Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Leguy, Cécile. – Le proverbe chez les Bwa du Mali. Parole africaine en situation d’énonciation. Paris, Karthala, 2001, 323 p.

Ursula Baumgardt

Texte intégral

1Le proverbe est sans doute l’un des genres de la littérature orale qui réunit le plus de difficultés : le niveau de la forme (lexique, structures syntaxiques, construction des métaphores), la définition du genre par rapport à d’autres « formes courtes », ou encore, et surtout, l’élaboration du sens. C’est dire que Cécile Leguy s’attaque dans son travail à un domaine complexe, qui mérite toute l’attention de la recherche tant en anthropologie qu’en linguistique et en littérature.

2L’ouvrage comprend trois parties. La première, « Contexte socioculturel de l’énonciation et méthodologie de l’enquête », est consacrée à deux aspects : la description du contexte socioculturel de l’énonciation qui amène le lecteur dans la société des Bwa du Mali en rendant compte à la fois des structures sociales (chap. 2), mais également du « chemin de vie » parcouru par l’individu, de sa naissance à sa mort, en passant par les différentes phases de socialisation et par le mariage (chap. 3). Le deuxième aspect concerne l’exposé détaillé de l’enquête, centrée sur l’observation des situations dans lesquelles les proverbes sont dits. L’auteur distingue trois cas de figure :

– le proverbe « se situe, comme événement de l’énonciation, au sein d’un discours qui détermine son émission tout comme lui-même influence le cours de celui-ci » (p. 72) ;

– l’émission d’un premier proverbe en provoque une autre, de telle sorte que « toute une collection de proverbes soit prononcée sans qu’il ne soit plus fait référence à la situation de discours initiale qui avait motivé la première émission » (p. 73) ;

– un proverbe peut être motivé également par l’observation d’un fait, d’un objet, d’une image.

3Définissant son travail non pas comme une étude de l’énoncé mais comme une étude de l’énonciation du proverbe, une classification thématique serait problématique. De même, une classification alphabétique pourrait « laisser croire que les énoncés se formulent toujours de la même façon » (p. 76). Pour éviter une telle impression, les 400 proverbes sont donnés dans l’ordre de la collecte, à la fin de l’ouvrage, en français, une édition bilingue ayant été publiée auparavant au Mali.

  • 1  « Le proverbe, acte de discours », Revue des Sciences humaines, 1976, 163 : 419-730.

4La deuxième partie, « Le proverbe et la parole », comprend trois chapitres. Dans le premier, l’auteur définit les termes servant à désigner la parole, décrit les lois de la prise de parole et pose le problème de la vérité. Dans le second, elle s’interroge de manière plus générale sur la façon de parler : allusion, parole elliptique, onomatopée, mais également le fait de donner un nom propre, de le lier à une renommée ou à des messages précis. Enfin, dans le troisième, « Parler en proverbes, bien parler », l’auteur distingue les différents niveaux de langue (enfants, adultes, vieux), et cherche à donner une définition du proverbe qui, dans la langue des Bwa, est désigné par le même terme que la devinette. Passant en revue différentes définitions élaborées par les études parémiologiques, Cécile Leguy se réfère à H. Meschonnic1 : « Le proverbe est indéfinissable parce que le définir fait entrer le référent dans la définition, et que le proverbe [...] est une activité de langage, un acte de discours dont le référent est l’énonciateur et le réénonciateur dans leur rapport à une situation. » Elle considère le proverbe comme une métaphore dont le sens caché n’est pas unique mais recouvre un champ potentiel de sens, comme une métaphore dont on ferait un usage social et qui, à chaque nouvelle utilisation, est réactualisée, redonnant vie à une métaphore codifiée par avance (p. 159).

