Navigation – Plan du site
Interrogations en anthropologie et sociologie

Les politiques de développement rural et l’anthropologie en Afrique subsaharienne

Brève histoire des politiques de développement du milieu rural : présence des disciplines dures et absence de l’anthropologie
Rural Development Policies and Anthropology in Subsaharan Africa
Claude Arditi
p. 453-472

Résumés

Résumé
Cet article traite de la place de l’anthropologie dans les politiques de développement rural en Afrique subsaharienne de la période coloniale à nos jours. L’accent est mis sur le rôle très secondaire joué par les anthropologues, y compris quand ils travaillaient pour le gouvernement colonial, dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques visant à développer l’agriculture et l’élevage. On montre comment et pourquoi depuis la période coloniale les pratiques agricoles (méthodes culturales, instruments aratoires, etc.) et pastorales (« boomanie ») ont été mal comprises et ont fait l’objet de jugements dévalorisants. La lente émergence d’une anthropologie du développement se donnant pour tâche d’envisager simultanément développeurs et développés est ensuite analysée en France et dans le monde anglo-saxon. L’auteur dans un chapitre intitulé « La riziculture irriguée dans le nord du Cameroun ou comment faire le bonheur de l’autre malgré lui » fait ensuite part de son expérience personnelle en mettant l’accent sur les malentendus improductifs entre les anthropologues et les développeurs. Une conclusion, se voulant résolument optimiste, envisage de nouvelles possibilités de collaboration entre sciences humaines et disciplines « dures ».

Haut de page

Texte intégral

1Le développement du milieu rural, qui repose sur les deux activités principales que sont l’agriculture et l’élevage, a longtemps constitué une priorité dans les pays tropicaux colonisés par les grandes puissances occidentales. Les politiques économiques coloniales, dites de « mise en valeur », des pays récemment conquis et plus ou moins complètement pacifiés ont en effet eu comme principale caractéristique d’introduire des cultures dites de rente, tels que l’arachide, le coton, le café, le cacao, etc., le plus souvent de manière coercitive (le travail forcé ayant remplacé les diverses formes d’esclavage précolonial). L’objectif était de faire produire par les paysanneries africaines des matières premières destinées aux industries des métropoles européennes et à les renvoyer dans les régions d’origine sous forme de biens manufacturés, ce qui, de fait, les intégrait davantage à l’économie-monde. Cette entreprise était évidemment liée à la présence et à l’action des militaires, administrateurs civils, missionnaires, agents des sociétés commerciales et concessionnaires qui mirent en œuvre la « situation coloniale » (Balandier 1963) caractérisée par un rapport structurel de domination sur les populations locales au nom d’une supériorité revendiquée se manifestant notamment par la dévalorisation systématique des manières de penser, de croire, de dire et de faire. Dans un tel contexte, dominé par l’idéologie évolutionniste des conquérants, assimilant leurs nouveaux sujets à des « primitifs » restés en panne sur la route du progrès, il était évidemment impensable de considérer ces populations, principalement rurales, comme des paysans intelligents et efficaces. Ceux-ci ne pouvaient par définition disposer de connaissances et de techniques rationnelles et mettre en œuvre des systèmes de production adaptés aux conditions écologiques locales. C’est ainsi que les méthodes culturales extensives peu productives, les instruments aratoires rudimentaires, les cultures associées, et la pratique de jachères de longue durée ont été perçus comme autant d’archaïsmes à faire rapidement disparaître.

2Les éleveurs nomades ou transhumants vivant dans les zones arides n’ont pas fait l’objet d’un meilleur traitement. Leur prétendue « boomanie » se serait manifestée par des pratiques d’élevage « ostentatoires » ou « contemplatives » de leurs zébus aux longues cornes ou de leurs dromadaires élancés, se traduisant par leur refus de les vendre et d’en consommer régulièrement la viande. Les éleveurs ont donc aussi été invités à transformer leurs représentations et leurs pratiques et, notamment, à « déstocker » leurs troupeaux (composés en majeure partie de femelles laitières) pour approvisionner les centres urbains en pleine croissance démographique.

3En conséquence, considérant à tort les systèmes de production agricoles et pastoraux comme autarciques (entièrement voués à l’autosubsistance), le colonisateur a jugé indispensable de contraindre paysans et éleveurs à s’intégrer à une économie d’échanges en imposant les cultures de rente destinées au marché européen et une fiscalité sur les hommes (impôt de capitation) ainsi que sur les animaux (taxe sur le cheptel). Ainsi, ces populations rurales devaient disposer bientôt de revenus monétaires réguliers leur permettant d’acheter les biens manufacturés importés par les grandes sociétés commerciales européennes attirées par ces nouveaux marchés.

4Dans un tel contexte, l’anthropologie n’a, bien sûr, été que très peu sollicitée par le pouvoir colonial qui utilisait surtout des ingénieurs pour faire ouvrir des routes, construire des voies ferrées et des ports, des agronomes pour développer les plantes cultivées utiles à la métropole, des médecins et des vétérinaires pour combattre les épidémies et les épizooties. En outre, pour faire peu à peu bénéficier les « indigènes », englués dans leur « mentalité primitive », du progrès et de l’instruction, l’administration coloniale disposait du monopole de la violence physique (réquisitions, travail forcé et corvées) et symbolique (scolarisation, évangélisation) pour soumettre les corps et les esprits. Aussi ne prêtait-elle guère attention aux rares anthropologues étudiant plutôt des aspects des cultures indigènes (systèmes de parenté, pratiques rituelles, cosmogonies…) que les changements socio-économiques projetés étaient censés vouer à une disparition prochaine.

5La demande d’anthropologie est de nos jours dans les milieux du développement (bailleurs de fonds, bureaux d’études, ong et organisations humanitaires), à l’exception des situations de crise, comme nous le montrons plus loin, toujours assez faible. Ceci s’explique, à notre sens, par la persistance dans ces milieux — où les disciplines dures et une idéologie scientiste dominent très largement — de la croyance, encore bien présente, selon laquelle l’Occident est toujours seul détenteur d’une conception du progrès fondé sur des techniques qu’il doit exporter, voire imposer, à travers ses politiques de développement.

De la mise en valeur coloniale aux politiques de développement : la difficile émergence de l’anthropologie

6Avant d’analyser la nature des relations entre l’administration coloniale et les premiers anthropologues « de terrain », puis leur évolution jusqu’à nos jours, dans de nouveaux contextes, il paraît nécessaire de rappeler à grands traits l’histoire du développement de l’anthropologie en Angleterre et en France, les deux plus grandes puissances impériales. Du contexte colonial en passant par la mise en valeur des colonies jusqu’aux actuelles politiques de développement, on examinera la place donnée aux anthropologues dans les instituts de recherche (agronomiques et zootechniques), dans les opérations de développement, dans les ong de développement et dans les ong humanitaires.

