Navigation – Plan du site
La migration mise en scène

Le regard entre deux rives

La migration et l’exil dans le discours des rappeurs sénégalais
The Gaze between two Shores. Migration and Exil in Senegalese Rappers’ Discourse
Sophie Moulard
p. 415-449

Résumés

Cet article interroge les discours que les rappeurs sénégalais de la génération actuelle portent sur la migration et la vie en exil. Considérés depuis les années 2000 comme des figures de la réussite au Sénégal, leur capacité à mobiliser les jeunes pour se faire entendre dans la sphère publique locale se heurte pourtant à l’augmentation des départs de leurs compatriotes, et à leur volonté indéfectible de tenter leur chance ailleurs. Désormais entrés dans les réseaux artistiques internationaux, certains d’entre eux participent d’ailleurs à cette mobilité, durable ou pendulaire. Dans leurs textes, on retrouve le registre épique de l’aventurier parti par les mers, ou celui biblique du voyageur en direction de la Terre promise ; toutefois, c’est le réalisme qui domine à travers les récits de vie de personnages migrants qui dépeignent plus volontiers l’âpreté de la vie en exil. Par ailleurs, ils dénoncent le caractère répressif des politiques d’émigration au Nord, et l’ambivalence de celles au Sud. Ils demeurent ainsi la voix des « sans-voix » dans la mobilité, ce malgré leur statut souvent privilégié d’artistes devenus cosmopolites.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

De la figure du rappeur à celle du migrant des années 2000
Le mythe tenace du kaaw
« Tukki taxul tekki » (« voyager ne signifie pas réussir ») : la déconstruction de la figure du migrant
Je ne mâche pas mes mots
Les rappeurs, des voyageurs pas comme les autres

Aperçu du texte

S’il semble désormais entendu que l’Afrique a déjà connu une longue histoire d’extraversion (Bayart 1999) et que les migrations africaines, qui en sont l’un des versants, ne constituent pas en elles-mêmes un phénomène récent, il est bon de rappeler que l’intérêt qu’elles suscitent dans les rangs de l’anthropologie française est pour sa part encore relativement nouveau. Nombre d’auteurs se sont attelés au long travail de recension et de généalogie des travaux consacrés à l’étude des migrations africaines en France (Kuczynski & Razy 2009), en remarquant que l’anthropologie africaniste, durablement placée sous l’obédience de M. Griaule, s’est longtemps montrée rétive à considérer celle-ci comme un objet scientifique digne de ce nom (ibid : 79).

Aujourd’hui, le regard porté sur la migration interroge les pratiques sociales des migrants et s’intéresse aux « relations transnationales qu’ils nouent entre leur pays d’origine et leur lieu de travail ou de résidence éventuellement dans un cont...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Moulard, « Le regard entre deux rives », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17710

Haut de page

Auteur

Sophie Moulard

Laboratoire des Afriques dans le Monde (LAM), UMR 5115, Sciences-Po Bordeaux.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page