de la langue première maternelle. Ainsi Étienne Sawadogo, dans La défaite du Yargha, utilise certaines expressions empruntées au moore comme dans l’exemple suivant : « Il demanda du dolo pour rincer la gorge ». Cette expression, qui provient d’une expression lexicale et morphologique moaaga, signifie qu’après avoir mangé un repas délicieux, un bon dolo sera très apprécié pour la digestion. Nous retrouvons encore une autre expression dans la bouche de Tiga qui provient en fait d’un calque du moore : « Je te conseille d’abandonner ton projet si tu tiens à ton crâne. » Ceci est une forme de menace, une synecdoque généralisante (la tête pour tout le corps) qui veut mettre en garde le commerçant Rayeka du danger qui pèse sur lui. La tête étant le fondement de la pensée et de la vie chez les moose, sa destruction équivaudrait à la mort. Par ailleurs, Nazi Boni utilise également les calques du bwaba à travers l’usage des expressions idiomatiques. Par exemple, l’auteur utilise l’expression idiomatique suivante : « […] Maintenant le Bwamu était cassé » pour parler du déclin du pays (Bonou 1990 : 56). L’auteur puise dans les sources de l’oralité bwaba à travers l’usage de devinettes, des proverbes, des récits de chasse.

18Nous pensons que l’écriture des écrivains burkinabè oscille entre langues et subjectivité. Cette dualité s’explique par le fait que l’écriture se situe au carrefour de plusieurs influences linguistiques et culturelles. D’ailleurs, cette situation est bien décrite par J.-M. Prieur (2000) chez Kafka.

19Il faut dire que, tout comme chez Kafka, les écrivains burkinabè sont placés à l’intersection de plusieurs langues et univers symboliques. C’est dans ce contexte qu’ils se lancent dans l’espace de l’écriture.

20L’écrivain tiraillé entre plusieurs cultures et deux langues est bien souvent un « voleur de langue » (Prieur 2000 : 138). Chez Kafka, cela se manifeste par une littérature impossible de tous côtés : « Impossibilité de ne pas écrire, impossibilité d’écrire en allemand, impossibilité d’écrire autrement […] » (ibid.). Kafka était tiraillé entre l’allemand, le yiddish et le tchèque. Ce qui peut bien se comprendre dans une logique métisse et plurielle. Un écrivain comme Nazi Boni est tiraillé entre le bwamu et le français. Quant à Pierre Claver Ilboudo et Patrick Ilboudo, ils sont tiraillés entre le moore et le français. Chez les écrivains burkinabè, cela se manifeste par des formes d’écriture à focalisations multiples. Cela se traduit par des insertions multiples provenant de leurs langues et cultures.

21Nous avons des formes d’écriture qui traduisent des formes d’insertions de la langue nationale (Sissao 1992) qui peut être faite à l’état pur ou qui peut subir une transformation.

Les différentes formes d’insertions

22Il existe plusieurs types d’insertions. Les insertions des formes traditionnelles peuvent être regroupées sous trois aspects (Sissao 1995 : 305-307) :

23–  la motivation « zéro » ou inexistante est caractérisée par le fait que les formes narratives n’obéissent pas vraiment à une motivation. En réalité, aucune motivation ne fonde cette insertion des formes traditionnelles narratives. C’est le cas de l’insertion de deux chants dans Les vertiges du trône (pp. 84-90) ;

24–  la motivation contextuelle faible intervient dans le cas d’insertions de certains proverbes plutôt affaiblies en raison du contexte d’emploi. C’est le cas de certains proverbes dans Rougbeînga ;

25–  la motivation structurale forte, ténue, est repérée dans des situations ou les formes traditionnelles introduites dans le roman burkinabè sont très motivées au point de déterminer toute la structure même du roman. C’est le cas dans Le procès du muet de la nouvelle « La leçon des cauris ». C’est une forme de morale qui détermine et explique le sens du procès : pourquoi les accusés Biga Zamsoiba et Pass Yam sont corrompus par le pouvoir de l’argent. À un autre niveau, nous avons le cas de la seconde nouvelle « Douze comme les apôtres du christ » (pp. 233-236). De même, l’insertion du chant « Malgré les infortunes de la vie » (p. 230) connaît une motivation contextuelle forte car il détermine l’action même de Ram Nogdo.

Le collage

26Le collage intervient lorsque des passages entiers de textes étrangers, notamment en langues nationales, sont introduits littéralement dans le roman. On a l’impression que des passages entiers en langues nationales sont introduits à l’état pur. Cette technique créatrice d’écriture du découpage et du collage renvoie au patchwork (Behar 1975 : 43).

