Navigation – Plan du site
Sexualités et diversité de genre

Entre libéralisation de la sexualité et exercice de la violence symbolique

Ambivalence des masculinités dans la littérature marocaine de langue française[1]
Between Sexuality Liberalization and Symbolic Violence. Ambivalence of Masculinities in the Moroccan Literature of French Language
Jean Zaganiaris
p. 367-385

Résumés

La littérature marocaine de langue française constitue un terrain privilégié pour penser les masculinités, notamment au niveau des rapports de genre et des comportements sexuels. À partir de la figure ambivalente de l’amant, il s’agit de comprendre les représentations de la masculinité ainsi que leur inscription dans des enjeux de lutte contre le puritanisme sexuel à connotation religieuse mais aussi contre la domination masculine. La littérature marocaine de langue française permet de comprendre les identités masculines du Maghreb, en laissant de côté les normativismes islamiques ainsi que les variables culturalistes auxquels on recourt habituellement pour analyser les pays du monde arabe.

Haut de page

Notes de l'auteur

Pour Zineb, encore une fois. Merci pour tout. Merci également aux coordinateurs de ce numéro pour leur précieuse lecture.

Texte intégral

  • 1 D’autres conceptions ontologiques, sans doute tout aussi normatives, peuvent lui être opposées, à c (...)
  • 2 Sur la question des transidentités, voir Espineira, Thomas & Alessandrin (2012).
  • 3 Sur la littérature marocaine, voir Baïda (2011), Jay (2005), Redouane (2006), Tenkoul (1985), Zekri(...)

1De nombreux travaux des gender studies ont centré leur attention sur les femmes ou sur la société patriarcale et ont délaissé les comportements masculins, en tant qu’entité sociologique constitutive des rapports de genre et des identités sexuelles (Broqua & Eboko 2009). Ce constat s’applique au contexte du Maghreb, notamment du Maroc, où les études sur le genre sont majoritairement le fruit de postures féministes (Alami M’Chichi 2002 ; Mouaqit 2009). Dans un certain nombre de travaux, la domination patriarcale qui s’exerce sur les femmes marocaines est expliquée à partir de leur appartenance au « monde arabe » ou aux « sociétés musulmanes » (Daoud 1996 ; El Khayat 1988, 2003 ; Mernissi 1990, 1991). Or, le risque de parler du genre en focalisant sur « la marocanité », « l’arabité », « l’islamité », voire sur une quelconque appartenance au monde « oriental », pour reprendre l’expression ironique d’Edward Saïd (1997), est de verser dans un culturalisme expliquant les pratiques sociales uniquement à travers les caractéristiques religieuses ou géographico-culturelles des individus ou des groupes. Bien que cette approche ait le mérite de contextualiser les rapports de domination, le regard critique qui l’accompagne est généralement orienté par une posture normative sur la réalité sociale (Boltanski 2009 : 44-45)1. Or, les identités féminines et masculines, ainsi que les transidentités du monde arabe (Gharaibeh 2012 ; Zaganiaris 2012b)2, existent bien souvent à travers la pluralité des rapports ambivalents que les acteurs peuvent avoir à l’égard de la culture ou de la religion. La littérature marocaine de langue française constitue un terrain privilégié pour penser les formes de production des masculinités, en tenant compte de cette tradition réinventée dont parlent Eric Hobsbawn et Terence Ranger (1983)3. Il s’agit de rompre avec « l’illusion identitaire » (Bayart 1996) et de montrer de quelle façon les écrivains marocains parviennent à relier les masculinités musulmanes existant au sein de leur roman avec, par exemple, la question des rapports sexuels hors mariage ou avec les pratiques homosexuelles. Quoi qu’en dise Joseph Massad (2007 : 39-50, 160-189), il existe dans le monde arabe des formes d’homosexualités musulmanes qui ne sont pas construites par des visions orientalistes ou par des impérialismes culturels mais qui sont le fruit de ces métissages identitaires chers à Stuart Hall (2007).

  • 4 Là encore, nous nous démarquons de la posture de J. Massad (2007 : 152-157) qui parle des écrits de (...)

2À partir des figures protéiformes de l’amant, évoquées dans les romans d’écrivains marocains, il s’agit de penser la place des masculinités au sein des rapports de genre, en focalisant l’attention sur les pratiques et les identités sexuelles. Les relations entre « masculinité » et « virilité » sont très fortes dans la société marocaine : « La socialisation du garçon se fait dans le sens d’une préparation à l’espace public fondée sur la virilité phallique, agressive et compétitive » (Dialmy 2009 : 32-33). C’est pour cela qu’il nous a semblé important de penser le genre en rapport avec les questions sexuelles. Si l’on a beaucoup insisté sur la façon dont les identités « orientales » ou « islamiques » façonnent le genre (Lewis 2004 ; Taboada Leonetti 2004), on évoque beaucoup moins, notamment au sein des pays arabes, ce que « le genre doit à la sexualité » (Broqua & Eboko 2009 : 4). Les discours des écrivaines et des écrivains marocains permettent de comprendre de quelle façon les masculinités sont également construites à partir de l’évocation des pratiques sexuelles ainsi que des rapports que les hommes ont à l’égard des corps féminins ou masculins. L’objectif n’est pas de dresser des homologies entre les œuvres de fiction et le réel mais de saisir les représentations sociales construites au sein de ces discours (Heinich 1996 ; Charpentier 2010). Si certains écrivains évoquent la sexualité comme une charge contre le puritanisme religieux ou bien contre une tradition jugée rétrograde, d’autres auteurs s’en servent pour souligner les faiblesses, la lâcheté, les impostures, voire les perversions sexuelles des hommes. La figure de l’amant construit différents types de masculinité : celle de l’homme protecteur capable de donner de l’affection et du soutien à l’être aimé, notamment en l’aidant à s’affranchir des contraintes d’une société patriarcale ; celle du partenaire capable de donner du plaisir sexuel, que cela soit dans le cadre d’une relation hétérosexuelle ou homosexuelle ; celle de l’individu parfois violent qui incarne le machisme et la domination masculine. Même si nous pouvons avoir une opinion sur les représentations des masculinités produites au sein des romans étudiés, notre démarche ne consiste pas à rompre avec les représentations décrites par les écrivains marocains, en définissant leurs productions littéraires comme étant des visions stéréotypées ou des productions orientalistes4, mais plutôt de les décrire et de les comprendre, à partir d’une posture empathique. Pour cela, nous devons tenir compte des écarts existant entre le rapport théorique du chercheur à son objet et le rapport pratique des agents étudiés au monde social analysé et commenté par le chercheur (Bourdieu 1980 : 46-49 ; Zaganiaris 2011). La façon dont les écrivains marocains définissent les identités masculines à partir des pratiques sexuelles n’est pas forcément celle des chercheurs travaillant sur la sexualité des Marocains (Carmona Benito 2008 ; Cheikh 2009 ; Dialmy 1999, 2008 ; Rebucini 2009). C’est donc le point de vue de ces écrivains que nous avons souhaité présenter pour décrire les productions symboliques de la masculinité, sans rectifier les discours des auteurs à partir de travaux empiriques menés sur la sexualité au Maroc.