7Enfin, on évoquera les travaux des très rares agronomes qui, sans être anthropologues, ont utilisé les méthodes et les acquis de l’anthropologie pour étudier et comprendre la rationalité des systèmes de production agricoles et pastoraux et contribuer ainsi à une critique radicale des politiques de développement rural menées en Afrique et ailleurs.

8On sait qu’une anthropologie de l’Afrique subsaharienne, d’inspiration coloniale et représentée par des administrateurs et des missionnaires, s’est constituée au début du xxe siècle, d’abord en Angleterre. Toutefois, comme le remarque un anthropologue (Kuper 2000 : 124), « si l’on considère l’Empire dans son ensemble, il n’est pas exagéré de dire que la contribution directe de l’anthropologie à l’administration était encore à cette époque totalement nulle ». Ce n’est qu’à partir des années 1930, en effet, qu’on trouve dans l’administration coloniale britannique des administrateurs anthropologues tels que Rattray, Meek ou Talbot ou des anthropologues sous contrat avec l’administration comme Evans-Prichard, Nadel, Seligman, etc. Du côté français, les figures dominantes sont celles de Delafosse, Tauxier, Labouret, Monteil et de quelques autres.

9Les relations difficiles entre administrateurs et anthropologues venaient souvent du fait que les premiers pensaient mieux « connaître les indigènes » que les seconds, qui n’occupaient généralement un poste que deux ou trois ans. En outre, le séjour de l’anthropologue dans un village africain et l’observation participante qui impliquait d’y vivre comme un indigène étaient vigoureusement critiqués dans les milieux coloniaux où l’on posait comme principe absolu qu’il fallait garder ses distances avec les autochtones. Enfin et surtout, il faut bien reconnaître que les administrateurs coloniaux d’hier, pas plus que la plupart des développeurs d’aujourd’hui, n’allaient en Afrique dans l’intention de « connaître » les peuples qui y vivaient.

10Sur l’utilisation des travaux anthropologiques réalisés pour l’administration, Evans-Pritchard (1946 : 97) est tout à fait clair : « Durant les quinze années où j’ai enquêté sur des questions sociologiques dans la même région, on ne m’a jamais non plus, demandé mon avis sur quoi que ce fût. »

11C’est surtout parce qu’en Angleterre la discipline était installée dans le paysage institutionnel depuis plus longtemps qu’en France, qu’il était possible, en relation avec les universités de la métropole (Cambridge, Oxford, et les prestigieuses London School of Economics et School of Oriental and African Studies), d’encadrer et d’orienter l’anthropologie coloniale qui bénéficiait, en outre, d’universités et de centres de recherche en Afrique occidentale, orientale et australe. Fondé à Londres en 1926, l’International African Institute favorisait des recherches sur le terrain dont les résultats étaient publiés dans la revue Africa. C’est dans ce cadre que paraîtront les célèbres monographies consacrées aux African Political Systems (Fortes & Evans-Prichard 1940) et aux African Systems of Kinship and Marriage (Radcliffe-Brown & Forde 1950).

12Pour le domaine français, le Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof (Dakar), créé en 1916, publiera jusqu’en 1938 un Bulletin consacré aux sciences naturelles et sociales. En 1939, l’Institut français d’Afrique noire (ifan) voit le jour. Devenu par la suite Institut fondamental d’Afrique noire, il est à l’origine de nombreuses publications (Bulletin, Notes africaines, Travaux et Mémoires). En France, la Société des Africanistes créée en 1930 et, à partir de 1931, son Journal de la Société des Africanistes regroupent administrateurs, ethnologues, missionnaires et voyageurs. De 1931 à 1933 a lieu la Mission Dakar-Djibouti, dirigée par Marcel Griaule, dont les travaux ultérieurs sur les Dogon sont à l’origine d’une anthropologie religieuse toujours vivante.

13Plusieurs facteurs vont contribuer, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, à transformer le monde des études africaines. En quelques années la décolonisation des pays sous domination européenne est achevée et, à partir de 1953, l’expression « Tiers-Monde » pour désigner les pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie nouvellement indépendants devient usuelle. Confrontées à de nouveaux défis politiques (stratégies des grandes puissances, émergence du nationalisme), socio-économiques (urbanisation, opérations de développement, migrations) qui sont autant de facteurs d’une accélération de leurs changements, les sociétés africaines ne peuvent plus être considérées comme traditionnelles et statiques.

14L’anthropologie ne pouvait donc rester indifférente à la question du « changement social » jusqu’alors posée surtout en termes d’opposition entre « tradition » et « modernité » à la suite de I. Schapera et de M. Gluckman. Ainsi, en 1959, les actes du premier séminaire international de l’International African Institute, sont significativement publiés sous le titre Social Change in Modern Africa. C’est aussi en Angleterre que les recherches historiques connaissent un essor important avec la parution du Journal of African History à partir des années 1960. En 1986, s’achève la publication de la précieuse Cambridge History of Africa (huit volumes), commencée en 1975.

15En France, le cnrs s’ouvre à partir de 1950 à la recherche anthropologique, tandis que la géographie et la sociologie de l’Afrique noire se développent à l’orstom, et qu’un enseignement africaniste pluridisciplinaire est dispensé à l’École pratique des hautes études (ephe). Trois courants principaux, qui se sont prolongés jusqu’à nos jours, se dessinent à cette époque. Le premier, animé par M. Griaule, G. Dieterlen et leurs disciples se consacre à l’étude des systèmes de pensée, des mythologies, de la divination et du sacrifice dans le but de montrer la richesse et la complexité des productions culturelles endogènes de l’Afrique, ce qui les conduit à laisser de côté les changements porteurs de métissages impurs ou, pire, de déculturations. Un second courant peut être qualifié de structuraliste car il s’inspire fortement, dès les années 1950, des travaux de Claude Lévi-Strauss. Dans une certaine mesure, il s’inscrit dans la lignée du précédent si l’on considère que, peu attentif aux évolutions contemporaines, il continue de privilégier les domaines traditionnels de l’ethnologie classique, mais en appuyant ses analyses sur une méthode beaucoup plus rigoureuse de mise en évidence des structures logiques inconscientes à l’œuvre derrière les apparences phénoménales. On lui doit donc d’importants travaux renouvelant les études sur la parenté, l’organisation sociale, les systèmes politiques, les systèmes symboliques, mais ces travaux demeurent en quelque sorte « déconnectés » des enjeux des mutations sociales en cours. En revanche, les données de l’histoire contemporaine et des transformations dont elle est porteuse sont au centre du courant inauguré en 1955 par G. Balandier avec sa Sociologie actuelle de l’Afrique Noire, où, à partir de terrains gabonais et congolais, il développe pour la première fois le concept de « situation coloniale ». Cela marque indiscutablement le début d’une nouvelle anthropologie politique que l’auteur qualifie aussi de « dynamique, historique et critique » et qui, contre les effets de méconnaissance engendrés par une ethnologie trop « archaïsante » (d’inspiration griaulienne ou lévi-straussienne), entend rester une véritable sociologie des sociétés contemporaines, se réfère souvent à l’anthropologie britannique et contribue à la prise en compte des problèmes de développement. Dans les années 1970, les anthropologues marxistes (pour la plupart formés au sein de l’école dynamiste) apportent une théorisation plus rigoureuse avec l’analyse des différents « rapports de production » propres aux sociétés africaines et des rapports de production internationaux inégaux dans lesquels la colonisation les avait insérés. Cette anthropologie marxiste se nourrit d’une anthropologie économique nouvelle représentée par C. Meillassoux qui anime par la suite d’importantes recherches sur le commerce à longue distance, l’esclavage, la guerre et la formation de l’État.