27On peut l’observer à travers l’onomastique, les noms propres de personnes, les noms d’ethnies, les noms de lieux ou toponymes, les noms de plantes ou d’épineux et de vêtements.

28De façon générale, il ressort du fonctionnement des signes onomastiques en langues nationales dans les romans, que le schème narratif est dominé par le « génotexte » (texte premier fondateur) de la langue première de l’auteur. Il y a un métissage et une très forte résurgence des signifiés en langues nationales. C’est le cas des noms comme « Gouama », le président de Watinbow dans Le parachutage, signifiant en moore : paroles, discussions. De même, dans Les carnets secrets d’une fille de joie, les noms de Fatou Zalme et Mita sont des emprunts au moore. Zalme, signifiant « rien », renvoie à l’état de négativité de cette femme spoliée par la société ; Mita désigne celui qui a la connaissance, la sagesse.

29Les noms propres de personnes (anthroponymes), ou yuya en moore, sont des substantifs qui véhiculent des messages profonds de l’individu face aux circonstances de la vie. La nature apparaît comme le terreau de création des noms à travers les manifestations numineuses. Les noms sont donc des messages dont les récepteurs sont des êtres humains ou des chefs (Houis 1963 : 141).

30Ainsi, dans La défaite du Yargha, nous avons des noms propres tirés du moore. Nous pensons que nous ne sommes pas dans le cas du chiasme du nom comme chez Kafka. Pour bien comprendre les œuvres de Kafka, il faut connaître sa situation de juif tiraillé entre plusieurs cultures et langues. De même, pour bien éviter des interprétations inexactes, il faut se pencher du côté de la langue première, notamment le moore, pour tirer tout le sens du nom. Les noms du héros et des personnages secondaires sont respectivement Tégwendé (étymologiquement en moore celui qui fonde sa foi en Dieu), Tiga, Tempoco, Laarba, Pusraoogo, Noraogo (poulet mâle), Tenga (terre nourricière), Paasba, Yamtongré, Tembila Sibidou, Kouka (caïlcédrat), Tiraogo (arbre mâle), Nindawa, Rabangha, relèvent spécifiquement du langage des Moose et correspondent au prénom en français. Dans Crépuscule des temps anciens, les noms Théré et Hadonfi, ceux des deux personnages principaux, ainsi que les noms de ceux qui gravitent autour d’eux, relèvent aussi de la langue bwaba. Dans Le procès du muet, le nom du héros Ram Nogdo relève d’une création de l’auteur, Nogdo voulant signifier en moore ce qui est bon et succulent en référence à la sagesse qu’incarne le personnage. Il y a d’autres noms provenant du moore Tinooaga : Biga Zamsoiba (enfant trompeur), Pass Yam (astucieux) (les deux co-accusés), Pocco Kayouré (l’avocat) sont des prénoms typés dont l’intertexte provient de l’univers linguistique moaaga. Dans Le fils aîné, les prénoms comme Yamba, Bila (père du héros), Sana (héros), proviennent du moore. Dans Patarbtaalé ou le fils du pauvre, nous avons les mêmes insertions de prénoms de personnages provenant du moore : Patarbtaalé (il ne peut être blâmé par eux, il ne doit rien à personne) ; Ziwentaoré (placé sous la protection de Dieu) ; Baowensida (rechercher la vérité de Dieu, agis selon ta conscience).

31Concernant les noms de locuteurs d’une ethnie, d’un groupe social, et d’un territoire, nous avons les mots Moose, Yargha, Bwamu, qui se réfèrent aux noms de langues burkinabè.

32Au niveau des toponymes, nous avons des noms provenant des langues burkinabè : Bam, Tikaré, Kongoussi (ne peut dormir) dans La défaite du Yargha ; Tankotenga (pays du procès), Pekneba (prison), Silmitenga, Bokin, dans Le procès du muet ; Nabasmogho, Tond Yiri (pays où se déroule le récit) dans Le Héraut têtu ; Réo, Goundy, Ténado, Thyou, Ramongho dans Rougbeînga ; Kaya, Tem Bokin, Téma, dans Le retour au village.

33Concernant les noms des plantes et d’épineux en langues nationales, nous avons le Pampaga, le Sutu (sporolus verticillata), le Keglega (balanites aegyptiaca) et le Gomyanga (acacia melifera). Ce sont des emprunts au moore dans La défaite du Yargha.

34Pour les noms de vêtements, soulignons que le héros Tégwendé porte le kourkouega, pantalon court porté tous les jours, et le banvuiogo, chemise sans manches portée par les Moose.