Réinventer la tradition, conquérir des libertés

3La sexualité a très vite fait partie du champ littéraire maghrébin (Dejeux 1994). Dès les années 1950, Driss Chraïbi (2003), l’un des premiers auteurs marocains, n’hésite pas à évoquer les désirs sexuels du narrateur, y compris lors de la période de jeûne du Ramadan. Dans les années 1980, des auteurs tels que Tahar Ben Jelloun — qui a traduit en français les textes sulfureux de Mohamed Choukri et d’Abdellak Serhane — ont écrit des romans où les pratiques sexuelles sont explicitement évoquées. Toutefois, ces livres ne sont pas publiés immédiatement au Maroc. Ce sera l’œuvre d’Abdelkébir Khatibi qui introduira subtilement la figure de l’amant dans l’espace littéraire marocain, en faisant du roman un moyen d’expression de la mixité culturelle et de la symbiose des identités « culturalisées » (Belhabib 2009). L’amant incarne cette « amnésie » à travers laquelle le contact avec « l’autre » nous fait oublier l’intériorisation des normes culturelles, des valeurs identitaires et des comportements imposés par ces instances de socialisation que sont la famille mais aussi l’école. Le texte Amour bilingue (Khatibi 1992), qui raconte une histoire d’amour entre deux personnes de pays et de cultures différents, insiste sur ce point : « Et notre rencontre — fût-elle extraordinaire ! — provoqua une perte de mémoire, la joie de tout omettre et de tout oublier, y compris mon visage. La rencontre : une passion amnésique » (ibid. : 89). Dans un monde structuré par un ensemble de déterminismes sociaux consolidant et perpétuant les rapports de pouvoir, la seule issue qui reste est l’amour et la passion pour autrui, qui est aussi amour et passion pour la vie :

« Deux pays faisaient l’amour en nous. Maintes fois, j’ai pensé à ce qui te traduit, te transfigure à ta langue : événements, choses, paysages ; comme si ton passé avait épousé le mien, accouchant d’un enfant — notre amour ; comme si cet amour ne pouvait que se perdre dans l’oubli, en une généalogie qui ne reviendrait à personne, ni à ta langue ni à la mienne, mais au temps même ; comme si, marchant à travers deux pays en effaçant leurs frontières invisibles — dans notre langue commune — nous étions animés par le serment silencieux des choses, serment qui féconde et détruit tout désir ».(ibid. : 24-25)

4La relation interpersonnelle avec l’autre fait de nous des « mutants », passant d’une langue à une autre à travers un processus d’enfantement généré par le contact avec autrui. L’amant est un homme sensible qui incarne à la fois les vertus de l’altérité et les mutations internes de nos identités multiples. Dans les années 1990, Ghita El Khayat, une psychiatre marocaine très connue pour ses prises de position en faveur des femmes arabes, a publié de manière anonyme aux Éditions L’Harmattan un roman intitulé La liaison. Réédité en 2002 en son nom propre, dans la maison d’édition qu’elle a fondée à Casablanca, le livre va connaître un certain succès médiatique, allant même jusqu’à être présenté par la presse marocaine comme un roman « presque érotique » (Bourrakadi 2006). Profitant de la libéralisation des années 2000 pour toucher un certain public sans être censuré, l’ouvrage vise à montrer que la sexualité peut également être évoquée au sein du monde arabe, notamment à travers une plume féminine. Il raconte les pensées intimes d’une jeune femme qui attend d’être aimée mais aussi « désirée sexuellement » par un homme plus âgé qu’elle, avec qui elle entretient une relation amoureuse complexe. L’amant incarne une masculinité duale. D’une part, il est l’homme viril qui apporte le plaisir sexuel à une jeune femme souhaitant s’affranchir des incorporations d’une éducation puritaine. Lors de la présentation de ce roman à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc le 21 octobre 2011, Ghita El Khayat a déclaré que sa narratrice souhaitait vivre une féminité à part entière dans un monde où la sexualité est réprimée par une société décrite comme « conservatrice ». L’amant masculin est une figure providentielle qui libère la narratrice de ses frustrations et lui fait découvrir l’importance du désir ainsi que de la jouissance sexuelle. Mais, d’autre part, l’amant incarne aussi la domination masculine, le machisme, la violence, l’égoïsme. Alors que la narratrice éprouve de réels sentiments affectifs à son égard, l’homme la voit uniquement comme l’incarnation de ses fantasmes et très vite comme un objet sexuel qu’il peut combiner avec d’autres maîtresses. L’amant est aussi celui qui ne pense qu’à son propre plaisir. Dans le roman, il demande à la narratrice de lui faire des fellations mais, comme elle le lui fait remarquer, il n’acceptera jamais d’embrasser son sexe féminin. La relation va très vite décliner, à partir du moment où l’homme n’est pas dans la réciprocité au niveau des sentiments amoureux.

5Depuis les années 2000, la figure de l’amant liée au plaisir sexuel féminin se fait de plus en plus présente dans des romans. Cette volonté de produire des masculinités qui réinventent la tradition, notamment en évoquant des personnages musulmans ayant des rapports sexuels hors mariage, est présente dans le roman Morceaux de choix de Mohamed Nedali (2010), écrivain et enseignant de français dans un lycée de Tahannaoute. Le titre du roman ainsi que les caractéristiques sociales de Thami, un garçon devenu boucher suite à une fascination très particulière pour les viandes, ne sont pas anodins. La viande de la boucherie renvoie par analogie aux corps féminins, qui peuvent aussi être des « morceaux de choix » :

« Tous les jours, j’étais obnubilé par les charmantes ménagères qui venaient faire leurs courses au souk. Je les suivais du regard, le corps terriblement assoiffé, le sang bouillonnant de désir, le cœur battant à faire éclater ma poitrine […]. À vrai dire, ce n’étaient pas des regards mais plutôt des flèches perçantes, débordantes de désir et de feu. Ces regards, certaines les évitaient en détournant pudiquement les yeux : d’autres, en revanche, les assumaient, avec même parfois un semblant de complicité qui permettait tous les espoirs. C’étaient surtout celles-là qui peuplaient de bout en bout mes nuits. Je les accueillais dans les ténèbres de ma mansarde, les déshabillais […]. J’étreignais, caressais, pelotais, lutinais, léchais, suçais, gémissais… Chaque geste, même anodin, me procurait un plaisir unique, une sensation de plénitude qui, parvenue à sa fin, me donnait l’impression de passer à l’état liquide, de couler tel un torrent longtemps retenu par une digue qui cède tout d’un coup. Toutes les nuits, sous ma gandoura, quelque chose ne cessait de grandir et de durcir, ne cessait de vomir à flots drus ».(Nedali 2010 : 30-31)

