Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Wild-Wood, Emma. — Migration and Christian Identity in Congo (RDC)

Kasereka Kavwahhirehi
p. 1031-1034
Référence(s) :

Wild-Wood, Emma. — Migration and Christian Identity in Congo (RDC). Leiden-London, Brill, 2008, 235 p., bibl.

Texte intégral

1Dans ce livre, Emma Wild-Wood présente une analyse sociohistorique de la croissance de l’Église anglicane du Congo (eac) au gré des migrations de ses membres de la zone rurale de la vallée de la Semuliki, lieu d’origine de l’anglicanisme congolais, vers des zones de plus en plus urbaines (Bunia, Butembo, Mahagi, etc.) où, confrontés à une nouvelle situation sociale, économique et politique, et au contact avec d’autres Églises et d’autres sensibilités chrétiennes, ils se sont mis à négocier de nouvelles identités et de nouvelles manières d’exprimer leur foi. L’analyse se situe donc au lieu d’intersection entre les expressions ethnique, national, générationnel et les problèmes de genre (gender) d’une part et, d’autre part, les influences traditionnelles et contemporaines, locales et globales, sur l’articulation de l’identité religieuse ; l’objectif étant de montrer les motivations de la reconfiguration des identités collectives à travers la migration et de mettre au grand jour la manière dont l’affiliation religieuse favorise le sens d’appartenance en fournissant aux migrants un cadre qui, tout en étant ouvert à la flexibilité, est propice à la stabilité.

2Pour réaliser ce projet, l’auteure s’appuie essentiellement sur les récits oraux des anglicans du Congo interviewés au gré de ses recherches dans le nord-est du Congo. Ce sont ces récits mêmes qui lui fournissent ses outils d’analyse. En effet, Emma Wild-Wood a choisi des mots et expressions particuliers utilisés de manière récurrente par différents individus à des périodes et dans des situations différentes comme outils herméneutiques pour examiner le changement et l’interconnexion des identités. Il s’agit des vocables swahili comme utartibu (ordre), heshima (respect), upole (calme, dignité), maendeleo (développement social), umoja (unité) et uhuru (liberté) qui, au fil du temps, étaient au centre de l’articulation de l’identité ou des identités chrétiennes anglicanes. Autrement dit, les divers infléchissements des sens donnés à ces mots ou expressions au fil du temps et des générations sont des scansions des tentatives de construction d’une identité chrétienne et d’articulation d’un discours religieux adaptés aux contextes social, culturel, économique et politique ayant marqué la naissance et la croissance de l’anglicanisme congolais.

3Le livre comprend neuf chapitres. Après le premier chapitre qui fait office d’introduction (pp. 1-19), le deuxième (pp. 20-48) analyse l’identité rurale de l’eac entre 1896 et 1960 ; 1896 étant l’année où, Apolo Kivebulaya, un évangéliste ougandais et prêtre anglican, a introduit le christianisme à Boga, dans la vallée de la Semuliki. Il s’agit à la fois d’esquisser les grandes lignes des origines historiques et du contexte social de l’eac et de montrer comment, dans le petit espace rural et isolé de sa naissance, l’eac a développé une identité religieuse adossée sur l’identité ethnique hema, renforçant de ce fait l’influence locale des Hema sur les autres groupes environnants. « C’est cette expression de l’identité chrétienne qui a influencé la migration, cette identité qui donnait le sentiment d’un “chez soi” (home) à plusieurs migrants, et cette même identité qui était contestée à travers l’effet de la migration » (p. 17). Durant cette période, les mots souvent utilisés par les anglicans congolais pour parler de leur Église et articuler leur identité chrétienne sont puisés dans la culture hema : il s’agit de upole (calme), utartibu (ordre) et heshima (respect). Utartibu est ici une vertu indispensable à la maintenance d’un ordre social stratifié, upole suggère le fait d’accomplir les rites avec solennité et dignité (p. 37) et heshima évoque l’honneur, le respect dû à un individu selon son rang social. Durant les soixante-dix ans de son implantation dans la zone rurale, l’eac s’était tellement identifiée avec la structure et l’ordre socio-religieux hema qu’au moment de l’indépendance du Congo, elle se présentait comme une organisation gérontocratique, conservatrice, dominée par les hommes, avec une institution subordonnée de femmes (l’Union des Mères) encadrée par des femmes âgées. Un autre mot utilisé pour décrire l’identité de l’eac est Maendeleo (progrès, développement social). Il englobe tout ce qui améliore la qualité de la vie et assure le progrès économique. Autrement dit, le Maendeleo réfère au travail social d’éducation, aux services de santé et autres services sociaux offerts par l’Église. Se dessine ainsi la tension qui du début jusqu’aux années 1990, sera au cœur des diverses tentatives de définition et redéfinition de l’identité religieuse des anglicans congolais. En effet, ces tentatives se caractériseront soit par un attachement aux valeurs traditionnelles garantissant la stabilité, soit par une aspiration à la modernité, et donc au changement que la migration vers les zones urbaines rendra inévitable (p. 47).