35À un autre niveau du métissage textuel, nous avons des insertions des hypotextes de récits (contes, nouvelles) et d’énoncés proverbiaux.

Identité et construction des savoirs qualifiants : les hypotextes

36Ce sont les éléments culturels qui mettent en jeu les traits identaires du sujet social. Ces éléments se perçoivent à travers les récits et textes traditionnels introduits dans le roman.

Les contes

37Dans les romans burkinabè, il y a des contes qui sont transcrits en français mais dont l’origine provient de la langue et de la culture ethnique du terroir. C’est le cas dans La défaite du Yargha où les deux contes sont issus du répertoire du folklore moaaga dans le cycle bien connu du lièvre et de l’hyène en Afrique de l’Ouest selon la classification de Denise Paulme (1976 : 321).

38Dans Crépuscule des temps anciens, nous avons l’insertion des récits de guerre ainsi que des contes provenant du folklore bwaba.

39Outre les contes, nous avons aussi des insertions de récits, notamment des nouvelles.

Les nouvelles

40Des insertions de nouvelles ou kibeya sont repérées dans Le procès du muet : « Douze comme des apôtres du Christ » (pp. 232-237), ainsi que « La leçon des cauris » (pp. 159-170). Ces deux nouvelles proviennent en fait de deux hypotextes du Lagl Naba que nous avons identifiés. « La leçon des cauris » est inspirée du récit « Ligdi Naba » alors que « Douze comme les apôtres du Christ » est inspirée du récit « Yell sã pak fo » du Lagl Naba.

41Nous avons l’insertion des textes courts, notamment les proverbes, qui sont aussi issus des langues nationales.

Les proverbes

42Dans Crépuscule des temps anciens, nous avons plusieurs proverbes inspirés du bwaba, de même que dans Le procès du muet et La défaite du Yargha pour ne citer que ces romans, des proverbes inspirés des yelbuna (proverbe en langue moore).

43Dans Le fils aîné, français : « La colère contre la terre natale s’éprouve sur la peau, et non dans les os » (p. 109) ; moore : « Ba-yir pa lobgd ne kugr ye, rēnd tãndagre. »

44Dans Le Héraut têtu, français : « La bouche de la femme n’est que son carquois. Les flèches [qu’il contient] sont des flèches blanches » (p. 146) ; moore : « Pag noor la loko. »

45Dans Patarbtaalé ou le fils du pauvre, français : « Le tombeau n’est pas un puits où on entre et d’où on sort à loisir » (p. 189) ; moore : « Yõõr yaa sãana. »

46Dans Adama ou la force des choses, français : « Un slip vaut mieux qu’un pantalon demain » ; moore : « Rũnda bēnd são beoog kurga. »

47*

48Le plurilinguisme et l’intertextualité sont au centre du processus créatif des romanciers. À ce sujet, le linguiste L.-J. Calvet affirmait dans une émission radiophonique sur RFI que la langue française a tendance à se diversifier en se développant, en prenant de l’expansion. C’est ce processus de développement de la langue qui amène les écrivains burkinabè à pratiquer un certain métissage dans l’écriture.

49La problématique de notre travail va donc plus loin et se situe dans un mouvement plus vaste qui est le phénomène du métissage culturel et linguistique. Nous tentons de dépasser la question de l’oralité et des langues nationales. Il faut dire que les catégories langues coloniales/langues africaines sont souvent mises en cause dans certains milieux. Nous avons tenté d’échapper à cet écueil en montrant que les écrivains burkinabè sont des écrivains tout court et qu’ils n’échappent pas à certaines influences universelles malgré leur ancrage dans leurs cultures nationales. Certes, ils créent, à partir de leur culture, mais travaillent également dans le champ du plurilinguisme. Finalement l’écrivain burkinabè n’est pas différent des Kafka, Celan, Beckett, qui se trouvent dans une situation plurilingue. D’ailleurs les travaux de J.-M. Prieur sur Kafka, Joyce ou Michaux vont dans ce sens.

50Il faut dire que l’écriture est forcément une activité de déracinement et d’exploration d’un ailleurs pour tous les écrivains du monde, ne serait-ce qu’à travers l’évocation d’univers qui leur sont étrangers.

51     

Centre national pour la recherche scientifique et technologique, Institut des sciences des sociétés, Ouagadougou.

Haut de page

Bibliographie

Achebe, C.

1966  Le monde s’effondre, Paris, Présence africaine.

Amselle, J.-L.

1996  Vers un multiculturalisme français, Paris, Aubier.

Bakhtine, M.

1978  Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

1984  Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

Behar, H.

