Navigation – Plan du site
La migration mise en récits

Mobilités et migrations dans les discours et la littérature orale moose (Burkina Faso)

Mobilities and Migrations in Moose Speeches and Oral Literature (Burkina Faso)
Alice Degorce
p. 289-308

Résumés

Cet article analyse des discours entourant les migrations des Moose du Burkina Faso vers la Côte-d’Ivoire ou la capitale Ouagadougou, à partir de recueils de littérature orale (chants, proverbes). Le corpus rassemblé comprend ainsi une énonciation dans une même langue, le moore, mais met en scène des regards différents sur les mobilités, selon qu’ils sont portés par des hommes et des femmes y étant déjà sujets, ou au contraire restés « au village » mais dépositaires de paroles traitant de ce thème. Il s’agira donc de confronter ces différents types de discours, recueillis dans des situations d’énonciation différentes allant du rituel à l’entretien en passant par la performance théâtrale, afin d’interroger les migrations et les mobilités en direction de la Côte-d’Ivoire ou de Ouagadougou.

Haut de page

Notes de l'auteur

Je tiens à remercier ici Prosper Kompaoré, directeur de l’Atelier théâtre burkinabé (ATB) à Ouagadougou et les membres de l’ATB, ainsi que Lenga Zoundi et sa troupe, et les chanteuses du quartier Yipaala de la commune de Kindi. Je remercie également Florence Boyer et Alain Sanou pour leurs relectures, ainsi que les participants du séminaire « Sciences sociales Burkina Faso (3SB) » de Ouagadougou qui ont bien voulu discuter cet article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Migrations vers les pays côtiers, migrations vers la capitale
Le « Moaaga de la maison » et celui qui « dure en brousse »
« Savoir s’asseoir »

Aperçu du texte

Les migrations des Moose du Burkina Faso vers la Côte-d’Ivoire et le Ghana, tout comme celles qui sont internes au pays, sont notoires et relativement bien connues, en particulier sur le plan quantitatif. Les discours entourant ces mobilités n’ont en revanche que peu été appréhendés. Cet article entend aborder ces paroles en se basant sur plusieurs types de discours, ayant en commun le fait d’être dits en moore, la langue des Moose, et relevant pour la plupart de la littérature orale ou de « discours de tradition orale » (Bornand 2005). Il concerne ainsi des énoncés élaborés selon une mise en forme et une esthétique langagière et artistique spécifiques, essentiellement chants et proverbes, recueillis dans des situations de performance mettant en scène un ou plusieurs énonciateurs et un public ou un auditoire auquel ils s’adressent.

Les prémices des recherches actuelles sur la parole et les discours ont été posées par l’« Ethnography of Speaking and Communication » (Hymes 1962 ; Gumpe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Degorce, « Mobilités et migrations dans les discours et la littérature orale moose (Burkina Faso) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17667

Haut de page

Auteur

Alice Degorce

Institut de recherche pour le développement (IRD), Institut des mondes africains (IMAF, UMR 8171), Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page