Navigation – Plan du site
La migration mise en discours

Mots et maux de la migration. De l’anathème aux éloges

Migration’s Narratives and Troubles. From Anathema to Praises
Mahamet Timera
p. 27-47

Résumés

Plusieurs travaux et paradigmes théoriques ont abordé et documenté les multiples liens entretenus par les communautés immigrées pour pérenniser les relations avec les pays d’origine. Nous voulons dans cet article nous situer principalement du point de vue de la société d’origine pour appréhender dans quelles conditions l’État, la nation et ceux restés sur le territoire national (re)découvrent leurs émigrés et mettent en récit ce fait et les événements qui l’incarnent. Plus concrètement, il s’agit d’analyser comment un système de « communication », comment des événements et des moments historiques redéfinissent les frontières de la communauté nationale, réalisent un « partage des significations » (Strauss) entre ceux qui appartiennent à un « nous » malgré leur multi-localisation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une émigration entre suspicion, victimisation et misérabilisme
Les fils retrouvés (réhabilitation et rédemption)

Aperçu du texte

Dans son ouvrage Repenser les migrations, Nancy Green (2002) évoque ce notable d’un village italien de Calabre qui souhaite la bienvenue à son hôte au nom de ces 8 000 compatriotes dont 3 000 sont déjà en Amérique et que les 5 000 présents s’apprêtent à rejoindre. Plus récemment, Ousmane Kane (2012) dans son ouvrage The Homeland is the Arena. Religion, Transnationalism and the Integration of Senegalese Immigrants in America situe d’emblée le pays d’origine comme le lieu des enjeux privilégiés d’une diaspora sénégalaise par ailleurs fortement inscrite et engagée dans l’espace américain. En pays soninke, à l’occasion des fêtes de l’Aïd, à travers les bénédictions qui s’échangent pour accueillir la nouvelle année, ceux qui sont restés au pays n’oublient pas ceux qui sont absents et leur dédient le couplet suivant : « Puisse Dieu ramener les migrants dans leur foyer dans de bonnes conditions » (Tandian 1999). Eux-mêmes, dans l’exil, prient pour être des Karanko, c’est-à-dire pour avoir ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mahamet Timera, « Mots et maux de la migration. De l’anathème aux éloges », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17580

Haut de page

Auteur

Mahamet Timera

Unité de recherches « Migrations et société » (URMIS), Paris Diderot/ UNSA/IRD UMR 205/CNRS UMR 8245.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page