16Comme le remarque Olivier de Sardan (1995), l’anthropologie marxiste ne considérait pas les faits de développement tels qu’ils pouvaient être appréhendés sur le terrain de manière empirique à partir de l’observation des pratiques et des stratégies mises en œuvre aussi bien par les « développeurs » que par les « développés ». Lui-même, préconisant donc un « retour » à une anthropologie plus empirique, au centre d’une toute nouvelle « anthropo-sociologie du développement » (ibid.) recommande des recherches plus centrées sur les micro-réalités locales, et sur les marges de manœuvre des individus et des groupes à l’intérieur de contraintes définies par les structures du champ politique induit (ou ravivé) par l’action de développement.

  • 1 Terme utilisé en Afrique francophone pour désigner le fouet.

17Cette présentation ne saurait être complète si elle ne mentionnait pas les travaux de quelques rares agronomes qui ne se sont pas contentés d’avoir le « Mémento de l’agronome » comme « livre de chevet » mais qui, dès la période coloniale, ont effectué des études de terrain, souvent influencées par les recherches anthropologiques ou géographiques, afin de montrer la rationalité des pratiques paysannes adaptées aux conditions écologiques locales. Mais, ces heureuses exceptions confirmaient plutôt la règle qui voulait que très rares furent, en effet, à l’époque coloniale, les agronomes intéressés à autre chose qu’aux expérimentations « in vitro », dans les stations de recherche, des cultures d’exportation (arachide, coton, café, cacao, hévéa). Avec le concours d’encadreurs plus prompts à manier la chicotte1 qu’à utiliser la pédagogie, il s’agissait ensuite d’en vulgariser les résultats auprès des paysans sans chercher à comprendre leurs réticences vis-à-vis de plantes souvent inconnues qui étaient loin de faire leurs preuves quand elles étaient introduites dans leurs terroirs. Il fallait donc une véritable indépendance d’esprit et une curiosité peu commune pour étudier en détail, sur le terrain, un système agricole, comme l’avait fait de Schlippe, agronome belge, avec l’agriculture itinérante des Zandé (population du Soudan et du Congo belge), en utilisant une méthodologie fondée sur la « nécessaire collaboration entre l’anthropologie et l’agronomie ». Cette méthode lui avait permis de « réhabiliter » les techniques traditionnelles (pratique du brûlis, cultures associées, longues jachères…) et de montrer que la gamme des plantes cultivées s’était diversifiée et enrichie avec le temps de nouvelles espèces et de nouvelles variétés. Ce travail, sans doute l’un des tous premiers en agronomie tropicale, mettait en valeur la rationalité de techniques culturales africaines sachant tirer le meilleur parti des contraintes et des possibilités du milieu tropical. De Schlippe émettait bien sûr de grandes réserves sur la manière autoritaire dont le coton avait été introduit, ici comme ailleurs, sans aucunement prendre en considération le système agricole dans son ensemble.

18Mais l’exemple de de Schlippe et de son « populisme méthodologique » permettant de « réhabiliter » les savoirs et savoir-faire locaux, n’ont guère fait école auprès de ses collègues agronomes, en dehors de R. Portères, de P. Richard et de quelques autres. L’un d’eux, H. Cochet (2001), a récemment montré avec brio comment, au Burundi, la paysannerie a su accroître sa production malgré la série ininterrompue des échecs, prévisibles dès le départ, d’une suite d’interventions et de projets financés par les agences internationales.

19En fin de compte, il faut bien constater que, si une anthropologie du développement s’est récemment constituée en tant que discipline autonome représentée dans les institutions de recherche et dans les universités, on compte toujours très peu d’anthropologues parmi le personnel des instituts de recherche agronomique, des agences de développement, des ong et des organisations humanitaires et, sur le terrain, dans les opérations de développement qu’elles financent et mettent en œuvre. En règle générale, les milieux du développement, malgré un bilan qui est loin d’être positif, se caractérisent toujours par une grande méfiance vis-à-vis de l’anthropologie, sans doute parce qu’il est beaucoup plus commode et confortable d’attribuer la responsabilité des échecs à « l’inertie » des populations et à leurs « archaïsmes », notions qui rappellent singulièrement la pensée coloniale (Arditi 2005).

La riziculture irriguée dans le nord du Cameroun ou comment faire le bonheur de l’autre malgré lui

  • 2 C’est surtout le terme socio-économiste qui s’est imposé dans les milieux du développement car celu (...)

20L’on présentera ici une étude de cas qui nous paraît à elle seule suffisamment représentative des malentendus qui caractérisent les relations entre développeurs relevant des « sciences dures », et le sociologue ou l’anthropologue2 plutôt partisan d’une « science molle » dès lors qu’il s’agit de comprendre la rationalité profonde de conduites humaines plutôt complexes ! En l’occurrence, il s’agit d’une opération conçue, programmée et mise en œuvre par des ingénieurs hydrauliciens, des agronomes, des économistes, etc., en vue du développement de la riziculture irriguée au Cameroun. C’est un projet classique dit « d’import substitution » (Arditi 1985) dans la mesure où l’on se propose de produire localement une denrée jusqu’alors importée et considérée par les développeurs et le pouvoir camerounais comme essentielle à la stratégie d’autosuffisance alimentaire du pays, avec le double objectif d’approvisionner le marché national et de contribuer à l’équilibre de la balance du commerce extérieur.

21Dès la période coloniale, on a privilégié l’irrigation pour développer des productions telles que le coton et le riz (Gezireh Scheme, aménagement hydro-agricole au Soudan anglais, Office du Niger au Soudan français, actuel Mali, etc.), car elle permet d’obtenir des rendements beaucoup plus élevés que le mil et le sorgho en agriculture pluviale. La Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry) s’inscrit donc dans une longue série d’opérations de développement visant à introduire une agriculture intensive.