6Le regard masculin du narrateur met en lumière les comportements hétérogènes de ces femmes à l’égard des hommes qui les désirent. Il évoque également les frustrations au sein d’un univers où des « entrepreneurs de morale » (Becker 1985) veillent à ce que la tentation sexuelle soit réprimée, obligeant ceux qui n’acceptent pas cet état de fait à tout un ensemble de stratagèmes de contournements. Parmi ces stratagèmes, s’inscrivent la fréquentation de prostituées, présentées comme des femmes avec lesquelles un homme ne voulant pas arriver vierge au mariage doit obligatoirement avoir des rapports sexuels (Nedali 2010 : 43-48), ou encore des pratiques d’attouchements discrets, notamment lors des contacts entre les corps masculins et les corps féminins qui marchent dans la foule de la médina.

  • 5 Les premières pages du roman insistent sur cet aspect et montre de quelle façon son père, appelé l’ (...)

7Même si le narrateur a reçu une éducation islamique dont il est loin de rejeter les présupposés fondamentaux, il sait « en prendre et en laisser » au niveau des pratiques religieuses imposées socialement, notamment pour ce qui concerne la sexualité (Hoggart 1970 : 287). Les leçons de bonne conduite à connotation religieuse, données par une mère de famille choquée par son comportement de dragueur le laissent indifférent (Nedali 2010 : 32). Par la suite, Thami tombe d’ailleurs amoureux de Zineb, une femme mariée à un homme beaucoup plus âgé qu’elle, et brave à la fois un interdit religieux mais aussi une barrière sociale et légale. La figure de l’amant est celle de la transgression, y compris au niveau de la normativité juridique de l’État. Elle s’inscrit dans ces « islamicités » dont parle Jocelyne Dakhlia (2005), c’est-à-dire dans ces identités islamiques plurielles qui possèdent chacune un rapport spécifique et singulier à l’égard des normes de la religion musulmane. Dans un contexte où les liens entre « masculinité » et « virilité » sont aussi forts que ceux entre « masculinité » et « religiosité » (Dialmy 2009 : 41-42), les désirs sexuels qu’éprouve Thami à l’égard des femmes l’amènent très vite à être confronté à des contraintes sociales parfois antagonistes. En racontant les expériences amoureuses de son narrateur, Mohamed Nedali montre différents types de masculinité existant au sein de la société marocaine. D’une part, Thami doit se soumettre aux prescriptions religieuses et au mode de vie traditionaliste imposé par un père autoritaire qui souhaite le marier à une cousine éloignée et n’a que faire de ses souhaits personnels5. D’autre part, Thami doit également montrer à son meilleur ami qu’il n’est plus « puceau » et accepter de l’accompagner voir des prostituées, avec qui il perd sa virginité. Lorsqu’il tombe amoureux de Zineb et découvre les plaisirs de la sexualité avec une femme éprouvant des sentiments à son égard, Thami prend conscience que la société marocaine laisse peu de place aux aspirations personnelles individuelles et à la liberté de pouvoir vivre sa sexualité comme on l’entend ; quand bien même la relation a lieu entre deux personnes majeures et consentantes. Le couple rencontre des difficultés pour trouver un lieu où faire l’amour ou pour échapper aux regards inquisiteurs de la famille et du voisinage. Mohamed Nedali montre que la relation évolue dans un environnement où faire l’amour avec une femme mariée est non seulement condamné par la loi mais aussi par la société.

  • 6 Certains tenants de ce que l’on appelle aujourd’hui les « féminismes islamiques » ratent entièremen (...)

8Contrairement à ce qu’avancent les clichés culturalistes sur la sexualité dans les pays « arabo-musulmans » (Bouhdiba 2003), la littérature marocaine montre qu’il est possible d’être une femme ou un homme musulmans et d’avoir des rapports sexuels hors mariage6. C’est la prise en compte de la pluralité des islamités, ainsi que le non-enfermement exclusif des êtres au sein des marqueurs identitaires, eux-mêmes socialement construits, qui permettent de comprendre la nature des discours de cette littérature marocaine de langue française (Zaganiaris 2009 : 143-153). Le regard de l’amant masculin sur le corps féminin de Zineb incarne la sensualité du désir sexuel, qu’il s’agit de rendre public à travers le discours littéraire :

« Zineb laissa choir la marchandise au fond de sa vannerie, puis s’en alla, lentement vers les échoppes d’en face. Je la suivais des yeux, dévorant du regard sa croupe ondulante que moulait voluptueusement une djellaba de soie bleue. Le long vêtement conçu pour préserver le corps de la femme des regards polissons, ne faisait en fait qu’en souligner les points les plus excitants. À la médina, les femmes et les filles nanties d’un beau corps, optent volontiers pour des djellabas de soie ou de velours, qui leur moulent les parties désirées au point de les rendre plus provocantes que si elles se baladaient à moitié nues. À travers ces tissus fins et collants par endroits, on peut avoir une idée précise des membres les plus intimes, les plus tenants. On peut parfois distinguer presque nettement la forme des hanches, celles des seins, ou même les plis du ventre ».(Nedali 2010 : 35)

9Il ne s’agit pas tant de savoir si la description faite par l’écrivain est en adéquation ou pas avec la réalité sociale de la médina de Marrakech mais plutôt de saisir de quelle façon la fiction utilise les perceptions du réel pour produire un discours sur la sexualité. La critique reste normative, mais elle peut être étudiée en tant qu’objet de recherche et les discours qui lui sont inhérents peuvent fournir un terrain d’enquête pour l’analyse (Boltanski 2009 : 15-19). La construction des figures multiples, fragmentaires et mouvantes de la masculinité au sein de la littérature marocaine est aussi liée à des visions du monde propres à l’auteur. Thami passe outre les interdits juridiques et religieux de la société dans laquelle il vit et entame une liaison avec Zineb, femme mariée par ses parents à un vieux militaire riche. Il va également refuser le mariage avec une lointaine cousine que son père lui impose et décide de satisfaire ses désirs sexuels avec la femme dont il est amoureux :