4Les chapitres 3, 4 et 5 étudient justement l’impact de la migration des membres vers des zones urbaines sur l’eac. Si, dans un premier temps, l’eac a joué à l’équilibristre en donnant à ses membres la possibilité de profiter des opportunités offertes par la migration en termes de maendeleo (développement social, modernité) tout en maintenant une identité religieuse s’exprimant à travers des valeurs traditionnelles et ethniques de utartibu, upole et heshima, il faut cependant noter que cette identité religieuse conservatrice construite par la première génération des migrants sera contestée et rejetée par leurs fils favorables à une identité nationale et urbaine. Ces derniers mettront davantage l’accent sur le maendeleo, développement social, qu’ils n’étaient pas prêts à compromettre au nom d’un radicalisme religieux ou d’un quelconque attachement aux valeurs traditionnelles ou ethniques devenues par ailleurs lointaines. Évidemment, le maendeleo des jeunes n’est pas assimilable à celui des pères, car il va de pair avec un désir de changement dans les structures, la liturgie et les problèmes de genre (gender) au sein de l’Église. Avec la deuxième génération des migrants, l’eac commencera à mettre l’accent sur son identité congolaise et à s’ouvrir davantage à la modernité.

5Cette ouverture à la modernité était aussi l’aspiration des Congolais qui, à la chute de Idi Amin en Ouganda en 1979, durent rentrer dans leurs villages congolais où ils établirent l’eac en réponse à leur désir d’une expression religieuse qui leur donnerait la liberté d’un épanouissement social et spirituel. Au maendeleo comme élément définitoire de leur identité, ces derniers ajoutèrent l’aspiration à la liberté (uhuru). Comme l’écrit Wild-Wood : « Northerners wanted both freedom to develop, and to develop in freedom » (p. 103). Ce rapprochement entre maendeleo et uhuru a aussi donné lieu à une ré-articulation de l’identité chrétienne. En effet, le utartibu anglican qui définissait l’attitude à l’égard de la hiérarchie et la liturgie fut interprété dans son rapport au développement social, maendeleo, et à la liberté, uhuru. Ceci impliquait deux choses : d’une part, le rejet du conformisme originaire au profit de l’opportunité, d’autre part, la séparation du utartibu rituel et du utartibu à l’égard de la hiérarchie. Ce qui a ouvert aux femmes n’ayant pas d’autorité dans la structure de l’eacla possibilité d’assumer un rôle public dans le culte communautaire (p. 107).

