Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Randrianja, Solofo & Ellis, Stefen. — Madagascar, A Short History

Dominique Ranaivoson
p. 308-310
Référence(s) :

Randrianja, Solofo & Ellis, Stefen. — Madagascar, A Short History. London, Hurst & Compagny, 2009, 256 p., bibl.

Texte intégral

1On oublie trop souvent en France que Madagascar fut, avant d’être colonisée par la France et d’en adopter la langue, évangélisée par des missionnaires anglais qui eurent une influence fondamentale sur la langue et la culture malgache et laissèrent d’importantes archives déposées en Grande-Bretagne. Cet ouvrage cosigné par deux historiens malgache et anglais déjà auteurs de nombreux travaux sur l’île présente une « courte » histoire de Madagascar en sept périodes dont les bornes sont pour les unes largement admises (Chapitre 5 : « Le royaume de Madagascar 1817-1895 »), pour d’autres surprenantes par leur précision (les deux premiers chapitres, qui évoquent les origines assez mal connues, sont divisés en périodes de 400-1099 et 1100-1599) ou leur allongement (Chapitre 6 : la période française 1896-1972 va au-delà de l’indépendance de 1960). Cette périodisation reflète la posture des auteurs qui est de présenter, non une histoire strictement événementielle, mais une analyse globale des mutations que traversa et traverse toujours une île unifiée par sa situation insulaire mais profondément hétérogène quant à sa population aux origines si diverses. Ils avouent présenter « the story of how this civilization was formed » (p. 6).

2Cette démarche les conduit à maintenir un point de vue inclusif pour toutes les étapes d’une histoire excessivement morcelée, lue comme « different parts of the island » (p. 51), un pays rongé par les « civil wars » (p. 115) là où l’historiographie malgache, orientée par un mérinocentrisme chronique, ne voyait qu’« unification » : « In reality, neither King Radama I nor his sucessors ever achieved effective authority over the whole of Madagascar » (p. 131). Les questions sociales (l’esclavage surtout mais aussi le rapport à la nature, les liens entre originaires des diverses régions et castes), linguistiques (les origines de la langue malgache), religieuses (les cultes traditionnels et les inflexions induites par l’adoption du christianisme), politiques (rapport entre le souverain et le peuple, l’Imerina et les royaumes périphériques) traversent en les sous-tendant les chapitres qui suivent l’ordre chronologique. On lit donc beaucoup plus une analyse de l’histoire et de ceux qui l’ont faite à partir des questions contemporaines brûlantes (surexploitation de la nature, rapport au pouvoir, cohésion sociale) qu’un exposé des faits. Ainsi le chapitre sur la mise en place des royaumes (chapitre 2 « Transforming the Island ») s’ouvre-t-il sur la description du ravinement des sols actuel : « Ecological change in Madagascar is not new : only its current momentum is » (p. 45) et le dernier (chapitre 7 « An island in the world 1973-2002 ») sur la visite de Jacques Chirac à Majunga en 2005 (p. 187). Cette perspective aboutit à un texte qui est une solide, dense et claire synthèse des travaux historiques en même temps qu’une réflexion générale sur la construction d’une culture par combinaison des divers éléments rapportés : « A worthwhile exercice in the case of Madagascar » (p. 73). Cette distance permet d’accéder à une histoire qui n’a plus rien du récit national, qui passe très rapidement sur des épisodes considérés comme des césures (la guerre de 1883 p. 151, les débarquements anglais et zoulou de 1942 p. 173, l’insurrection de 1947 p. 175, l’indépendance de 1960 p. 181, les événements de 1972 p. 185 repris au chapitre suivant) pour interroger sans cesse les sources et leur utilisation et proposer des grilles de lecture détachées de toute origine régionale. Enfin, le parcours se clôt avec les événements de la dernière décennie, avec de rapides mais fines analyses sur l’influence des religieux (« the return of religion to a position prominence », p. 205) ou de la Banque Mondiale dans les virages idéologiques des responsables. L’exposé semble donc être organisé autour de la constante et épineuse question de l’impossible synthèse entre les « various sources into ideologies of power » (p. 97) qui, depuis les arrivées successives de migrants avec leurs visions diverses, demeure, aujourd’hui, la faiblesse de la société.

3En fin de volume, figurent quelques brèves notices biographiques (princi- palement d’acteurs de la vie politique des cinquante dernières années) et une importante bibliographie donnant en particulier les références d’archives et de travaux universitaires non publiés. Il faut cependant regretter l’absence de toute chronologie simple ou tableaux permettant d’établir des parallèles entre les régions et pays. Les illustrations placées en début de volume présentent quelques portraits, dont les deux derniers présidents, en pleine page couleur, précédés de seulement quatre hommes de pouvoir (Radama Ier, le roi Tsiarasso de Nosy Be mais qui n’avait pas le pouvoir en 1899, le militant Jean Ralaimongo et le premier président Philibert Tsiranana) en omettant les trois reines de l’Imerina dont les figures dominent largement l’historiographie nationale comme Andrianampoinimerina présenté habituellement comme le précurseur visionnaire de la construction nationale. Délaissant l’histoire traditionnelle soumise à d’autres visions de la société, ce volume est construit comme une dense démonstration dans laquelle il faut entrer pour percevoir, in fine, l’histoire malgache comme la lente construction par combinaison (« hybridization », p. 209) de normes traditionnelles et de valeurs importées d’une identité toujours fragile en raison de l’inachèvement de cette synthèse. Sans apporter de nouvelles sources, il pose un autre regard sur l’histoire malgache dans la longue durée. Mais sa lecture rétroactive qui remonte « the chain of historical experience » (p. 211) pour comprendre le présent, intéressante dans la mesure où elle donne toute son importance à l’histoire pour une analyse de la société malgache contemporaine, ne laisse pas de faire surgir la question de la posture de l’historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Ranaivoson, « Randrianja, Solofo & Ellis, Stefen. — Madagascar, A Short History », Cahiers d’études africaines [En ligne], 205 | 2012, mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/14367

Haut de page

Auteur

Dominique Ranaivoson

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page