22Après les années 1960, des pays africains ont souhaité bénéficier de périmètres rizicoles permettant d’obtenir de hauts rendements dans le cadre de politiques dites d’autosuffisance alimentaire. Si pour certains d’entre eux, comme le Sénégal, cette politique était justifiée car le riz y était déjà très consommé, ce n’était pas le cas d’autres pays, comme le Cameroun, où au nord d’autres céréales (mil, sorgho, maïs) et au sud les tubercules (manioc, igname, taro) et la banane, constituaient la base de l’alimentation.

  • 3 Ancien nom de l’Agence française de développement (AFD).

23Cette politique rizicole a été marquée par de grandes incohérences. Ainsi, alors qu’on consommait de petites quantités de riz importé à Douala et Yaoundé, la principale opération de riziculture irriguée a été implantée à plus de mille kilomètres, à Yagoua, en pays massa, où le sorgho rouge était l’aliment de base ! Certes, si la création de la Semry a pu être justifiée par la présence de conditions physiques favorables (vastes plaines jouxtant le fleuve Logone, inondées par la crue en saison des pluies), elle a aussi incontestablement bénéficié du laxisme et des relations de clientélisme que les bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Fonds d’aide et de coopération [fac], Caisse centrale de coopération économique [ccce]3), entretenaient avec le président Ahidjo, originaire du Nord, qui souhaitait continuer à privilégier le développement de sa région. Des études préalables avaient pourtant montré que la rentabilité d’une telle opération était loin d’être garantie et que le prix de revient du riz, en raison de choix techniques onéreux et discutables (labours avec des tracteurs) et de l’éloignement des lieux de consommation, l’empêcherait d’être acheminé vers les centres urbains du Sud. Le riz allait, en revanche, trouver son débouché « naturel », dans l’État voisin du Bornou (État de l’est du Nigeria aussi peuplé que le Cameroun). Curieusement ceci n’avait guère été envisagé par les bailleurs de fonds ! Paradoxale conséquence, la diminution des importations camerounaises de riz qui constituait pourtant l’un des principaux objectifs de l’opération n’a jamais été atteinte.

24Rappelons les principales caractéristiques de cette opération. La Semry est créée en 1972 et, après avoir obtenu la concession des terres aménagées pour une durée de 99 ans, elle aménage plusieurs milliers d’hectares de rizières en pays massa et elle prend en charge « l’encadrement » des producteurs avec les objectifs suivants :

  • la réduction de l’insécurité alimentaire des populations ;
  • la mise à disposition des paysans de nouvelles techniques leur permettant de satisfaire leurs besoins économiques et leur aspiration au mieux-être ;
  • la création d’un pôle de développement régional ;
  • l’approvisionnement en riz du marché national (et la réduction des importations) ;
  • la diffusion d’idées et de techniques.

25L’introduction de la riziculture irriguée a nécessité la construction d’un réseau de canaux, de stations de pompage, d’une rizerie industrielle, d’un dispensaire, d’habitations et de lieux de loisirs pour les « expatriés » et pour le personnel local. Et, effectivement, à considérer l’opération sous son seul aspect technique, la maîtrise totale de l’eau, l’utilisation de variétés de riz performantes, un calendrier cultural strict et la technique du repiquage ont permis d’obtenir des rendements de plus de quatre tonnes par hectare deux fois par an, c’est-à-dire beaucoup plus que le sorgho pluvial, base de l’alimentation des populations locales.

26Pourtant, ce résultat n’aurait pu être obtenu sans la compétence et les capacités d’adaptation des Massa : les modes d’occupation de l’espace (habitations et greniers en pisé, champs de sorgho rouge aux formes irrégulières, zébus conduits au pâturage sous la conduite d’un jeune berger) ont en effet été bouleversés, et la ligne droite (parcelles carrées, canaux rectilignes, etc.), censée symboliser la rationalité occidentale, règne désormais sur la Semry. Dans ce nouvel espace tout respire l’ordre, un ordre quasi militaire qui fleure bon la nostalgie de la période coloniale : sirène appelant les employés et les ouvriers au travail dès cinq heures du matin, ségrégation (entre expatriés et personnel camerounais) dans l’habitat et les rares espaces publics, rapports de travail rigoureusement hiérarchisés et relations autoritaires avec les paysans.

La riziculture irriguée et ses conséquences imprévues

  • 4 Riz non décortiqué.

27L’hypothèse des responsables de la Semry, jamais formulée de manière explicite, était la suivante : la riziculture irriguée est l’activité économique la plus rémunératrice (rendements élevés, prix du paddy4 fixé avant récolte, appui technique, etc.) et elle doit donc à court terme supplanter toutes les autres. En effet, la Semry contrôle totalement la filière rizicole (de la fourniture des semences à l’achat du paddy) et les paysans sont assurés d’écouler la totalité de leur production à un prix connu d’avance, traits caractéristiques des cultures de rente.

28Avant la diffusion de la riziculture irriguée, le coton était la principale culture commerciale du Nord Cameroun et sa production atteignait déjà 90 000 tonnes en 1970. Introduit dans les années 1950, il constituait la culture commerciale de référence. Les paysans ont par conséquent immédiatement comparé la rentabilité sociale et économique du riz à celle du coton.

29L’activité rizicole (double culture de 1976 à 1986) a donc été imposée au système de production des Massa (jusqu’alors principalement fondé sur l’agriculture, l’élevage, et la pêche) et ses techniques (principalement le repiquage) ont été rapidement assimilées et ont permis d’obtenir des rendements moyens élevés et des revenus monétaires relativement importants. La riziculture s’est pourtant heurtée à de nombreuses résistances plus ou moins ouvertes de la part des producteurs, dans la mesure où des incompatibilités avec les activités hors périmètres ont rapidement été manifestes.

30En effet, les Massa ont considéré le riz, à l’instar du coton, comme une culture purement commerciale car cette céréale ne faisait pas partie de leurs habitudes alimentaires. Les responsables du projet escomptaient cependant qu’elle prendrait peu à peu sa place dans leur alimentation et c’est pour amorcer ce processus que les paysans ont pu conserver 10 % de paddy.

31Les textes réglementant la riziculture n’ont été promulgués qu’en 1984, soit douze ans après le démarrage du projet ! Chaque exploitant devait à chaque campagne signer un bail, qui était en réalité une longue liste d’obligations. Il était stipulé, par exemple, que le faire-valoir direct de la parcelle était obligatoire et, qu’en conséquence, seuls l’attributaire et sa famille devaient effectuer les principaux travaux. En réalité, de nombreuses incompatibilités entre les textes et les pratiques sont apparues. Par exemple, le repiquage impose l’emploi de main-d’œuvre salariée, car il doit être effectué en un laps de temps limité (de nombreux autres exemples de telles incohérences pourraient être fournis).