« La belle s’était soigneusement arrangée, comme pour une première nuit d’amour : khôl, henné, racine de noyer, pourpre, eau de rose… D’une main tremblante, je dégrafai son caftan de soie satinée. Au dernier bouton, le vêtement tomba à terre, offrant subitement à mes yeux une beauté de chair en éclosion. Mon Dieu, étais-je en train de rêver ? […] Je murmurais La Fatiha — première sourate du livre. Zineb me fit un sourire timide, un peu gêné, qui la rendit encore plus ravissante, encore plus irrésistible ! Quelque chose sous mon pantalon ne cessait de remuer et de durcir, cela ne pouvait plus durer ! Alors, avec une violence de cognée, je lançais mes quatre-vingt kilos sur elle. Zineb se livra entièrement à moi, une déesse offerte et lascive, un fruit mûr ayant longtemps souffert de ne pas avoir trouvé cueilleur. Nous nous écroulâmes sous la natte de raphia qui traînait sous nos pieds, éperdument enlacés ».(Nedali 2010 : 52-53)

10Dans Triste jeunesse, Mohamed Nedali (2012) va plus loin et évoque les premiers rapports sexuels d’une jeune fille tiraillée entre l’envie de satisfaire sexuellement son fiancé et de préserver sa virginité jusqu’au mariage. Celle-ci réussit à concilier ces deux impératifs en invitant son amant à la sodomiser, même si cet acte est condamné par la religion tout autant que les rapports sexuels hors mariage. Tout comme dans Morceaux de choix, nous voyons des personnages féminins et masculins qui, à travers leurs pratiques sexuelles, renouvellent la tradition. Puisque les contraintes sociales de son milieu lui imposent d’arriver vierge le jour de ses noces, la fille propose à son amant une pénétration anale. Même si les préceptes religieux occupent une place très forte au sein de la société et produisent encore aujourd’hui un certain normativisme fortement incorporé par les individus, la littérature marocaine montre que conjointement à l’existence des « règles du jeu » omniprésentes au sein de la société, il existe un « jeu avec les règles » dont il faut tenir compte. La construction des masculinités à partir de la sexualité est aussi une façon pour certains écrivains d’exprimer publiquement une critique de la société. À travers leurs discours écrits et oraux, ils souhaitent montrer que certaines pratiques sexuelles, condamnées par des lois ou des attitudes qu’ils jugent conservatrices et rétrogrades, existent de manière plus ou moins importante dans le quotidien des individus :

« De deux doigts discrets, elle tira sa culotte à dentelles vers le bas, saisit mon sexe raide et haletant et le dirigea subrepticement vers la raie de ses fesses. J’honorais l’invitation : ma verge s’introduisit dans la tendre croupe de mon aimée, d’une traite, comme dans une motte de crème fraîche ; un gémissement de douleur et de plaisir mêlés lui échappa. L’envie n’en fut que plus excitée, le désir plus pressant. Je continuai de la pénétrer : elle continuait de gémir au rythme de mes va-et-vient dans son délicieux corps ».(Nedali 2012 : 57)

11Les figures de l’amant ne sont pas les mêmes selon la position genrée de l’écrivain qui les produit. Les écrivaines parlent de sexualité autant que les écrivains mais des expressions faisant l’analogie entre la « croupe » d’une jeune fille et une « motte de crème fraîche » n’apparaissent pas, à notre connaissance, sous des plumes féminines. Il serait certes tentant de reprocher à Nedali une posture machiste mais son œuvre, ainsi que ses récentes présentations publiques dans les espaces culturels marocains indiquent que son discours littéraire relève plus de ce que Luc Boltanski (1990 : 20-21) appelle « la dénonciation publique d’injustice » que de clichés sexistes. Pour de nombreuses écrivaines et écrivains de l’espace littéraire marocain, l’objectif est de parler publiquement de sexualité dans un pays où règnent encore, selon eux, de nombreux tabous sociaux et de montrer le paysage mental d’individus étouffés par les frustrations sexuelles. Même si l’on pourrait dire que ces expressions reflètent des visions stéréotypées de la réalité sociale, les entretiens que nous avons menés avec certains auteurs ainsi que les présentations publiques d’écrivains auxquelles nous avons assisté depuis 2008 (Zaganiaris 2012a) montrent qu’une partie des romanciers perçoivent ainsi la réalité sociale et souhaitent l’exprimer publiquement à travers le récit littéraire.

12Cet aspect est présent autant chez les écrivaines que chez les écrivains. La figure de l’amant incarnant la libéralisation de la sexualité est également évoquée par Siham Abdellaoui (2006). Dans Le bonheur se cache quelque part, l’amant symbolise une échappatoire face à une vie morne et conventionnelle au sein d’un mariage où n’existe plus aucune passion. Leïla, l’héroïne du roman, est une femme de quarante ans, issue de la bourgeoisie casablancaise, qui « n’en peut plus de ce rôle où on l’a cantonnée ». L’amant est l’antithèse de la figure d’un mari traditionnel, très pris par son travail mais aussi méprisant et inattentionné, incapable de mettre en valeur sa femme et de lui apporter de l’affection. Suite à une dispute, l’épouse fuit le domicile conjugal, quelque peu ivre, et atterrit sur une plage. Après s’être baignée nue, elle va coucher avec un jeune homme en train de l’observer et qui s’avère être l’un des étudiants de son mari :

  • 7 Sur la figure de l’amant dans ce livre, incarnée également par un collègue de travail séduisant qui (...)

« Elle a transgressé ces codes imbéciles et hypocrites qui régissent sa vie, ordonnancent ses choix. Elle s’est écartée pour quelques heures de son cours habituel. Elle a osé se déverser, se répandre hors des limites convenues, s’aventurer dans des chemins inexplorés. Elle en ressent une fierté triste et amère […]. Elle ressent une sorte d’apaisement, presque un sentiment de bien être. L’astre lui a donné un nouveau départ. Elle se sent apte à entamer un nouveau cycle, à replonger dans cette existence morne et creuse ».(Abdellaoui 2006 : 69)7

13La figure de l’amant incarne également ici la subversion des rôles de genre au sein du couple marié. Malgré l’amertume qui la gagne le lendemain, l’épouse, censée représenter la vertu et la respectabilité au sein d’un foyer marocain traditionaliste, trompe son mari sans la moindre culpabilité et savoure le plaisir sexuel que lui procure son amant d’un soir. Dans un contexte où le code pénal marocain punit juridiquement la consommation d’alcool par les musulmans, l’infidélité conjugale ainsi que les rapports sexuels hors mariage, la littérature marocaine montre les écarts importants entre le langage du « droit » et le langage « de la littérature », en insistant sur des lois liberticides en totale inadéquation avec les pratiques sociales d’une partie des Marocains.

