Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Diallo, Youssouf & Schlee, Günther (dir.). – L’ethnicité peule dans des contextes nouveaux. La dynamique des frontières. Paris, Karthala, 2000, 255 p.

Cécile Pouget

Texte intégral

1Cet ouvrage, à l’initiative de Y. Diallo et G. Schlee, regroupe différentes contributions relatives aux sociétés peules. La dispersion géographique des Peuls les place dans une remarquable diversité de contextes politiques, économiques, sociaux. Partant du constat que c’est au contact d’autres groupes ethniques que se forgent les identités, en introduction de l’ouvrage, G. Schlee s’interroge sur les manifestations de ce phénomène au sein des sociétés peules. Aussi les articles rassemblés dans ce livre, ne visent pas à comparer ces différentes sociétés ; ils s’intéressent davantage aux relations que les Peuls entretiennent avec les non Peuls.

2Mali, Bénin, Côte-d’Ivoire, Cameroun, Soudan, l’aire d’expansion peule est assez bien représentée. Installés dans ces régions depuis plusieurs générations dans le cadre de la formation d’Empire théocratique ou issus de migrations récentes d’ordre économique, les groupes peuls y constituent tantôt le groupe dominant, tantôt le groupe dominé d’un point de vue politique et/ou économique.

3Dans l’ensemble, les Peuls font figure d’éleveurs par rapport aux autres populations, même si cela ne se traduit pas forcément dans leurs activités réelles. Ainsi, une majorité des contributions du livre aborde la question des relations entre les Peuls et les autres populations sous l’angle des relations agriculture/élevage dans le cadre des échanges familiaux ou de l’aspect plus général de l’accès aux ressources.

4Dans cette dernière optique, H. Van Dick montre comment diffère le contrôle sur la terre et l’eau en s’appuyant sur deux exemples situés au Mali central. Quels que soient les termes d’échanges établis entre éleveurs et agriculteurs, l’accès aux ressources doit sans cesse être renégocié compte tenu notamment de la fluctuation de ces ressources. L’auteur estime que la compétition entre éleveurs et agriculteurs, qui se rapprochent sur le plan technique, est sans cesse croissante.

5Les contributions de M. De Bruijn pour le Mali central, de Y. Diallo pour la Côte-d’Ivoire, de J. Van Santen pour le centre du Bénin et le Nord-Cameroun évaluent le rôle des jatigi, intermédiaires entre les Peuls et les populations d’accueil, ainsi que les arrangements entre éleveurs et agriculteurs.

6Le texte de M. De Bruijn reprend très clairement la problématique générale de l’ouvrage. L’auteur analyse l’évolution des bénéfices matériels et sociaux de l’institution du jatigi. Les relations entre Peuls et agriculteurs sont aujourd’hui déséquilibrées du fait de la fragilisation économique des Peuls. Néanmoins, l’institution permet à chacun des groupes d’exprimer son identité, et demeure ainsi indispensable.

7Après avoir présenté la politique d’accueil des Peuls en Côte-d’Ivoire, Y. Diallo explique l’importance des jatigi pour l’insertion des éleveurs peuls au sein des communautés villageoises sénoufo. En exposant les modalités des échanges entre les agriculteurs sénoufo et les éleveurs peuls (arrangement avec les bergers peuls auxquels sont confiés les animaux des agriculteurs, utilisation des bœufs de culture et du fumier), Y. Diallo montre comment cette coopération peut se moduler de la complémentarité à la concurrence, l’évolution de la démographie étant déterminante dans la nature des relations entre les deux populations.

8J. Van Santen établit une comparaison entre les Peuls du centre du Bénin et ceux du Nord-Cameroun. Pour chacune des régions, elle décrit le contexte d’installation des Peuls, la nature des relations établies avec les populations locales ainsi que les manifestations de l’identité peule. En opposant ces deux situations, elle montre comment, quel que soit le contexte économique, social ou politique dans lequel ils se trouvent, les Peuls manifestent leur identité propre, ce qui n’est pas le cas de certaines populations dominées du Nord-Cameroun qui, pour avoir accès aux ressources, ont embrassé l’identité ethnique des Peuls, par le biais de la conversion à l’islam.

9Dans la société peule de l’Adamaoua, J. Boutrais présente une analyse fine des relations agriculture/élevage au sein même du groupe des Foulbé de la région de Ngaoundéré en retraçant l’évolution de l’utilisation du fumier, le développement de la traction attelée et plus récemment du tracteur, la protection des champs, le choix des céréales cultivées. Les Peuls déterminent les relations qu’ils entretiennent avec les anciennes populations serviles ou les autres ethnies d’agriculteurs. Ils contrôlent l’espace et sont à la tête des changements techniques.