32Les relations entre la Semry et les paysans ont donc, depuis le début, été caractérisées par l’absence de règles claires et transparentes, ce qui ne pouvait que générer méfiance et parfois conflits. C’est ainsi qu’avant la promulgation des textes, la Semry s’arrogeait le droit de retirer sa parcelle au paysan qui ne respectait pas les consignes de l’encadrement, fraudait à la collecte du paddy ou le vendait sur le marché parallèle. La parcelle confisquée était ensuite attribuée à d’autres demandeurs, en laissant l’opération à la discrétion des encadreurs qui avaient tendance à privilégier les demandeurs solvables (fonctionnaires et commerçants) qui les récompensaient, et à leur attribuer plusieurs « piquets ». Ces attributaires, citadins, s’empressaient de les faire cultiver par leurs kerena (journaliers).

33Cet effet pervers est une conséquence directe de la double culture annuelle, car, seules les unités de production familiales disposant d’une force de travail familiale suffisante peuvent assurer régulièrement les deux cycles de culture, tout en continuant leur pluri-activité habituelle à l’extérieur du périmètre aménagé. Les petites unités de production familiales ne peuvent, quant à elles, s’investir que dans une seule récolte par an et elles doivent donc délaisser provisoirement leur piquet. L’une des principales conséquences est qu’une proportion de paysans, difficile à évaluer, pratique une riziculture intermittente en changeant fréquemment de parcelle (et parfois de nom) afin d’échapper au paiement de la redevance. Et, en l’absence d’état-civil, l’impossibilité d’identifier rigoureusement les riziculteurs permet à ces derniers, grâce à de nombreux subterfuges, de réintégrer le périmètre après en avoir été évincés.

34Ainsi, s’est peu à peu mis en place un véritable « nomadisme rizicole » en opposition totale avec les objectifs du projet. Cette situation a été accentuée par le fait qu’avec les années, et en l’absence d’une politique de responsabilisation des paysans en matière foncière ou de gestion de l’eau, certaines parcelles ont été délaissées en raison de leur mauvaise irrigation. La conjonction de ces facteurs a eu pour effet de rendre la perception de la redevance de plus en plus difficile et d’entraîner l’expulsion périodique des mauvais payeurs. Un véritable « marché des piquets » s’est alors mis en place avec, à chaque campagne, la réattribution par la Semry d’une partie importante du périmètre à des citadins qui sont de ce fait devenus de plus en plus nombreux à investir dans la riziculture.

35On estime qu’environ 25 % des riziculteurs obtenaient des rendements en paddy de moins de 4 t/ha et 25 % plus de 6 t/ha. Par conséquent, 50 % des paysans devaient donc livrer la moitié de leur production de paddy pour acquitter leur redevance. Ceux dont les rendements étaient inférieurs à 4 t/ha devaient, quant à eux, livrer 60 % de leur production et parfois plus ! La diversité des rendements, qui résulte de stratégies familiales et de conditions physiques des parcelles différentes, a donc des incidences directes sur le paiement de la redevance et, partant, sur les revenus monétaires. On peut donc comprendre que les paysans dont les rendements étaient faibles et qui devaient acquitter une forte redevance étaient peu disposés à le faire.

  • 5 Celui-ci était pilé et parfois mélangé avec d’autres farines.

36En 1984, année de grande sécheresse, les paysans ont continué à cultiver du sorgho pluvial car il n’est pas socialement envisageable qu’un chef de famille ne produise pas la plus grande partie des céréales nécessaires à l’alimentation des siens. Contrairement aux souhaits des responsables de la Semry, le riz ne s’est donc pas substitué au sorgho rouge. Pourtant, en période de sécheresse, à cause du prix élevé de ce dernier, de nombreux riziculteurs durent alors consommer, souvent à contre cœur, presqu’exclusivement du riz5. Il n’en demeure pas moins que les Massa considèrent à juste titre le riz comme un aliment moins nutritif que le sorgho rouge qu’ils consomment complet : ils se plaisent, en effet, à répéter que « pour avoir assez de force pour cultiver du riz deux fois par an, il est indispensable de consommer beaucoup de sorgho ! », et que « le riz ne tient pas au corps, on le pisse ! »

Le sociologue dans les rizières

37J’ai été amené à travailler pour la première fois en 1981 à Semry ii. Cet aménagement d’environ 6 000 hectares, qui venait d’être achevé, complétait celui de Semry i, considéré par ses responsables comme « une réussite technique ». En 1979, un « recensement » effectué dans les villages concernés par le projet Semry ii les avait convaincus qu’il y aurait pléthore de candidats à la riziculture. Pourtant, sur l’effectif des 6 400 personnes, seule la moitié s’est effectivement faite inscrire sur les listes d’attributaires. Contrairement à ce qui s’était passé à Semry i, le recours à la main-d’œuvre « étrangère » à la région s’est donc avéré indispensable.

38L’optimisme des responsables était fondé sur une méconnaissance totale, souvent revendiquée, des systèmes de production locaux, sur des études démographiques et économiques de qualité douteuse, et surtout sur la croyance en la primauté donnée par les paysans à la maximisation de leurs revenus monétaires. Par conséquent, ils abandonneraient leurs activités hors périmètres : agriculture pluviale, élevage des bovins, pêche, etc., dès qu’ils constateraient que la riziculture rapportait davantage.

39Pourtant, après avoir attribué des parcelles à tous les candidats riziculteurs, on dut se rendre à l’évidence : seulement 3 000 hectares sur 6 000 pouvaient être cultivés. Bien entendu cette situation ne permettait pas d’atteindre les objectifs productivistes de la Semry. La Banque Mondiale, principal bailleur de fonds, menaça alors d’interrompre son financement et imposa la réalisation d’une étude sociologique pour tester les hypothèses de « transfert de populations », élaborées à la hâte un peu plus tôt, afin que l’aménagement puisse fonctionner à plein régime. L’étude fut attribuée au bureau d’études français qui avait déjà un important personnel sur place. Mais, ne disposant pas de sociologue, il sous-traita ma prestation à un autre bureau d’études, qui m’employait depuis plusieurs années et qui avait la particularité de compter quelques représentants des disciplines « molles » noyés parmi de nombreux agronomes, vétérinaires, économistes et autres représentants des « sciences dures ».

40Mais quelles étaient donc ces hypothèses ?

  • 6 Celle-ci ne s’est manifestée que depuis une vingtaine d’années !

