Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Besteman, Catherine Lowe. – Transforming Cape Town

Lucie Campos
p. 1003-1005
Référence(s) :

Besteman, Catherine Lowe. – Transforming Cape Town. Berkeley, University of California Press (« California Series in Public Anthropology, 19 »), 2008, 312 p., bibl., ill.

Texte intégral

1Plus d’une décennie après la fin de l’apartheid, la phase de transformations politiques et sociales que traverse aujourd’hui l’Afrique du Sud appelle à effectuer un double retour critique sur l’histoire récente du pays, et à interroger les deux mécanismes de la réconciliation et de la démocratisation qui devaient annoncer sa transformation. Après la vague d’optimisme – national et international – que suscitèrent en 1994 la fin du système de l’apartheid et les premières élections démocratiques, événements qui firent croire au miracle, à l’entrée définitive dans la démocratie, et au début d’une ère nouvelle de multiculturalisme, de tolérance et d’égalité des chances, l’inscription de ces principes dans l’espace social et politique semble en effet aujourd’hui moins certaine.

2Afin de comprendre les limites de la politique de la réconciliation, il faut tout d’abord revenir sur le fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation (Truth and Reconciliation Commission), créée en 1996. Un bilan de son action montre que, si celle-ci a bien joué un rôle dans la construction d’une vérité nationale, par l’établissement d’une histoire officielle et indéniable des excès et des violences de l’apartheid, l’objectif de la réconciliation, en revanche, aura été plus difficile à atteindre. Parce qu’elle reposait sur un lien inédit entre amnistie et réconciliation, et qu’elle s’orientait donc vers une justice réparatrice plutôt que vers la punition des coupables, la Commission Vérité et Réconciliation est critiquée pour avoir sacrifié la justice au nom de la vérité, et n’avoir considéré que les formes les plus saillantes de la violence, la violence structurelle restant insuffisamment adressée. Les débats dont elle fut entourée ont également masqué d’autres enjeux, en premier lieu celui de la répartition des ressources : en témoigne le coefficient de Gini de l’Afrique du Sud, aujourd’hui parmi les plus élevés au monde. La réconciliation, ainsi, demeure une question ouverte, tandis que son lieu d’application se déplace, de la lutte contre la ségrégation vers la question du développement socio-économique : l’enjeu principal de la période de l’après-apartheid s’avère être la lutte contre la pauvreté.

3Ce déplacement des enjeux conduit à ouvrir une réflexion plus large sur le processus de transition vers la démocratie, ses conditions de possibilité et les mécanismes de négociation et d’adaptation sur lesquels elle repose. Dans un espace politique qui n’est plus galvanisé par le sentiment d’urgence et de responsabilité morale qu’a pu connaître le pays avant et autour de 1994, la démocratisation génère des effets et des attitudes contradictoires, et produit autant de transformations réelles que d’effets de méconnaissance, d’incertitude, de paralysie, ou d’arriérisme. Saisir ces effets de méconnaissance et d’incertitude, où le langage de la réparation et de l’égalité citoyenne se mêle avec celui de la crise, permet de saisir la démocratie comme un processus en devenir, et de rappeler la part de résistance ou d’apolitisme que peut comporter un tel processus.

  • 1 On peut citer pour un exemple d’étude récente : A. DUBRESSON & S. JAGLIN (dir.), Le Cap après l’apa (...)
  • 2 L’on peut citer entre autres S. FIELD, R. MAYER & F. SWANSON (eds.), Imagining the City : Memories (...)

4Le livre de l’anthropologue Catherine Besteman, Transforming Cape Town, issu de plusieurs années d’enquêtes de terrain menées dans la ville du Cap, revient sur ces questions et sur la permanence des héritages qu’elles révèlent. Choisissant de concentrer son travail sur la ville du Cap, ville intolérante où la géographie de l’apartheid est encore fortement inscrite dans le tissu urbain, l’auteure analyse la diversité des profils et des stratégies d’invention et de transformation qui en caractérisent les habitants, tout en montrant le poids des anciennes doctrines de l’apartheid dans les mentalités. La notion de « transformation » retenue pour faire le lien entre problématique de la démocratisation et réflexions issues de l’enquête d’anthropologie urbaine, reste cependant insuffisamment développée et n’apporte pas une grande clarté à l’organisation des chapitres présentés. Par rapport au champ plus large des études urbaines sur l’Afrique subsaharienne, très développé au cours des dix dernières années tant du côté français1que du côté sud-africain2, l’ouvrage Transforming Cape Town souffre ainsi dans l’ensemble d’un certain manque de fermeté théorique. Y figurent cependant des exemples intéressants d’études de cas d’appropriations et de mobilités au sein des territoires urbains, ou des exemples de compositions et recompositions des appartenances culturelles, relatés avec vivacité dans le contexte d’une ville décrite comme un espace d’invention et d’hybridation.

Haut de page

Notes

1 On peut citer pour un exemple d’étude récente : A. DUBRESSON & S. JAGLIN (dir.), Le Cap après l’apartheid : gouvernance métropolitaine et changement urbain, Paris, Karthala, 2008 ; et, pour l’Afrique du Sud en général, N. PÉJOUT, P. GUILLAUME & A. WA KABWE-SEGATTI (dir.), L’Afrique du Sud, 10 ans après : Transition accomplie ?, Paris, Karthala-IFAS, 2004.

2 L’on peut citer entre autres S. FIELD, R. MAYER & F. SWANSON (eds.), Imagining the City : Memories and Cultures in Cape Town, Cape Town, Human Sciences Research Council Press, 2007 ; B. FREUND & V. PADAYACHEE (eds.), (D)urban Vortex : South Africa in Transition, Pietermaritzburg, University of Natal Press, 2002 ; P. HARRISON, M.HUCHZERMEYER & M. MZWANELE, Confronting Fragmentation : Housing and Urban Development in a Democratizing Society, Cape Town, University of Cape Town Press, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Campos, « Besteman, Catherine Lowe. – Transforming Cape Town », Cahiers d’études africaines [En ligne], 208 | 2012, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://etudesafricaines.revues.org/14415

Haut de page

Auteur

Lucie Campos

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page