Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Cooper, David & Subotzky, George. – The Skewed Revolution. Trends in South African Higher Education : 1988-1998

Bellville, Education Policy Unit, University of the Western Cape ; Johannesburg, Thorold’s Africana Books (distributor), 2001, 284 p.
Yann Lebeau
p. 439-440

Texte intégral

1La contribution attendue de l’enseignement supérieur à la transformation de l’Afrique du Sud post-apartheid a fait l’objet d’un nombre considérable de publications. De même, la restructuration du système d’enseignement supérieur dans la foulée du changement politique se trouve au centre d’un large débat et de multiples réformes. Les enjeux de celles-ci dépassent largement les frontières de l’Afrique du Sud, qui constitue à bien des égards un laboratoire d’analyse de dynamiques également à l’oeuvre en Europe (débat démocratisation/massification, effets des politiques compensatrices et de quotas, régionalisation des universités, débat sur l’université comme bien public). Le point de vue sud-africain jouit également d’un statut particulier dans les débats sur la mondialisation de l’enseignement supérieur en tant que « voix du Sud », sorte de contrepoint toléré à la vulgate dominante sur la société du savoir et de l’information.

2La prolifération d’analyses, dynamisée par ce contexte favorable, n’a cependant eu jusqu’à présent que peu d’écho en dehors du milieu de la recherche sur les universités. Une photographie statistique commentée du paysage universitaire, mettant les changements en perspective historique et géographique, manquait au néophyte pour comprendre et situer le flot de discours et de théories sur les capacités et les velléités transformatrices du système. C’est précisément ce à quoi se sont essayés George Subotzky (University of the Western Cape) et David Cooper (University of Cape Town), deux spécialistes réputés de l’enseignement supérieur sud-africain.

3Conçu comme un « guide statistique accessible à tous », l’ouvrage condense des données détaillées sur les changements intervenus dans deux domaines durant la décennie passée : les grandes tendances de la fréquentation étudiante et l’évolution du profil des personnels académique et non académique. L’intérêt du livre tient en grande partie à ce format original, visuel et didactique, où l’analyse, intentionnellement superficielle, appelle peu de critiques.

4Introduit par une « sociologie historique » (chap. 1) du paysage que forment les 36 universités et technikons (les instituts de technologie), depuis l’établissement de l’Université du Cap de Bonne Espérance en 1873 jusqu’aux derniers technikons établis dans les homelands à la fin des années 1980, le livre consacre ensuite cinq chapitres (2 à 6) aux effectifs et à la fréquentation étudiante et un seul au personnel. Les notes techniques sur les sources et les tableaux complets sont renvoyés en annexe.

5Chaque chapitre sur les étudiants interroge les dynamiques de la fréquentation selon le sexe et l’origine ethnique à partir d’un angle distinct (le domaine d’étude, le type d’établissement, etc.), et propose deux types de lecture (« d’un coup d’oeil » et « en détails » ainsi qu’une brève synthèse).

6Bien que beaucoup plus superficielle, la partie sur les employés est également intéressante, notamment le passage sur l’évolution de la composition ethnique où les auteurs montrent clairement que les Blancs restent sur-représentés dans toutes les catégories de personnel (79 % des enseignants chercheurs), en dépit d’une hausse « conséquente » de la participation des Noirs (de 30 à 38 % au total). La « révolution » est également faussée à ce niveau, nous disent-ils en substance, si l’on considère que cette hausse de la représentation des Noirs concerne avant tout les métiers de service (dont ils occupent 70 % des emplois) alors qu’ils ne représentent que 13 % du personnel académique.

7Dans la conclusion générale, Cooper et Subotzky tentent de mettre au jour les réalités macro-économiques et macro-sociales qui peuvent expliquer le caractère complexe et biaisé de cette révolution (car il s’agit bien d’une révolution) de ces dix dernières années en matière de fréquentation étudiante. L’Afrique du Sud, soutiennent-ils, a connu une transformation rapide et sans précédent de la composition ethnique de sa population étudiante, mais l’accès à l’enseignement supérieur demeure très largement le privilège d’une « partially deracialised middle class » (p. 236). Cette approche en termes de classes domine une conclusion très schématique, où les autres facteurs explicatifs considérés comme « aussi importants » sont survolés, mais qui montre bien le faible impact des réformes de l’enseignement supérieur adoptées depuis le milieu des années 1990 sur la « révolution » de la fréquentation étudiante et la « non-révolution » du profil des universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Lebeau, « Cooper, David & Subotzky, George. – The Skewed Revolution. Trends in South African Higher Education : 1988-1998 », Cahiers d’études africaines [En ligne], 169-170 | 2003, mis en ligne le 21 décembre 2006, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/1520

Haut de page

Auteur

Yann Lebeau

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page