41– La population toupouri originaire de la région de Ndoukoula et de Guidigis, située à une centaine de kilomètres au sud de Semry ii, devait fournir le maximum de familles pour les raisons suivantes : la forte densité démographique entraînerait un « manque de terres cultivables ». S’ajoutait à cet argument, « le caractère sérieux et travailleur des Toupouri qui constitue une garantie de succès pour le projet de Semry ii » (sic). « La tendance naturelle à émigrer des Toupouri »6 (re-sic) serait, d’après les auteurs de ce rapport, un autre facteur favorable de première importance. Les Toupouri qui, comme les Massa, les Mousgoum, et les Kotoko, sont établis à la fois au Tchad et au Cameroun, formaient une population estimée à 120 000 individus avec des densités atteignant parfois 100 h/km2, engendrant, depuis quelques années seulement, une émigration encore peu importante. Les responsables et les autorités locales en concluaient que 10 à 15 % de la population pourraient venir à Semry ii, soit 15 000 personnes, chiffre correspondant à la moitié des besoins en riziculteurs.

42– « 8 000 à 10 000 personnes pourraient venir de la région de Bogo. » Aucune indication n’est fournie sur l’identité des habitants de cette région dans laquelle les Peuls sont majoritaires, ni sur leur situation économique et démographique. Rien n’est dit, non plus, de leur désir éventuel d’émigrer à Semry ii et d’y devenir riziculteurs.

43– « 3 000 à 5 000 personnes pourraient aussi venir de la région nord de Zina, en majeure partie peuplée de Kotoko. » Aucune précision non plus sur leur situation économique et démographique ni, bien entendu, sur leur désir de venir à Semry ii.

44Il ne nous semble pas superflu de décrire dans quelle ambiance s’est déroulée notre mission. En premier lieu, il convient de dire que notre présence, imposée par la Banque Mondiale, n’était pas souhaitée par les responsables de la Semry. Ces derniers pensaient, pour les raisons citées plus haut, qu’ils pouvaient très bien, eux-mêmes, et sans doute beaucoup mieux qu’un sociologue « venant pour la première fois à la Semry », réaliser le travail qui était demandé. Leur longue présence sur le terrain et leur longue expérience africaine leur auraient permis de connaître « leurs paysans » (sans pourtant les avoir jamais écoutés et sans avoir, bien sûr, lu sur eux le moindre ouvrage sociologique ou géographique). En outre, un climat malsain — certains cadres camerounais allaient jusqu’à parler « d’apartheid » — caractérisait à cette époque les rapports entre Européens et Africains. Or, les relations professionnelles, puis amicales que j’ai peu à peu tissées avec plusieurs cadres camerounais et la manière dont, comme tout sociologue, j’écoutais les paysans et prenais en considération ce qu’ils disaient, m’ont rapidement attiré l’hostilité de plusieurs responsables du projet qui considéraient tout cela comme parfaitement inutile, voire dangereux.

Le sociologue sort des rizières

45Qui plus est, de peur sans doute que je ne découvre des faits qu’ils souhaitaient cacher, des responsables ont cherché à m’interdire d’enquêter dans les villages toupouri, dont étaient originaires les gens de Ziam, installés depuis peu à la Semry. Mes lectures et mes entretiens m’ayant révélé que le pays toupouri était considéré comme un réservoir de main-d’œuvre pour de nombreux projets de développement (au nord comme au sud du pays), j’ai souhaité me rendre au siège du projet nord-est Bénoué à Garoua, car de nombreux Toupouri originaires des mêmes villages y étaient installés. De manière générale, je considérais que les questions qui m’étaient posées ne pouvaient trouver de réponse sérieuse que par l’étude du contexte socio-économique du Nord Cameroun et du pays dans son ensemble. Or, l’attitude prévalant à la Semry était de vanter les chiffres des rendements et de les utiliser comme un slogan publicitaire afin de présenter l’opération comme une grande réussite technique. Tout ceci était fait en taisant soigneusement les nombreux problèmes qui mettaient périodiquement l’opération en péril : montant de la redevance jugée trop élevée par les paysans, pénurie de main-d’œuvre à Semry ii, prix de revient élevé du riz, mévente des produits finis, etc. Un géographe camerounais (Ndembou 1981) a d’ailleurs comparé la Semry de cette époque à une société concessionnaire, faisant ainsi référence de manière explicite à l’Afrique centrale sous-peuplée (Gabon, Congo, Oubangui-Chari) où l’État colonial, disposant de faibles moyens, avait octroyé d’immenses territoires à des investisseurs privés. Les directeurs de ces sociétés, souvent d’anciens militaires, exploitaient et maltraitaient les populations locales, le plus souvent en toute impunité. Si l’expression du géographe camerounais est excessive, elle n’en traduit pas moins l’état d’esprit des dirigeants de la Semry et leurs discours stéréotypés sur « les races locales », qui auraient dû appartenir au passé. En l’occurrence, les interdictions de me rendre en pays toupouri que l’on m’avait signifiées ont eu l’effet « contre-productif » d’exciter ma curiosité sociologique. À force de fermeté, j’ai pu obtenir, en premier lieu, de me rendre en pays toupouri où il est apparu que ce qui m’avait été dit sur les conditions du transfert des premiers migrants à la Semry était loin de la vérité. En effet, au lieu de faciliter leur venue, les autorités administratives qui bénéficiaient de confortables ristournes sur la production cotonnière, importante dans la région, avaient tout fait pour empêcher le départ des jeunes hommes vers la Semry. C’est donc dans un désordre total que les camions de la Semry avaient parcouru les villages de la région à la recherche de « volontaires », car personne ne s’était rendu sur les lieux de rendez-vous. Ce « transfert » avait pourtant été précédé de nombreuses « campagnes de sensibilisation » dans les villages où autorités locales et responsables du service de l’animation avaient vanté les revenus élevés de la riziculture, mais avaient oublié de parler des charges et redevances, conduite peu propice, on en conviendra, à l’instauration de relations de confiance avec une population que l’on souhaite attirer à la Semry. Celle-ci était loin d’être la seule à démarcher les Toupouri et il me fut confirmé à Garoua, chiffres à l’appui, que plusieurs opérations de développement étaient en concurrence. La connaissance des conditions réelles du premier transfert me paraissait d’autant plus importante que l’effectif des Toupouri de Ziam devait, d’après l’hypothèse des développeurs, être multiplié par quinze dans les prochaines années. Cet objectif ne fut, d’une part, jamais atteint et, comme on le verra plus loin, l’effectif de plusieurs milliers de Toupouri qui n’avait pu être obtenu qu’après plusieurs années (la grande sécheresse de 1984 attira à elle seule de nombreux candidats), diminua de moitié en 1987, année de la plus grave crise qu’ait connue la Semry.

