Navigation – Plan du site
La migration mise en discours

Victims of their Fantasies or Heroes for a Day?

Media Representations, Local History and Daily Narratives on Boat Migrations from Senegal
Victimes de leurs rêveries ou héros d’un jour ?. Représentations médiatiques, histoire locale et récits quotidiens sur les migrations piroguières du Sénégal
Stefano degli Uberti
p. 81-113

Résumés

À partir de 2005, les vagues de l’océan Atlantique qui se brisent contre les côtes du Sénégal sont traversées par une dizaine de milliers de migrants en pirogues (pour la plupart sénégalais) qui font route vers les îles Canaries, au péril de leur vie, « pour gagner l’Europe ». Au Sénégal, le phénomène des migrations en pirogue a déclenché une production remarquable d’images et de discours. En supposant l’idée de « mouvement » comme une « exception », dans les mass-médias et les discours officiels, le migrant en pirogue est décrit comme un « kamikaze », une victime ou un « aventurier naïf » qui est poussé à partir par l’imagination d’un idyllique « ailleurs » européen, ou par le désir de réaliser une richesse économique affichée par les migrants de retour. En revanche, de nombreuses études ethnographiques montrent que, pour des millions d’Africains mobiles, apparaît plutôt un « mode de vie », une partie de leur expérience quotidienne, ce qui implique plus qu’une simple circulation de personnes dans le seul espace géographique (De Bruijn et al. 2001). S’appuyant sur l’analyse des données ethnographiques recueillies à Dakar et dans les zones urbaines de M’bour-Saly, cet article soutient que les migrations en pirogue pourraient être mieux comprises en examinant à la fois les multiples formes de représentations sociales du migrant dans la société sénégalaise et les significations véhiculées par les médias sénégalais et les récits des migrants et des non-migrants. L’adoption d’une perspective historique dans l’étude du contexte migratoire de M’bour nous permettra de retracer une « culture de la migration » localement spécifique et de souligner son importance afin de déconstruire les interprétations macro-analytiques, et de remettre en question les rhétoriques officielles sur les « migrations clandestines » sénégalaises.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Mbëkkmi: Its Protagonists and the Organisation of the Travel
What Kind of “Culture of Migration” in M’bour?
Narrations and Representations on the “Senegalese Migrant”
Being Clandestine on the “Other Side” of the Mediterranean Sea
The Local Dimension of Migration.  The Modou modou: Still a Model to Follow?

Aperçu du texte

This one of the questions which, since the winter of 2005, has caught, more or less explicitly, the interest of Senegalese newspapers and magazines, driving to the production of several newspaper articles and photographic reportages on the phenomenon of “boat migrations” or migrations piroguières (gaalu looco or mbëkkmi in Wolof).

When talking about “boat migrations” we refer to the phenomenon that involved thousands of Senegalese and other people coming, from Western African countries, predominantly male, who set off for the Spanish archipelago of the Canary Islands from the Senegalese, Mauritanian or Gambian coasts.  They risk their lives to “gagner l’Europe” (Cesti 2007; Mbow & Tamba 2007; Diop 2008).  Many of them, without any regular expatriation document for Europe, have been forcibly repatriated, following forty days of detention.

Picture 1. Routes to Canary Islands from Africa

Picture 1. Routes to Canary Islands from Africa

(Hernàndez Carretero 2008)

During the last few years, the phenomenon of mi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stefano degli Uberti, « Victims of their Fantasies or Heroes for a Day? », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17599

Haut de page

Auteur

Stefano degli Uberti

Centre for Research on the Anthropology and Epistemology of Complexity, University of Bergamo, Italy.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page