Rompre avec la domination masculine et l’hétéronormativité

14La figure de l’amant ne se limite pas à l’expression d’un combat littéraire pour une sexualité libérée des contraintes puritaines, mais pose également la question de la domination masculine. Baha Trabelsi s’en est servi pour parler explicitement de la sexualité, en insistant à la fois sur les libertés sexuelles dont doivent disposer les individus mais aussi sur les dérives d’une libéralisation de la sexualité qui peut très vite se retourner contre les femmes. Dans Une femme tout simplement (Trabelsi 2002), elle dresse le portrait plutôt atypique d’une fille marocaine qui n’accorde aucune valeur à la préservation de sa virginité jusqu’au mariage et qui vit pleinement sa sexualité avec différents partenaires masculins. Dotée d’une forte personnalité, elle aura sa première relation sexuelle à quinze ans avec un quadragénaire rencontré à la sortie de son lycée marocain. La panne d’érection de ce dernier au moment de passer à l’acte la fera pouffer de rire et montre la position de force qu’une femme peut avoir sur les hommes si elle sait avoir du tempérament et profiter de leurs faiblesses. Lors des études qu’elle effectue en France, Laila découvre les joies des libertés sexuelles dont profitent beaucoup d’autres étudiants maghrébins dans la France des années 1970 et 1980. Elle sera également confrontée à la violence masculine, notamment d’un de ses compatriotes qui profitera du multipartenariat accepté par la narratrice mais vivra très mal la rupture qu’elle lui imposera. Baha Trabelsi montre qu’une liberté sexuelle sans un minimum d’affection ou de respect mutuel ne peut mener qu’à la déchéance des femmes, car les sociétés marocaine et française dans lesquelles évolue le personnage féminin du récit restent patriarcales et légitiment la domination masculine. Si Laila reste attachée malgré tout à sa marocanité ainsi qu’à la religiosité islamique, les hommes qui croiseront sa route apprendront à composer avec les aspirations d’une personne refusant d’être cantonnée à un rôle de femme soumise et docile.

15Cette figure de l’amant est prise dans des configurations contradictoires. D’un côté, elle permet de construire un discours prônant les libertés sexuelles, y compris dans les romans écrits par des femmes marocaines mais, de l’autre, elle attire l’attention sur les apories de cette libéralisation qui tourne très vite à l’avantage des hommes. Cette dénonciation de la domination masculine n’est d’ailleurs pas l’apanage exclusif des écrivaines. Si la variable genre peut être utile, dans une certaine mesure, pour rendre compte de la façon dont les femmes et les hommes écrivent sur la sexualité, elle ne peut en aucun cas constituer un « déterminisme d’écriture ». Des discours conciliant libéralisation de la sexualité et rejet de la domination patriarcale sont également présents chez des auteurs masculins, comme le montre Vies de brouillard de Mamoun Lahbabi (2010). L’une des protagonistes du roman entretient régulièrement des relations sexuelles avec un amant qui remet toujours le mariage à plus tard. La présence masculine est recherchée car elle apporte une affection physique. Toutefois, Mamoun Lahbabi montre que l’amant peut être aussi celui qui profite de sa partenaire pour satisfaire son plaisir sexuel et qui n’a aucun remord à la laisser tomber en cas de coup dur, notamment lorsqu’une grossesse imprévue vient perturber la relation et conduit à un avortement clandestin. L’amant disparaît et laisse la femme se débrouiller seule, aidée de ses amies. Dans Slim, les femmes, la mort… de Bahaa Trabelsi (2004), les dégâts provoqués par l’amant chez l’une de ses maîtresses sont beaucoup plus dramatiques que chez Lahbabi et montrent la nature de cette violence symbolique masculine exercée par les structures d’une société sur les corps des dominés (Bourdieu 1998 : 46-47).

16Baha Trabelsi a d’ailleurs la particularité d’être la seule femme écrivain à traiter dans ses romans des figures à la fois de l’amant hétérosexuel et de l’amant homosexuel. Dans Une vie à trois (Trabelsi 2000), elle montre à travers le portrait d’un couple homosexuel toute la stigmatisation — au sens goffmanien du terme — qui pèse sur cette pratique condamnée socialement et juridiquement. Lors de la parution du roman, Bahaa Trabelsi a déclaré aux médias l’avoir écrit dans un contexte où elle s’était impliquée dans la lutte contre le sida au Maroc et avait fréquenté des homosexuels. Elle a souhaité rendre compte des situations difficiles vécues par ces personnes au sein de la société marocaine. La figure masculine de l’amant est celle qui procure la jouissance sexuelle mais aussi le bonheur avec quelqu’un du même sexe. Celle-ci est évoquée autant par des auteurs gays que par des écrivains hétérosexuels. Dans le roman Le dernier combat du capitaine Ni’mat (publié en 2011) de Mohamed Leftah, auteur marocain ne s’étant jamais présenté comme homosexuel, la figure du militaire égyptien retraité, amoureux de son jeune domestique, exprime le rejet d’une société oppressive, où, selon l’auteur, l’énonciation publique des référentiels islamiques est une façon de réprimer les libertés individuelles. L’amant homosexuel, à l’image de l’amant hétérosexuel, est celui qui apporte le bonheur au sein de la relation intime et remplit de joie le partenaire avec qui il a des relations sexuelles intenses. Mohamed Leftah décrit de manière très précise et très explicite la nature des pratiques masturbatoires et des rapports de pénétration du capitaine Ni’mat avec ses amants. Il parle du bonheur ressenti par son personnage non seulement en initiant son domestique au plaisir de la sexualité mais aussi en l’écoutant lui déclarer qu’il est la première personne avec qui il a fait l’amour :

« Lui qui avait été initié au plaisir sexuel, comme tous les garçons de son village quand ils atteignaient l’âge de la puberté, par la pratique de la zoophilie, et qui n’avait eu d’autres moyens d’y accéder par la suite que par celui de la masturbation, était si enivré par cette profusion de chair qui lui était offerte si totalement que les gémissements et hurlements de douleur ne faisaient que l’exciter davantage. Au seuil de l’éjaculation, son sexe tumescent qui avait acquis la dureté du bois d’ébène, fit pousser au capitaine Ni’mat des hurlements d’une telle intensité, qu’Islam se coula sur lui de tout son long et lui bâillonna d’une main la bouche, le temps qu’il déchargeât en lui, en trois profondes et ultimes saccades ».(Leftah 2011 : 83)

  • 8 Ce mépris est loin de se limiter aux sociétés maghrébines, voir notamment Eribon (1999).
  • 9 Quels que soient les partis pris de l’auteur, y compris peut-être celui de s’identifier au Lolita d (...)

