Navigation – Plan du site
La migration mise en scène

À l’écoute du « Cri de la Tourterelle »

La performativité du chant et du cinéma sur la migration au Niger
“Listening to Koukan Kourcia: Performative Cinema on Migration in Niger”
Marina Lafay et Carola Mick
p. 499-527

Résumés

Le film Koukan Kourcia ou le Cri de la Tourterelle (Magori 2010) est le résultat d’une initiative personnelle et sociale visant à influencer les pratiques migratoires des hommes nés au Niger. Avec l’aide d’une célèbre cantatrice, Elhadji Sani Magori, à la fois réalisateur et acteur principal du film, invite les hommes migrants à un retour vers leur lieu d’origine, pour remédier aux effets défavorables d’ordres économique, social, mais aussi émotionnel qu’entraîne leur absence. Cette contribution présente une analyse sémiologique et discursive de la mise en récit et de la mise en scène particulière de ce projet social, afin d’en évaluer les conditions de performativité exploitées par les acteurs impliqués.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Koukan Kourcia ou le Cri de la Tourterelle
Synopsis et réalisation
Le « genre » de Koukan Kourcia
Un film interventionniste et engagé
Sujet et performativité
Une exploration avec la tourterelle
En suivant le voyage
Verbaliser la migration, acteurs et motivations
Vivre avec l’absence
Dire sa migration
Chanter le voyage
La performativité du « Cri de la Tourterelle »
Les pratiques migratoires promues par le projet de Sani
Les particularités du projet de Sani Magori
Conclusion et fils tendus

Aperçu du texte

Cet article présente une analyse sémiologique-discursive du film Koukan Kourcia ou le Cri de la Tourterelle réalisé par le cinéaste nigérien Elhadj Sani Magori. Depuis 2010, année de sa sortie, ce film a été diffusé dans de nombreux festivals en Europe et en Afrique et a reçu de nombreux prix. Koukan Kourcia est une œuvre en partie autobiographique puisqu’elle évoque l’histoire du réalisateur qui y met en scène sa démarche et son voyage pour aller du Niger à Abidjan retrouver son père exilé, afin de le convaincre de revenir au pays après environ trente ans passés en migration dans le secteur du commerce en Côte-d’Ivoire. Pour ce faire il convoque la cantatrice nigérienne Zabaya Hussey, celle qui, par ses chants, avait autrefois incité son père et d’autres hommes à partir. Cette femme âgée accepte cette mission et la transforme en voyage à la rencontre des migrants de la sous-région, pour provoquer leur retour par un « chant inversé », invitant cette fois-ci non plus au départ mais a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Lafay et Carola Mick, « À l’écoute du « Cri de la Tourterelle » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 213-214 | 2014, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17742

Haut de page

Auteurs

Marina Lafay

Centre Population & Développement (Ceped).

Carola Mick

Université de Paris René Descartes, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page