Navigation – Plan du site
La migration mise en récits

Mobilité, migrations et littératures en réseaux

Exemple des romans poulâr
Mobility, Migrations and Literary Networks. The Case of Pulaar Novels
Mélanie Bourlet
p. 309-340

Résumés

Cet article pose la question du rapport entre littératures en langues africaines et mondialisation et des enjeux théoriques pour la littérature mondiale d’une approche transnationale et/ou multilocale de ce qui est généralement considéré comme des épiphénomènes littéraires mondiaux. La première partie dresse un état des lieux de la question et met en lumière les paradoxes ou limites de la critique littéraire dans la prise en compte des littératures en langues locales. La mise au jour récente de littératures transnationales en langues africaines, publiées tant en Afrique que hors d’Afrique, pousse naturellement vers un décloisonnement linguistique des études littéraires africaines et pose la question de la spatialité, de l’articulation des échelles locale, nationale et internationale. Manifestation évidente d’une « glocalisation » des cultures, ces littératures posent avec acuité des questions qui ne sont plus seulement propres aux littératures des minorités, mais engagent la littérature mondiale. Elles pointent ainsi les limites d’une approche institutionnelle de la littérature, certes importante pour mettre en lumière certains enjeux de pouvoirs mais insuffisante en tant que schéma explicatif pour rendre compte de ce que ces littératures, faiblement ou non institutionnalisées, nous révèlent de l’intensité du rapport de l’écriture à la vie. La seconde partie s’attachera ainsi à donner un exemple : celui de la littérature poulâr moderne, née en contexte de mobilité et d’une nécessité d’être en adéquation avec un état du monde globalisé. Nous montrerons ainsi de quelle manière elle constitue par l’intermédiaire de ses œuvres autant d’espaces interstitiels, de mises en réseaux potentiels d’une communauté poulâr dispersée aux quatre coins de la planète ; invitant ainsi le chercheur à placer au centre de la réflexion les notions de mobilité, de connectivité et de réflexivité et à voir cette littérature comme une forme originale d’extension du lien social en contexte de mondialisation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Mobilité : l’enjeu topographique pour les études littéraires
Paradoxes
Spatialisation littéraire
Intérêt d’une approche ethnographique transnationale et/ou multilocale : la question du réseau
La littérature poulâr, un rapport d’intensité à l’écriture
Le terrain de la littérature poulâr : de Paris à Nouakchott en passant par Bruxelles et Dakar
De la migration (en et hors d’Afrique) à l’apprentissage de l’écriture en poulâr
De l’écriture en poulâr à la mise à l’écrit de l’expérience migratoire

Aperçu du texte

« La perspective épistémologique consistant à concevoir le migrant dans un système global de mobilités s’inscrit dans une démarche sociologique encore conceptuellement faible et tâtonnante » (Diminescu 2005 : 275). C’est en ces termes que la sociologue Dana Diminescu introduit l’enjeu théorique de l’étude des migrations d’un point de vue sociologique dans un article intitulé « Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique » (ibid.). Ce constat est tout aussi valable pour les études littéraires. S’il est un fait acquis que nous vivons aujourd’hui dans une « culture de la mobilité » (ibid. : 276), caractérisée par une intensification de la circulation des hommes, des échanges sociaux et des biens culturels grâce aux progrès technologiques où « les migrants sont les acteurs d’une culture de lien qu’ils ont eux-mêmes fondée et qu’ils entretiennent dans la mobilité » (ibid. : 277), l’un des défis majeurs de la critique littéraire demeure néanmoins la mise en adéquation des outi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Bourlet, « Mobilité, migrations et littératures en réseaux », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17677

Haut de page

Auteur

Mélanie Bourlet

Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire (LLACAN), Paris, CNRS-INALCO.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page