17Pour les écrivains gays, cette figure de l’amant incarne également le combat militant contre le mépris social dont sont victimes les homosexuels8. L’un des enjeux pour les écrivains est ainsi de produire certaines formes de savoirs sur les masculinités homosexuelles, susceptibles d’avoir des effets sur la réalité sociale. Pour Khalid Zekri (2006 : 177-178), les amants homosexuels décrits par les écrivains marocains mettent en relief « la masculinisation de l’homosexualité active » et « la féminisation de l’homosexualité passive ». Toutefois, comme nous allons le voir, les discours littéraires vont par-delà cette opposition et militent plutôt pour la reconnaissance des pratiques homosexuelles au sein d’une société où elles sont condamnées pénalement. Rachid O. est le premier auteur marocain à avoir tenu cette posture, aidé par certains acteurs éditoriaux du champ littéraire français. Dans L’enfant ébloui (Rachid O. 1999), publié chez Gallimard, le narrateur prend conscience de son homosexualité à l’âge de dix ans et a, par la suite, lors des années de collège, ses premières relations sexuelles avec des hommes d’une trentaine ou d’une quarantaine d’années, français et marocains (ibid. 2003 : 61-66). La question de l’amant permet de construire l’identité de l’homosexuel en refusant par ailleurs d’y intégrer toutes les personnes ayant des rapports sexuels avec des individus du même sexe. Le narrateur refuse de considérer comme « pédé » l’un de ses amants bisexuels qui vit conjointement à leur histoire une relation passionnée avec une fille (ibid. : 69, 74). La figure de l’amant, incarnée au départ par un enseignant français au Maroc nommé Antoine, laisse de côté la question des écarts d’âge importants entre le jeune collégien et son professeur9. Même si l’auteur n’utilise jamais cette expression, le passage où l’enfant essaie de se faire pénétrer pour la première fois par son professeur mais ne peut y parvenir car son anus est encore trop étroit, montre de manière emblématique la figure de l’amant pédophile. Dans l’œuvre de Rachid O., ce sont des Français venant travailler dans les établissements francophones du Maroc qui incarnent ces personnages : « On a fermé la porte et on a fait l’amour. C’était la première fois qu’il avait envie de me prendre. Je ne pouvais pas, ça m’a fait trop mal. Je pleurais parce que j’avais envie de le satisfaire » (ibid. : 79).

18L’engagement littéraire vise à faire admettre l’homosexualité comme une pratique naturelle entre deux hommes, susceptibles d’avoir de l’affection et du désir l’un pour l’autre au même titre que les hétérosexuels. L’enjeu est aussi de questionner l’acceptation de l’homosexualité dans le cadre familial ou sa conciliation avec l’attachement à la religion islamique (ibid. : 115-132). Dans des romans ultérieurs, notamment Plusieurs vies (Rachid O. 2003), le narrateur a atteint l’âge de la majorité et a des relations sexuelles avec d’autres homosexuels, que ce soit au Maroc ou à l’étranger. C’est cela qui amène Bruno Perreau (2010) à parler des pratiques sexuelles de Rachid O. comme d’une « hétérotopie » et à voir dans son homosexualité cosmopolite une forme « d’hospitalité » à l’égard de l’étranger, dans des univers sociaux où la masculinité, notamment liée à une certaine exhibition de la virilité, est une façon de construire un sentiment d’appartenance nationale. Tout comme dans les écrits d’Abdellah Taïa, le premier écrivain marocain à avoir déclaré publiquement son homosexualité au milieu des années 2000, la figure de l’amant homosexuel construite dans l’œuvre de Rachid O. introduit la mixité culturelle au sein de l’espace public marocain.

19Contrairement à Rachid O., Abdellah Taïa décide d’écrire en gardant son nom et de faire son coming out publiquement. Le combat littéraire qu’il mène contre la condamnation pénale et sociale de l’homosexualité au Maroc, en présentant ses romans dans les espaces culturels marocains, en soutenant l’association lgtb (lesbiennes, gays (italiques), trans et bisexuell(e)s) marocaine Kif Kif ainsi qu’en intervenant dans la revue Aswat qui traite de sujet sur les gays, les lesbiennes et les personnes transidentitaires du monde arabe, est inédit. Lors de ses présentations publiques, y compris dans des lieux institutionnels comme la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, Abdellah Taïa clame publiquement son homosexualité et souhaite que les représentations péjoratives sur cette orientation sexuelle changent très vite (Zaganiaris 2012a : 151-155). La figure de l’amant homosexuel, évoquée dans L’armée du salut (Taïa 2006) ou Une mélancolie arabe (ibid. 2008), permet de montrer que les gays marocains font partie de la pluralité des identités masculines du Maroc, avec leurs désirs sexuels, leur rapport au corps et leur besoin de ressentir du plaisir sexuel. Dans Infidèles, Abdellah Taïa (2012) montre l’ambivalence des rôles masculins et féminins au sein des pratiques sexuelles, en évoquant le plaisir qu’un homme peut avoir lorsqu’une femme joue avec son anus. C’est d’ailleurs la mère qui conseille à sa fille de recourir à ce type de pratique lors de la nuit de noces, pour aider l’homme à avoir une érection. Outre le fait d’indiquer que le plaisir sexuel masculin est loin de se limiter à la pénétration et à l’éjaculation, l’auteur inverse également une représentation des rôles genrés opposant « l’activité » de l’homme et la « passivité » de la femme lors des rapports sexuels :

« Les hommes n’arrivent jamais à bander cette nuit-là. Ne t’inquiète surtout pas. Je te donne une technique simple et efficace pour les aider à avoir l’érection nécessaire. Si les mots sexuels ne suffisent pas, si tes yeux et tes fesses ne servent à rien, alors, ma fille courageuse, sans rien lui demander tu mettras un doigt dans le cul du marié. Tu verras, il ne sera pas surpris. Ils aiment ça, les hommes. Qu’on les traite autrement. Qu’on inverse, sans paroles, les rôles. Ils aiment le trou du cul, le leur, celui des autres ».(Taïa 2012 : 45-46)