6Enfin, il convient de souligner que la croissance de l’eac grâce aux migrations a donné lieu à des conflits internes et externes. Du point de vue externe, les relations avec d’autres Églises, notamment la Communauté évangélique du centre de l’Afrique (ceca 20) et l’Église catholique, n’étaient pas sans heurts. Du point de vue interne, l’auteure met l’accent, au chapitre 6 (pp. 127-143) sur le défi posé à l’eac par les « Revivalistes » (fondamentalistes radicaux) qui se mirent à contester les expressions de la foi altérée par la migration. Au nom de la migration ou de l’itinérance inhérente à la vie chrétienne jusqu’à l’arrivée dans la demeure céleste, seule demeure authentique du chrétien, ils rejetèrent l’idée continuellement présente chez les anglicans migrants d’établir un « chez soi ». Ce rejet de l’idée d’un chez soi terrestre alla de pair avec une critique de l’aspiration au maendeleo, fondement de l’identité et raison d’être du uhuru pour d’autres anglicans. Pour eux il fallait encourager la liberté spirituelle en vue de l’annonce de la Bonne Nouvelle. Ces tensions ou dissensions internes amenèrent l’eac à se concevoir de plus en plus comme un home pour plusieurs groupes, c’est-à-dire à s’ouvrir à la diversité dans l’interprétation et l’expression de l’identité chrétienne.

7Cette reconnaissance de l’idée de la diversité semble avoir donné, dans les années 1980 et 1990, toute sa légitimité à l’action des jeunes et des femmes qui se sont servis de leur expérience de migrant pour mettre en question et transformer les pratiques et les structures de pouvoir au sein de l’eac. Dans ce sens, Emma Wild-Wood s’attarde sur la manière dont les femmes migrantes utilisèrent les Groupes des femmes chrétiennes pour négocier de nouveaux rôles adaptés à leur réalité de migrant (p. 156). L’aspiration au maendeleo et au uhuru, et la connexion avec d’autres Églises et sociétés où les femmes jouaient déjà des nouveaux rôles avaient renforcé la volonté des femmes congolaises d’impulser un changement au sein de l’eac en mettant en question les normes traditionnelles relatives au gender (p. 170).

8Pour leur part, les jeunes développèrent leur identité à travers les groupes de jeunes et des manifestations charismatiques. Ils utilisèrent la chanson pour exprimer leur identité et mettre en question les violences interethniques de plus en plus croissantes à la fin des années 1990, et embrassèrent les formes de liturgie pentecôtistes contemporaines. Ainsi éloignèrent-ils l’eac migrante de l’institution gérontocratique caractérisée par le utartibu, le upole et le heshima pour la transformer en une Église de plus en plus exubérante, animée, avec un accent sur le maendeleo et le uhuru (p. 177). Enfin, ne voyant plus la loyauté à une dénomination chrétienne comme un facteur exclusif, ces jeunes et les femmes migrants firent des alliances avec d’autres chrétiens et chrétiennes.

9Cette étude qui montre comment la migration a favorisé la croissance de l’EAC et engendré une identité hybride et mobile, sensible aux influences locale, régionale, nationale et transnationale, et sans cesse interprétée pour répondre aux défis nouveaux, est stimulante à plus d’un titre, particulièrement à cause de la démarche choisie par l’auteure. Au lieu de nous présenter l’Église anglicane à partir d’en haut, c’est-à-dire du point de vue institutionnel et doctrinal (des missionnaires apportant la Bonne Nouvelle et la doctrine aux pauvres villageois analphabètes), elle nous donne à voir une Église qui, dans sa dynamique socio-religieuse, est prise en charge par ses membres ordinaires qui la reconfigurent selon les contextes. On est loin de ces études qui font peser le poids d’une doctrine sur les chrétiens dont on diminue la créativité. Une des forces de l’œuvre d’Emma Wild-Wood est de faire clairement apparaître l’agentivité des chrétiens ordinaires articulant, dans leurs récits, un discours socio-religieux. Enfin, il s’agit aussi d’une étude qui permet de jeter un regard nouveau, positif, sur une région du Congo, le Nord-Est, dont les médias ne parlent que pour montrer le ravage des violences interethniques, donnant bien souvent l’impression qu’il n’y a plus de ressources humaines à mobiliser pour un avenir meilleur et partagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kasereka Kavwahhirehi, « Wild-Wood, Emma. — Migration and Christian Identity in Congo (RDC) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 204 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/14335

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page