5« Le proverbe dans le cadre de l’interlocution » constitue la dernière partie de l’ouvrage. Comme précédemment, Cécile Leguy prend pour point de départ des exemples précis qui expliquent chaque situation d’énonciation et leur contexte. Dans le premier chapitre, « Faire l’expérience du proverbe », elle pose que, dans un premier temps, en tant que néophyte (enfant, ou non-locuteur de la langue), le récepteur du proverbe est d’abord surpris par l’apparition du proverbe dans le discours, mais qu’un ensemble d’indices crée par la suite l’attente d’une telle apparition. Ainsi, dans l’argumentation proverbiale, pour avoir le dernier mot ou pour trancher une discussion, le récepteur peut être amené à capituler devant la solidité de l’argumentation dont fait preuve son interlocuteur. Des situations de tension peuvent ainsi être résolues par un proverbe qui est alors attendu dans cette fonction. Par ailleurs, le proverbe est généralement annoncé par un geste, une mimique ou simplement un changement de ton de voix, ainsi que par des indices qui relèvent de la formulation même du proverbe (structures syntaxiques et rythmiques). Mais lorsque deux interlocuteurs sont de véritables connaisseurs, ils peuvent « parler en proverbes sans prononcer les mots des proverbes, en y faisant juste allusion » (p. 198). Dans le deuxième chapitre, l’auteur se demande comment le proverbe intervient dans le discours. Plusieurs cas de figure sont alors illustrés. Le proverbe peut argumenter une opinion (p. 209), commenter un fait (p. 213) ou commenter une observation (p. 218) ; il peut apparaître dans une succession de plusieurs proverbes ayant le même sens, selon une progression précise allant par exemple du commentaire jusqu’à la critique ouverte (p. 224) ; un proverbe peut servir d’explication à un autre (p. 229), et il peut y avoir des compétitions de proverbes et des joutes oratoires (p. 236) : « À la façon dont les enfants se lancent des devinettes [...], il arrive qu’en discutant un vieux commence à avancer un proverbe, laissant à son interlocuteur le soin d’en dire la fin. Ils continuent alors ce jeu en se “testant” mutuellement jusqu’à ce que l’un, bloqué par un proverbe qu’il ne connaît pas, s’avoue vaincu par la ténacité de l’autre » (pp. 238-239).

6Enfin, le proverbe intervient à la fin des fables, en tant que « morale », qui, parfois, prend son indépendance pour devenir proverbe (p. 245). Le troisième chapitre, « Sens et sagesse du proverbe », part de l’observation que le proverbe n’a pas un sens unique puisqu’il peut être utilisé dans des situations différentes : « Chaque citation d’un proverbe en actualise et enrichit le sens : tout en restant dans les limites d’un champ de sens potentiel hors duquel l’emploi du proverbe ne pourrait être admis comme pertinent, chacun utilise l’énoncé pour la communication actuelle » (p. 259), ce qui permet au genre de s’adapter à des réalités nouvelles. Cependant, si la situation permet d’éclaircir le sens d’un proverbe, « l’émission du proverbe vient aussi donner son interprétation de la situation en venant s’y appliquer » (p. 282), d’où la place centrale du proverbe dans l’interlocution.

7En plaçant les proverbes dans leur contexte d’énonciation, ce beau travail amène le lecteur dans la vie quotidienne, à travers l’histoire des personnes avec lesquelles Cécile Leguy a vécu un temps. Dans son approche anthropologique très réussie de la littérature orale, l’auteur fait partager cette expérience au lecteur qui apprend à connaître un peu mieux les personnes en les suivant dans les différentes situations dans lesquelles elles utilisent les proverbes, pour exprimer une vérité difficile à dire autrement, pour formuler un point de vue, une critique, une réserve ou encore un conseil. Le lecteur est introduit ainsi, par le biais de l’observation des situations d’énonciation, dans les stratégies de communication mises en œuvre par la société.

Haut de page

Notes

1  « Le proverbe, acte de discours », Revue des Sciences humaines, 1976, 163 : 419-730.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ursula Baumgardt, « Leguy, Cécile. – Le proverbe chez les Bwa du Mali. Parole africaine en situation d’énonciation. Paris, Karthala, 2001, 323 p. », Cahiers d’études africaines [En ligne], 163-164 | 2001, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/126

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page