46Quant à la seconde hypothèse qui concernait les Peuls de la région de Bogo, il m’a suffi d’un séjour d’une semaine sur le terrain et de la lecture conjointe des travaux de chercheurs de l’orstom pour me convaincre qu’elle devait être totalement abandonnée. En effet, ces Peuls sédentarisés, agriculteurs et gros propriétaires de bétail, produisaient beaucoup de coton en employant déjà de la main-d’œuvre… toupouri ! Un Peul, auprès duquel j’avais évoqué l’éventualité de cultiver du riz à la Semry, m’avait vivement objecté « qu’il n’était pas un esclave pour travailler les pieds dans l’eau » !

47Cette hypothèse a connu un taux de réalisation nul. Ceci signifie en clair que pas un seul Peul originaire de la région de Bogo n’est devenu riziculteur à Semry ii. La preuve nous en est fournie par les résultats d’un recensement linguistique réalisé quelques années plus tard. Ses auteurs écrivent en effet (Barreteau & Dieu 1991 : 383) : « Le fulfulde est certes la langue véhiculaire de la région et tendra à le devenir de plus en plus. Mais il faut rappeler qu’aucun peul ne pratique la riziculture. »

48Je n’ai pas pu, faute de temps, me rendre en pays kotoko, mais il y existait déjà des petits périmètres irrigués (Semry iii) qui attiraient une grande partie de la main-d’œuvre locale. Il n’était donc pas envisageable que 5 000 personnes émigrent à Semry ii.

Le retour du sociologue

49J’ai participé plus tard, en 1983, à une évaluation externe de la Semry (Arditi et al. 1983) en compagnie d’un agronome et d’un économiste. Ma présence et celle de mes collègues n’étaient pas plus souhaitées que lors de mon premier séjour et l’idée que des gens de « l’extérieur » puissent évaluer une telle opération rendait littéralement furieux ses dirigeants. Dans nos conclusions, nous avons insisté sur la fragilité de l’opération, sur l’hypertrophie de l’encadrement — plus de 1 000 encadreurs — (qui ne se justifiait plus, car les techniques de riziculture étaient parfaitement maîtrisées), sur l’absence totale de responsabilisation des paysans en matière foncière, etc. Si notre commanditaire apprécia notre travail, les responsables de la Semry crièrent au scandale et n’en tinrent aucun compte. Pourtant, les événements qui se produisirent ensuite confortèrent nos analyses. En effet, en 1987 la Semry connut une grande crise : l’annonce officielle de l’annulation de la campagne de saison sèche, l’accumulation des stocks invendus, le paiement différé du paddy entraînèrent le départ de nombreux migrants. Un géographe, C. Seignobos, spécialiste du Nord Cameroun, fut, comme à chaque fois que survient une crise, consulté à la hâte. Dans son rapport, il soulignait que « les villages satellites de Maga seront vidés de près des trois quarts de leur contenu au moment de la mise en place de la campagne de saison sèche de 1987 » (Seignobos 1987 : 2). Ce sont les Toupouri qui, avec 47 % des effectifs, seront les plus nombreux à partir. Pour lui, « c’est assurément l’abandon de la double récolte de paddy qui pousse les Toupouri à partir » (ibid. : 7). Cette situation s’explique surtout par le fait que la riziculture à deux cycles annuels avait surtout attiré des jeunes hommes venus gagner l’argent de la dot. En outre, cette même année (1987) avait été celle du départ des Européens et la chose avait été perçue comme une manifestation symbolique de la dégradation de l’entreprise.

50

51Depuis, la Semry végète dans un état de crise permanente (Roupsard 2000). On est donc loin de ses objectifs productivistes tels qu’ils avaient été fixés en l’absence totale de concertation et de dialogue avec les paysans massa, mousgoum et toupouri. Cette opération de développement montre, comme bien d’autres de même nature, que les sociétés africaines ont su avec le temps développer de grandes capacités d’adaptation à leur milieu écologique, notamment grâce à l’existence et à la conservation d’une agro-biodiversité et à la diversification de leurs activités, agriculture, élevage, pêche, avec le double objectif de se protéger des aléas climatiques et de bénéficier, en année normale, d’une alimentation suffisante et équilibrée. Ignorer délibérément ces faits et agir comme si le développement consistait à aménager des espaces vierges, comme on écrirait sur des pages blanches, ne peut que conduire à de telles situations.

Les véritables acteurs du changement

52Il convient donc de prendre au pied de la lettre et dans toute sa force l’affirmation, apparemment anodine, de Philippe Couty (1992 : 66), selon laquelle « les véritables acteurs du changement, ce sont les populations rurales et urbaines, souvent de plus en plus mêlées les unes aux autres ». En effet, si l’on procède à un examen minutieux des effets des opérations de développement depuis les années 1960, il est évident que « les projets se sont déployés pour ainsi dire “à coté” des processus massifs du changement agricole et rural » (ibid.). Aussi toute expérience prolongée dans ce domaine ne peut que générer un plein accord avec cet auteur quand il dresse ce constat général : « Les effets des projets n’ont été positifs que quand ils ont été en phase avec des dynamiques locales spontanées. Ces dynamiques qui émanent du milieu rural sont malheureusement le plus souvent contrariées par des politiques macro-économiques inadéquates qui relèvent parfois de la prédation à l’encontre des paysans et/ou par des projets inopportuns, ou parfois par les deux à la fois » (ibid.).

53Le paradoxe, qui n’est pas à porter au crédit de leurs promoteurs, c’est que même certains succès apparemment obtenus par quelques opérations de développement de cultures de rente, relèvent en réalité de malentendus productifs. Ainsi, au Nord Cameroun, la culture du coton entrait, comme ailleurs, en concurrence avec les céréales, ici principalement le sorgho de saison des pluies. Mais les paysans concernés ont su résoudre ce problème d’eux-mêmes en cultivant de plus en plus de muskwari, sorgho que l’on repique à la fin de la saison des pluies et qui se récolte en saison sèche. De la sorte, ils ont pu mieux se consacrer au coton en saison des pluies et obtenir de meilleurs résultats à la satisfaction des responsables du projet cotonnier. Certes, les services de l’Agriculture avaient bien constaté l’augmentation des superficies de sorgho repiqué mais, pas plus que la société cotonnière, ils n’avaient établi de liens entre les deux phénomènes. C’est grâce au regard de Jean Boutrais (1984), géographe spécialiste de cette région, que la relation fut établie.