1975  « Le collage ou la parure de la modernité », Cahiers du xxe siècle, 5 : 3-68.

Boni, N.

1962  Crépuscule des temps anciens (chronique du bwamu), Paris, Présence africaine.

Bonou, B. G.

1990  « Un pionnier », Littérature du Burkina Faso, 101 : 56-57.

Canut, C.

1996  Dynamiques linguistiques au Mali, Paris, Cirelfa.

2000  « De la sociolinguistique à la sociologie du langage : de l’usage des frontières », Langage et Société, 91 : 89-95.

Damiba, G.

1990  Patarbtaalé ou le fils du pauvre, Ouagadougou, Imprimerie nationale du centre.

Dubois, J., ed.

1973  Dictionnaire de linguistique Larousse, Paris, Larousse.

Gassama, M.

1978  Kuma, interrogation sur la littérature africaine de langue française, Dakar-Abidjan, Nouvelles éditions africaines.

Houis, M.

1963  Les noms individuels chez les Mossi, Dakar, IFAN.

Ilboudo, P.

1987  Le Procès du muet, Ouagadougou, La Mante.

1988  Les Carnets secrets d’une fille de joie, Ouagadougou, La Mante.

1990  Les Vertiges du trône, Ouagadougou, Imprimerie nationale du Burkina.

1991  Le Héraut têtu, Ouagadougou, Imprimerie nationale du centre.

Ilboudo, P. C.

1985  Le fils aîné suivi du Mariage de Tinga, Paris, Silex.

1987  Adama ou la force des choses, Paris, Présence africaine.

Joyce, J.

1996  Portrait de l’artiste en jeune homme, Paris, Folio.

Kourouma, A.

1970  Les soleils des indépendances, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Makouta-Mboukou, J.-P.

1983  Introduction à l’étude du roman négroafricain de langue française, Dakar-Abidjan, Nouvelles éditions africaines.

Manessy, G. & Wald, P.

1979  Purilinguisme : normes, situations, stratégies, Paris, L’Harmattan.

Maran, R.

1921  Batouala, New York, Thomas Seltzer.

Noaga, K.

1986  Le retour au village, Issy-les-Moulineaux, Les classiques africains.

Ouattara, V.

1994  Aurore des accusés et des accusateurs, Paris, L’Harmattan.

Ouedraogo, Y. E.

1991  On a giflé la montagne, Paris, L’Harmattan.

Paulme, D.

1976  La Mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains, Paris, Gallimard.

Prieur, J.-M.

2000  « Kafka : entre langues et subjectivité », Revue Sud/Nord, 13 : 121-142.

Prieur, J.-M. & Pierra, G.

1999  « Langues en contact, théorie du sujet et écriture », Traverses (« Langages et cultures »), 0 : 24-33.

Riffaterre, M.

1971  Essais de stylistique structurale, Paris, Flammarion.

Sawadogo, É.

1977  La défaite du Yargha, Langres, La pensée universelle.

Senghor, L. S.

1964  « L’esthétique négro-africaine », in L. S. Senghor, Liberté. I. Négritude et humanisme, Paris, Éditions du Seuil : 202-217.

1964  « Le problème des langues vernaculaires ou le bilinguisme comme solution », in L. S. Senghor, op. cit. : 228-231.

1964  « Linguistique négro-africaine », in L. S. Senghor, op. cit. : 329-333.

Sissao, A. J.

1992  « Sawadogo et la littérature orale », in Journée d’études sur les littératures africaines et l’oralité APELA, Créteil, Université Paris XII.

1995  La littérature orale moaaga comme source d’inspiration de quelques romans burkinabè, Thèse de doctorat unique, Créteil, Université Paris XII.

Tansi, S. L.

1979  La vie et demie, Paris, Éditions du Seuil.

1981  L’État honteux, Paris, Éditions du Seuil.

Tutuola, A.

1953  L’ivrogne dans la brousse (Palm-Wine Drinkard and his Dead Palm-Wine Tapster in the Deads’ Town), Paris, Gallimard.

Zongo, N.

1988  Le parachutage, Ouagadougou, ABC.

1990  Rougbêinga, Ouagadougou, Imprimerie nationale du centre.

Haut de page

Notes

1 À propos de l’interférence linguistique, voir J. Dubois (1973 : 265).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Joseph Sissao, « La question du métissage dans l’écriture du roman burkinabè contemporain », Cahiers d’études africaines [En ligne], 163-164 | 2001, mis en ligne le 07 avril 2004, consulté le 24 avril 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/121

Haut de page

Auteur

Alain Joseph Sissao

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page