20*

21Hormis Le dernier combat du capitaine Ni’mat (italique) de Mohamed Leftah (2011), pour lequel une pétition contre la censure dont il fait l’objet au Maroc a été lancée par l’écrivain Abdelatif Laâbi le lundi 7 novembre 2011, tous les ouvrages que nous avons évoqués peuvent être trouvés dans les librairies marocaines, à côté de l’Amande de Nedjma ou des romans de Michel Houellebecq. Le fait d’être plusieurs écrivains, tous sexes confondus, à parler ouvertement de la sexualité dans un pays où elle est contrôlée par le pouvoir, ne vise pas uniquement à critiquer les interdits sociaux omniprésents mais aussi à décrire les pratiques sociales dont l’écrivain est le contemporain. Contrairement à ce que suggèrent certaines thèses des gender studies, les rapports de genre sont loin de se limiter à des rapports de pouvoir, omniprésents au sein d’une société réduite à ses caractéristiques patriarcales. La littérature marocaine de langue française montre que les figures de la masculinité s’inscrivent dans plusieurs registres d’énonciation. Celles-ci incarnent certes la domination masculine s’exerçant sur les femmes, mais renvoient également à un traditionalisme autoritaire et sclérosé avec lequel il s’agit de rompre, à l’amour fusionnel entre les corps en vue d’un bonheur partagé ainsi qu’à une subversion en faveur des libertés sexuelles, notamment au niveau de l’homosexualité ou des rapports sexuels hors mariage. En focalisant notre attention sur la façon dont des savoirs sur les masculinités sont produits à partir d’une description des pratiques sexuelles, notre objectif n’est pas tant de militer pour une quelconque « révolution sexuelle » au Maroc et de verser dans une posture néo-colonialiste, remise en cause à juste titre par des auteurs tels que Joseph Massad, que d’objectiver une économie politique des discours sur la sexualité (Rubin 1998). À partir des idées de Michel Foucault, Daniel Halperin (2000 : 44-46, 141) dissocie les « processus de libération » et les « pratiques de liberté ». Il ne s’agit pas tant de plaider pour les « libertés sexuelles », en tant que discours normatif au sein du monde arabe mais plutôt de comprendre de quelle manière certains acteurs sociaux parlent du « plaisir sexuel », « des rapports amoureux », « des relations érotiques avec les autres » au sein de pays tels que le Maroc. C’est à ce niveau que réside, selon nous, l’importance des discours écrits et oraux des écrivains marocains. Les « dénonciations publiques d’injustices » opérées par ces derniers ne sous-entendent pas forcément une rupture du lien avec la culture marocaine et/ou avec la religion islamique. Ce discours littéraire sur la sexualité est moins une critique publique de l’islam ou de certaines pratiques culturelles du Maroc, qu’une contestation des usages sociaux qui en sont faits au sein de la société. Quelles que soient les positions normatives à l’égard des prescriptions religieuses ou culturelles, les savoirs produits par ces écrivains nous autorisent à penser que le « trouble » dont parle Judith Butler (2005) ne s’applique peut-être pas uniquement au genre mais concerne également les identités islamiques du monde arabe, présentées à tort comme un ensemble homogène et uniformisé.

Haut de page

Bibliographie

Abdellaoui, S.
2006 – Le bonheur se cache quelque part, Casablanca, Le Fennec.

Alami M’Chichi, H.
2002 – Genre et politique au Maroc. Les enjeux de l’égalité homme/femme, entre islamisme et modernisme, Paris, L’Harmattan.

Ali, Z. (dir.)
2012 – Féminismes islamiques, Paris, La Fabrique.

Baïda, A.
2011 – Au fil des livres, chroniques de littérature marocaine de langue française, Casablanca, La croisée des chemins.

Bayart, J.-F.
1996 – L’illusion identitaire, Paris, Fayard.

Becker, H.
1985 [1963] – Outsiders, étude de la sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Belhabib, A.
2009 – La langue de l’hôte. Lecture de Abdelkébir Khatibi, Rabat, Okad.

Boltanski, L.
1990 – L’Amour et la Justice comme compétence. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié.
2009 – De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bouhdiba, A.
2003 [1975] – La sexualité en islam, Paris, PUF.

Bourdieu, P.
1980 – Le sens pratique, Paris, Minuit.
1998 – La domination masculine, Paris, Liber.

Bourrakadi, M.
2006 – « Lorsque la femme assume ses amours », Le Matin, 8 août, <http://www.maghress.com/fr/lematin/67650>.

Broqua, C. & Eboko, F.
2009 – « La fabrique des identités sexuelles », Autrepart, 49 (3) : 3-13.

Butler, J.
2005 [1990] – Le trouble dans le genre, Paris, La Découverte.

Carmona Benito, S.
2008 – La prostitution dans les rues de Casablanca, Casablanca, Les éditions Toubkal.

Charpentier, I.
2010 – « Virginité des filles et rapports sociaux des sexes dans quelques récits d’écrivaines marocaines contemporaines », Genre, sexualité, société (3), <http://www.gss.revues.org/index1413.html>.

Cheikh, M.
2009 – « Échanges sexuels monétarisés, femmes et féminités au Maroc : une autonomie ambivalente », Autrepart, 1 : 173-188.

Chraïbi, D.
2003 [1954] – Le passé simple, Paris, Folio.

Dakhlia, J.
2005 – Islamicités, Paris, PUF.

Daoud, Z.
1996 – Féminisme et politique au Maghreb, Casablanca, Eddif.

Dejeux, J.
1994 – La littérature féminine de langue française au Maghreb, Paris, Karthala.

Dialmy, A.
1999 – Jeunesse, sida et islam au Maroc, Casablanca, Eddif.
2008 – Le féminisme au Maroc, Casablanca, Toubkal.
2009 – Critique de la masculinité au Maroc, Rabat, Saad Warzazi Éditions.

Didier, B.
1981 – L’écriture femme, Paris, PUF.

El Khayat, G.
1988 – Le Maghreb des femmes, Paris, L’Harmattan.
2002 [1994] – La liaison, Casablanca, Éditions Aïni Bennaï.
2003 – Les femmes arabes, Casablanca, Éditions Aïni Bennaï.

Eribon, D.
1999 – Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard.

Espineira, K., Thomas, M.-Y. & Alessandrin, A. (dir.)
2012 – La transyclopédie. Tout savoir sur les transidentités, Paris, Des Ailes sur un Tracteur.

Gharaibeh, R.
2012 – « Queeriser le corps : pratiques des féministes arabes », Observatoire des Transidentités, <http://www.observatoire-des-transidentites.com/article-queeriser-le-corps-pratiques-des-feministes-arabes-104378465.html>.

Hall, S.
2007 – Identités et cultures, politiques des cultural studies, Paris, Amsterdam.

Halperin, D.
2000 – Saint-Foucault, Paris, EPEL.

Heinich, N.
1996 – État de femme. L’identité féminine dans la culture occidentale, Paris, Gallimard.

Hibou, B.
2011 – Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte.

Hobsbawn, E. & Ranger, T.
1983 – The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Hoggart, R.
1970 [1957] – La culture du pauvre, Paris, Minuit.

Jay, S.
2005 – Dictionnaire des écrivains marocains, Casablanca, Eddif.

Khatibi, A.
1992 [1983] – Amour bilingue, Casablanca, Eddif.

Lahbabi, M.
2010 – Vies de brouillard, Casablanca, Afrique Orient.

Leftah, M.
2011 – Le dernier combat du capitaine Ni’mat, Paris, La différence.

Lewis, R.
2004 – Rethinking Orientalism, Women, Travel and Ottoman Harem, New York, IB Tauris.

Massad, J.
2007 – Desiring Arabs, Chicago, The University of Chicago Press.

