Navigation – Plan du site
Analyses et comptes rendus

Cole, Jennifer & Thomas, Lynn M. (eds.). – Love in Africa

Yannick Jaffré
p. 466-468
Référence(s) :

Cole, Jennifer &Thomas, Lynn M. (eds.). — Love in Africa. Chicago, The University of Chicago Press, 2009, 280 p., ill., bibl.

Texte intégral

1Bien que, avouons-le, la question de l’amour soit, entre bonheur et souffrances, une de nos principales préoccupations, nous n’en traitons guère dans nos travaux universitaires. Affaire de pudeur ou implicite partage disciplinaire laissant à la psychologie le soin de traiter ce thème, nous réservons nos enquêtes et notre plume aux choses sérieuses — « le » politique, « la » parenté ou « le » développement — et laissons dans l’ombre des sentiments que l’on nomme frivoles alors même que parfois ils nous brisent.

2Quelques historiens, à l’incitation de Lucien Febvre, ont brillamment exploré ce domaine des « sensibilités », démontrant combien ces affects attestaient des variations dans les manières de corps, d’une transformation des relations de genres et correspondaient à de vastes configurations agençant de manière complexe des dimensions religieuses, narratives ou politiques. Dans le domaine français, quelques textes comme les « Chroniques amoureuses au Mali » recueillies par Gérard Dumestre et Seydou Touré, une réflexion sur « La femme de mon mari » de Sylvie Faizang et Odile Journet, une investigation sur les manières de lit baoulé décrites par Pierre Étienne ou l’art peul de l’adultère de Danielle Kintz ouvrent la réflexion.

3Mais, à notre connaissance, l’anthropologie n’a que bien peu exploré ce domaine des constructions affectives et de ses enjeux. Les études consacrées à l’amour — comme sentiment, style d’existence et mode d’interaction — restent rares et, en ces temps de sida, bien des travaux subsument la complexité des émois amoureux sous la notion de « comportements à risque » ramenant ainsi l’anthropologie à une sorte d’éthologie humaine ou de santé publique qualitative.

4Le livre Love in Africa, édité par Jennifer Cole et Lynn M. Thomas est donc le bienvenu. Il contribue à une anthropologie des sentiments soulignant qu’on ne peut comprendre les « conduites sexuelles » sans analyser comment se construisent et se transforment les relations amoureuses. Véritable travail d’anthropologie, les auteurs étudient, non pas des sortes d’invariants psychologiques, mais des agencements affectifs mêlant de façon complexe des systèmes de sens locaux et diverses influences de la mondialisation : médias, Internet, tourisme, migration, religions importées, campagnes sanitaires, etc. : « Rather than assuming love as universal category, we examine how affective pratices and discourses emerge out of the particular convergence of political, economic, and cultural processes » (p. 29).

5Plusieurs chapitres permettent, en différents lieux (Zanzibar, Madagascar, Éthiopie, Nigeria, Niger) et selon différentes perspectives, de rendre compte de cette complexité et d’analyser précisément la variabilité de la construction des projets de soi, des relations affectives, et les modalités de l’expression des sentiments. Bien que présentées de manière discontinue, trois vastes thématiques ordonnent ce livre.

6Usant d’une belle réflexion historique, l’ouvrage souligne, tout d’abord, l’importance des médias dans la construction des rapports de genre et dévoile l’univers dialogique du courrier des lecteurs dans la presse sud-africaine. Réfléchissant sur les univers de réception de divers médias, les auteurs s’attachent à montrer comment le film — et notamment les « films indous » — permet de s’interroger sur les sentiments de l’autre et comment le cinéma ou les séries télévisuelles créent de fait une sorte d’espace comparatif entre des normes locales et extérieures, entre ce que l’on s’autorise à ressentir et ce que les personnages — comme des sortes d’ego expérimentaux — incitent à explorer.

7Outre ces divers modelages médiatiques, ce livre souligne les « conflits » de normes, comme par exemple entre l’importance explicite de l’économie dans le choix amoureux et des messages religieux insistant sur une sorte d’amour idéal construit sur ce qui relèverait d’une sorte d’absolue rencontre de personnes. C’est ainsi démontrer un certain isomorphisme entre les espaces sociaux et ceux de l’intimité.

8Enfin un dernier axe de réflexion s’attache à montrer comment les contextes sanitaires contribuent à « médicaliser » les relations amoureuses et incitent à penser le rapport à soi et à l’autre selon des critères provenant de divers corpus médicaux et psychologiques.

9Le riche matériau empirique étayant l’ensemble des réflexions des différents auteurs permet de comprendre comment une certaine modernité est incorporée, transformant les relations de genres et induisant d’autres modalités du rapport à soi : nouvelles inquiétudes sur la « sincérité » de l’aimé(e), nouveaux rêves, acceptation du « coup de foudre » comme attestant d’une certaine véracité de la rencontre ou nouvelle légitimité d’un lien passionnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Jaffré, « Cole, Jennifer & Thomas, Lynn M. (eds.). – Love in Africa », Cahiers d’études africaines [En ligne], 209-210 | 2013, mis en ligne le 27 mai 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/14463

Haut de page

Auteur

Yannick Jaffré

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page