54On pourrait donner de nombreux autres exemples de la cécité des développeurs dans ce domaine. L’une des raisons principales tient à ce que, depuis l’époque coloniale, aussi bien dans les dispositifs de recherche que dans les opérations de développement, on a privilégié une approche centrée sur la plante au détriment d’une approche de type horizontal, prenant en compte les systèmes de production dans toutes leurs composantes. Ce que Pierre Gourou (1991 : 84) écrivait d’une autre manière : « La civilisation africaine […] a été créatrice d’humanité. Tout se tenait en elle, techniques de production et d’encadrement étaient interdépendantes. Rien de vraiment bienfaisant ne sera réalisé dans cette Afrique sans la prise en considération de ces interdépendances. »

55L’exemple de la Semry confirme, s’il en était besoin, que les paysans assimilent rapidement, quand ils ne les connaissent pas déjà, certaines techniques telles que le repiquage du riz. Il n’est donc pas nécessaire de les « encadrer » pendant de longues années comme s’ils étaient d’éternels enfants qu’il faut constamment surveiller. Mais c’est surtout l’absence de politiques étatiques de protection du marché local du riz qui est à l’origine des difficultés dans lesquelles cette opération, qui a coûté plusieurs millions de francs cfa par hectare, se trouve depuis 1987. La compétence des paysanneries africaines ne saurait donc être mise en cause, car comment expliquer, par exemple, que, dans le sud du Tchad voisin, les rendements en coton stagnent autour de 600/700 kg/ha après des décennies de recherche agronomique et d’encadrement des paysans, alors que dans la région du Salamat où, peut-on dire de manière ironique et provocatrice, par chance, aucun projet ne vint jamais s’installer, les rendements obtenus par les paysans avec des variétés locales de sorgho repiqué, sont largement supérieurs (Raimond 1999) ?

56C’est à l’anthropologue, et aussi, bien sûr au géographe qu’il revient de rappeler inlassablement ces évidences aux représentants des disciplines dures qui détiennent toujours le pouvoir dans les organismes de développement. Seront-ils plus réceptifs à nos arguments que par le passé ?

Haut de page

Bibliographie

Arditi, C. 1982 « Étude sociologique », in Semry ii, Exploitation intégrale des aménagements, Yagoua-Paris, Semry : 12-47.
– 1985 « Quelques réflexions socio-économiques sur la riziculture irriguée dans le Nord Cameroun (Semry i et Semry ii) », in Aménagements hydro-agricoles et systèmes de production, Actes du IIIe séminaire CIRAD-DSA, Tome II, 16-19 décembre, Montpellier : 435-444.
– 2005 « Niger : chronique d’une évaluation censurée ou comment une agence des Nations Unies fabrique un bilan positif de son action contre l’insécurité alimentaire, la marginalisation des femmes et la pauvreté », Revue Tiers Monde, 184, octobre-décembre : 861-881.

Arditi, C. (dir.) 1992 Étude de redéfinition de la politique de relations des producteurs avec la Semry et avec leur environnement, 3 t., Paris, Sodeteg-Saced.

Arditi, C., Baris, P. & Barnaud, M. 1983 Évaluation socio-économique du projet Semry au Cameroun, Paris, Ministère de la Coopération et du Développement.

Balandier, G. 1963 Sociologie actuelle de l’Afrique Noire. Dynamique sociale en Afrique centrale, Paris, PUF.

Barreteau, D. & Dieu, M. 1991 « Linguistique et développement rizicole dans le Nord du Cameroun », Cahiers ORSTOM Sciences Humaines, 27 (3-4) : 367-387.

Bonte, P. & Izard, M. 2000 Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, Quadrige-PUF.

Boutrais, J. (dir.) 1984 Le Nord du Cameroun. Des hommes, une région, Paris, Orstom.

Cernea, M. M. (dir.) 1998 La dimension humaine dans les projets de développement, Paris, Karthala.

Cochet, H. 2001 Crises et révolutions agricoles au Burundi, Paris, Inapg-Karthala.

Couty, P. 1992 « Le devenir des agricultures africaines », Cahiers Agricultures, 1 : 66-69.

Evans-Pritchard, E. E. 1946 « Applied Anthropology », Africa, XVI (1) : 92-98.

Fortes, M. & Evans-Pritchard, E. E. 1940 African Political Systems, London, OUP.

Freud, C. 1988 Quelle coopération ? Un bilan de l’aide au développement, Paris, Karthala.

De Garine, I. 1964 Les Massa du Cameroun, vie économique et sociale, Paris, PUF.

Gourou, P. 1991 L’Afrique tropicale, nain ou géant agricole, Paris, Flammarion.

Guillard, J. 1965 Golonpoui. Analyse des conditions de modernisation d’un village du Nord Cameroun, Paris, Mouton.

Koppert, S. 1981 Kogoyna. Étude alimentaire, anthropométrique et pathologique d’un village Massa du Nord Cameroun, Wageningen, Département de nutrition, Université des sciences agronomiques.

Kuper, A. 2000 L’anthropologie britannique au XXe siècle, Paris, Karthala.

Ndembou, S. 1981 « L’insertion de la riziculture dans le système rural massa : l’exemple de Vounaloum », Revue de Géographie du Cameroun, II (1) : 53-61.

Olivier De Sardan, J.-P. 1995 Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala.

Radcliffe-Brown, A. R. & Forde, C. D. 1950 African Systems of Kinship and Marriage, London, OUP.

Raimond, C. 1999 Terres inondées et sorgho repiqué. Évolution des espaces agricoles et pastoraux dans le bassin du lac Tchad, Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1.

Roupsard, M. 2000 « La production rizicole », in C. Seignobos & O. Iyebi-Mandjek (dir.), Atlas de l’Extrême Nord du Cameroun, Paris, IRD : 94-97.

De Schlippe, P. 1986 Écocultures d’Afrique, Bruxelles, Terre et Vie.

Seignobos, C. 1987 La situation des « planteurs » de Semry ii en août 1987. Propositions de remembrement, suivi de Notes sur les ethnies de Semry ii, Yagoua, Document interne.

Seignobos, C. & Iyebi-Mandjek, O. (DIR.) 2000 Atlas de l’Extrême Nord du Cameroun, Paris, IRD.

Haut de page

Notes

1 Terme utilisé en Afrique francophone pour désigner le fouet.

2 C’est surtout le terme socio-économiste qui s’est imposé dans les milieux du développement car celui de sociologue était perçu par les représentants des disciplines dures comme politiquement connoté (mai 1968) et peu sérieux. Il était donc indispensable de le métisser avec celui d’économiste.

3 Ancien nom de l’Agence française de développement (AFD).

4 Riz non décortiqué.

5 Celui-ci était pilé et parfois mélangé avec d’autres farines.

6 Celle-ci ne s’est manifestée que depuis une vingtaine d’années !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Arditi, « Les politiques de développement rural et l’anthropologie en Afrique subsaharienne », Cahiers d’études africaines [En ligne], 202-203 | 2011, mis en ligne le 27 octobre 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/16727

Haut de page

Auteur

Claude Arditi

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page