10Le travail de M. Guichard diffère totalement des précédents dans la façon d’aborder la question des relations entre les Peuls et leurs populations voisines. C’est en analysant le comportement des Peuls et des paysans bariba du Borgou (Nord-Bénin) les uns vis-à-vis des autres qu’elle évalue l’enjeu de leurs relations. Peuls et agriculteurs se comportent comme s’ils ne se connaissaient que depuis peu. Les Bariba parviennent ainsi à écarter les Peuls des instances politiques. De leur côté, les Peuls qui se considèrent comme des étrangers de l’intérieur réussissent à s’octroyer des droits, à faire des Bariba leurs protecteurs perpétuels.

11Si Y. Diallo et J. Van Santen font mention de l’existence de différents groupes peuls, les deux interventions relatives au Soudan traitent plus particulièrement de la diversité de la population peule. C. Delmet relate les conditions et les politiques favorables à l’installation de migrants ouest-africains. À l’intégration d’une population sédentarisée (en partie constituée de Peuls), il oppose la situation des éleveurs nomades mbororo, leurs difficultés de cohabitation avec les populations locales. Le texte de G. Schlee donne aussi un aperçu historique des migrations, et notamment leurs significations religieuses. Entre les élites bénéficiant d’un prestige religieux, les travailleurs et les éleveurs nomades, issus de périodes de migrations distinctes, les Peuls ne forment pas un groupe homogène. Ce constat amène l’auteur à poser la question de l’interaction entre ces différents groupes peuls.

12À la suite de ces contributions, C. Diallo, M. Guichard et G. Schlee entreprennent une comparaison des relations que les Peuls entretiennent avec les autres populations. Les relations personnelles, les relations interethniques de pouvoir, en passant par les échanges de produits bovins, illustrent dans le même temps la diversité et les transformations des contextes dans lesquels vivent les différents groupes peuls. Ces aspects comparatifs pourraient être étoffés par d’autres travaux sur les sociétés peules ; on pense en particulier à l’ouvrage récent Figures peules 1. Concernant plus spécifiquement le thème des relations avec les autres populations, on peut retenir les articles suivants :

13À propos du comportement des Peuls :

14E. Boesen décrit la pratique du pulaaku dans le Borgou (Bénin) et comment les Peuls marquent ainsi leurs différences avec les autres populations.

15Sur les modalités d’utilisation de l’espace :

16Pour la région du Séno (Mali) B. Bonte compare les logiques foncières des Dogon et des Peuls, l’évolution de leur emprise foncière respective ainsi que l’enjeu des politiques de développement pour les conflits fonciers. Y. Diallo s’appuie sur une étude des conditions d’accès aux points d’eau pour montrer les modalités de l’infiltration peule dans le Goundo-Sourou (Burkina Faso). Dans sa présentation de l’Émirat du Liptako (Burkina Faso) d’hier à aujourd’hui, A.-M. Pillet-Schwartz montre le contraste des systèmes de production des différents groupes sociaux de la région, combien ces contrastes permettent à chacun des groupes de manifester leur identité. P. D’aquino et S. Dicko retracent les étapes de l’occupation du Djelgodji (Burkina Faso), s’interrogent sur les causes de l’émigration contemporaine de certains Peuls pasteurs.

17Au sujet de l’interaction entre les différents groupes peuls et leur intégration spatiale :

18Par l’étude des migrations, S. Fanchette explique la constitution d’une société peule dans le Fouladou (Sénégal), les modalités d’utilisation de l’espace par les différents groupes peuls dont leurs anciens esclaves. C’est une étude historique des activités d’élevage qui permet à J. Boutrais de comprendre le rôle de l’élevage dans la conquête de l’Adamaoua par les Foulbé, ainsi que les associations et les compétitions entre les Foulbé et les Mbororo.

19Sur les Peuls en mouvement :

20P. Bernardet analyse les différents conflits et les politiques à l’égard des Peuls en Côte-d’Ivoire. G. Romier montre comment les conditions intérieures du pays et celles du Cameroun ont participé à l’installation des éleveurs peuls en Centrafrique et combien elles en déterminent l’avenir.

21Ces articles élargissent la gamme des contextes présentés dans L’ethnicité peule… Ils constituent, dans le même temps, d’autres façons de traiter des relations entre les Peuls et les populations voisines.

22En définitive, cet ouvrage interpelle car il invite à une relecture des différents travaux consacrés aux sociétés peules. En s’appuyant sur l’ensemble de ces travaux, on pourrait aller au-delà des aspects comparatifs présentés à la fin de l’ouvrage et envisager une synthèse plus poussée sur le thème du lien entre frontière et ethnicité.

Haut de page

Notes

1 Botte, R., Boutrais, J. & Schmitz, J. (dir.), Figures peules, Paris, Karthala, 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Pouget, « Diallo, Youssouf & Schlee, Günther (dir.). – L’ethnicité peule dans des contextes nouveaux. La dynamique des frontières. Paris, Karthala, 2000, 255 p. », Cahiers d’études africaines [En ligne], 166 | 2002, mis en ligne le 10 juin 2005, consulté le 27 avril 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/1484

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page