Navigation – Plan du site
La migration mise en discours

De Dakar à New York

Récits de marins de l’Afrique francophone à la « découverte » de l’Amérique au tournant des années 1920
From Dakar to New York. Sailors’ Narratives of French-Speaking Africa in the “Discovery” of America at the Turn of the 1920s
Daouda Gary-Tounkara
p. 155-180

Résumés

Les circulations migratoires contemporaines de l’Afrique de l’Ouest francophone vers les États-Unis semblent s’être véritablement amorcées à la faveur des indépendances politiques, en 1960, et de l’abrogation du système des quotas d’immigration par nationalité en Amérique en 1965. Depuis les années 1980, les effets de la libéralisation accélérée des économies en Afrique ont renforcé la présence des entrepreneurs francophones dans les villes de la côte est des États-Unis, à New York notamment. Or l’analyse historique des logiques migratoires, des trajectoires et des récits des individus montre que les mouvements transatlantiques, plus anciens, remontent en fait à la période coloniale. Ainsi, des paysans reconvertis marins provenant de différentes zones de l’Afrique occidentale française rejoignirent l’Amérique dès la fin de la Première Guerre mondiale. Par ailleurs, en contexte colonial/ségrégationniste, ils permettent de repenser la nature des liens Afrique/Amériques (en général appréhendés sous l’angle de la mobilité des élites intellectuelles) d’une part et, d’autre part, le profil des migrants.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Entrouvrir les portes de l’Amérique avec l’aide de la marine française
Les trajectoires et récits des marins : interroger les pratiques de mobilité et les liens Afrique/Amérique
Africains et Américains : une interaction en question sur fond de ségrégation raciale

Aperçu du texte

On situe l’arrivée contemporaine des Africains en Amérique dans le processus concomitant d’abrogation des quotas d’immigration par nationalités aux États-Unis, en 1965, et d’émancipation politique des anciennes colonies européennes, en particulier britanniques (Arthur 2000 ; Jackson 2005). Les ressortissants des pays de l’ancienne Afrique occidentale française (aof) — ou Fédération — n’auraient pris part à ce processus que deux décennies plus tard, comme en atteste la visibilité de leur présence à New York depuis les années 1980 (Ebin 1990 ; Foner 2000 ; Stoller 2001 ; Gilroy 2003 ; Kane 2011). Les travaux documentant le profil socio-économique des migrants ont focalisé sur les effets induits de la mondialisation commerciale en Afrique pour expliquer cette présence nouvelle, sans que l’on connaisse précisément les mécanismes historiques des parcours ni les contextes locaux complexes dans lesquels se déploient les migrations transatlantiques.

Au niveau de l’interprétation historique, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daouda Gary-Tounkara, « De Dakar à New York », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17623

Haut de page

Auteur

Daouda Gary-Tounkara

Les Afriques dans le monde (LAM), CNRS, Sciences Po Bordeaux.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page