Mernissi, F.
1990 – Sultanes oubliées : femmes chef d’État en islam, Paris, Albin Michel.
1991 – Le monde n’est pas un harem, Paris, Albin Michel.

Moghadam, V.
1993 – Modernizing Women : Gender and Social Change in the Middle East, Boulder, Lynne Reinner.

Mouaqit, M.
2009 – L’idéal égalitaire féminin à l’œuvre au Maroc : Féminisme, islam(isme), sécularisme, Paris, L’Harmattan.

Nedali, M.
2010 [2003] – Morceaux de choix, les amours d’un apprenti boucher, Casablanca, Le Fennec.
2012 – Triste jeunesse, Casablanca, Le Fennec.

O., Rachid
1999 [1995] – L’enfant ébloui, Paris, Gallimard-Folio.
2003 [1996] – Plusieurs vies, Paris, Gallimard-Folio.

Perreau, B.
2010 – « Rachid O.’s Inner Exile. Gay Heterotopia and Postcolonial Textuality », in E. Vendervoort (ed.), Masculinities in Twentieth and Twenty-First Century French and Francophone Literature, Cambridge, Cambridge Scholar Publishing : 155-172.

Rebucini, G.
2009 – Les masculinités au Maroc. Pour une anthropologie des genres et des sexualités dans la ville de Marrakech, Thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Redouane, N.
2006 – Écritures féminines au Maroc. Continuité et évolution, Paris, L’Harmattan.

Rubin, G.
1998 – « L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Les cahiers du CEDREF, 7 : 5-82.

Saïd, E.
1997 [1978] – L’orientalisme, l’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil.

Taboada Leonetti, I. (dir.)
2004 – Les femmes et l’Islam, entre modernité et intégrisme, Paris, L’Harmattan.

Taïa, A.
2006 – L’armée du salut, Paris, Éditions du Seuil.
2008 – Une mélancolie arabe, Paris, Éditions du Seuil.
2012 – Infidèles, Paris, Éditions du Seuil.

Tenkoul, A.
1985 – Littérature marocaine d’écriture française, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Trabelsi, B.
2000 – Une vie à trois, Casablanca, Eddif.
2002 [1996] – Une femme tout simplement, Casablanca, Eddif.
2004 – Slim, les femmes, la mort…, Casablanca, Eddif.

Zaganiaris, J.
2009 – Penser l’obscurantisme aujourd’hui, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.
2011 – « Pour en finir avec “l’intellectualisme” : la question de la rupture avec l’épistémocentrisme herméneutique dans l’œuvre de Pierre Bourdieu », L’Homme et la société, 181 : 145-164.
2012a – « La question Queer au Maroc : identités sexuées et transgenre au sein de la littérature marocaine de langue française », Confluences Méditerranée, 80 : 145-161.
2012b – « Sexualité et gouvernabilité des corps au Maroc : la question des transidentités au sein des productions artistiques marocaines », Observatoire des Transidentités, <http://www.observatoire-des-transidentites.com/article-sexualite-et-gouvernabilite-des-corps-au-maroc-100332019.html>.

Zekri, K.
2006 – Fictions du réel, modernité romanesque et écriture du réel au Maroc, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 D’autres conceptions ontologiques, sans doute tout aussi normatives, peuvent lui être opposées, à commencer par celle qui appréhende le monde arabo-musulman en insistant beaucoup plus sur les structurations économiques que sur les déterminismes religieux ou culturels (Moghadam 1993 : Hibou 2011).

2 Sur la question des transidentités, voir Espineira, Thomas & Alessandrin (2012).

3 Sur la littérature marocaine, voir Baïda (2011), Jay (2005), Redouane (2006), Tenkoul (1985), Zekri (2006).

4 Là encore, nous nous démarquons de la posture de J. Massad (2007 : 152-157) qui parle des écrits de certains écrivains marocains comme des productions orientalistes.

5 Les premières pages du roman insistent sur cet aspect et montre de quelle façon son père, appelé l’Adel, réagit lorsque le fils lui déclare qu’il veut devenir boucher et arrêter l’école (medersa) : « J’avais seize ans et me disais qu’à cet âge là, on était assez mûr pour dire ouvertement ce que l’on voulait ou ne voulait pas. Je pris mon courage à deux mains et vidai mon sac devant l’Adel. Ses premières réactions furent d’une violence inouïe. Jamais père ne fut plus cruel avec sa progéniture. Mais plus il me battait, plus je persistais dans mon refus de retourner sur les bancs de la medersa ou d’apprendre un métier autre que la boucherie […]. Du châtiment corporel, il passa à celui psychologique, avec toujours le même objectif visé : me mettre au pas pour me brider à sa guise » (Nedali 2010 : 17).

6 Certains tenants de ce que l’on appelle aujourd’hui les « féminismes islamiques » ratent entièrement cette dimension hybride des islamités ; voir par exemple l’introduction de Z. Ali (2012).

7 Sur la figure de l’amant dans ce livre, incarnée également par un collègue de travail séduisant qui fait rêver le personnage féminin, voir aussi Abdellaoui (2006 : 62-63). L’infidélité comme catalyseur et stimulant plus ou moins illusoire est d’ailleurs liée également à la figure du mari. L’hypothèse selon laquelle le mari peut avoir une liaison avec une de ses collègues de travail amène l’épouse à « accueillir son mari le corps nu, enveloppé dans un tissu vaporeux de dentelle de soie » et de faire passionnément l’amour avec lui (ibid. : 11-13).

8 Ce mépris est loin de se limiter aux sociétés maghrébines, voir notamment Eribon (1999).

9 Quels que soient les partis pris de l’auteur, y compris peut-être celui de s’identifier au Lolita de Nabokov, il reste que ces passages racontant les relations sexuelles entre cet enfant et son professeur ne peuvent être perçus sous l’angle du relativisme culturel. Autant nous pouvons être pluralistes et soutenir les combats militants LGTB (lesbiennes, gays, trans et bisexuell(e)s) contre la stigmatisation dont ils font l’objet, y compris dans les pays où il y a une religion d’État interdisant pénalement ce type de pratiques sexuelles, autant nous ne sommes pas relativiste et ne pouvons nous affranchir de certaines conceptions universelles condamnant la pédophilie ainsi que toutes pratiques sexuelles non consentantes. Cela vaut également pour l’amant quadragénaire évoqué par B. Trabelsi (2002) dans Une femme tout simplement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Entre libéralisation de la sexualité et exercice de la violence symbolique », Cahiers d’études africaines [En ligne], 209-210 | 2013, mis en ligne le 06 juin 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17361

Haut de page

Auteur

Jean Zaganiaris

CERAM, École de Gouvernance et d’Économie, Rabat.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page