Navigation – Plan du site
Études et essais

Adopter un enfant dans le contexte de la Procréation médicalement assistée en Afrique subsaharienne

Child Adoption Within the Context of Medically Assisted Procreation in Sub-Saharan Africa
Doris Bonnet
p. 769-786

Résumés

Des enquêtes ethnographiques réalisées en 2011 et 2012 dans un centre de fertilité camerounais avaient pour but de recueillir l’expérience de couples stériles ayant recours à l’Assistance médicale à la procréation (AMP). Une partie du questionnaire a été consacrée à la place de l’adoption et du fosterage (ou confiage) au sein des couples inféconds, ces procédures étant souvent présentées comme une alternative à l’infécondité. L’enquête révèle que les couples ont des avis relativement critiques à l’égard des pratiques d’adoption et même du fosterage, pourtant socialement très ancré. Ils vivent ces alternatives avec de nombreuses questions sur les origines de l’enfant dans le cas de l’adoption, et sur les nouvelles formes de parentalité dans le cas du fosterage. Cependant, malgré ces critiques, les couples respectent la pratique du fosterage pour maintenir un lien de transmission et de solidarité avec le lignage. En fait, le recours à l’Assistance médicale à la procréation n’annule pas, malgré ces critiques, une volonté simultanée d’adopter et surtout une acceptation du fosterage.

Haut de page

Notes de l'auteur

Je remercie les biologistes et médecins camerounais qui m’ont permis de réaliser, en toute liberté, cette recherche (projet ANR Les Suds II).

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

De l’adoption au fosterage : terminologie et définitions
Préambule méthodologique : pour une anthropologie du couple
Arguments critiques sur l’adoption
L’argument des difficultés de la procédure
L’argument du discrédit familial de l’adoption
L’argument des origines inconnues de l’enfant
Le fosterage, une logique de solidarité
Le désir d’enfant : une question non résolue ?
Une multiplicité de recours

Aperçu du texte

Les couples inféconds d’Afrique subsaharienne peuvent, depuis les années 1990, recourir à des techniques d’Assistance médicale à la procréation (amp) dans des centres médicaux privés, sous réserve qu’ils soient susceptibles de mobiliser suffisamment de ressources économiques pour payer l’ensemble des frais y afférant. Ces techniques se diffusent dans des pays où les taux de stérilité sont fort élevés, entre 15 % à 30 % de la population, comparés aux 5 % à 10 % dans les pays développés (Daar &Merali 2002). Dans un environnement médical où la santé de la reproduction reste marquée par un faible recours au planning familial, avec des avortements clandestins aux graves conséquences et des infections sexuellement transmissibles insuffisamment détectées, la stérilité ne parvient pas, pour autant, à constituer un véritable problème de santé publique (Gilbert &Henry 2009). Dans ce contexte, nombre de femmes et d’hommes des classes moyennes n’hésitent pas à se déplacer vers d’autres pays d’A...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doris Bonnet, « Adopter un enfant dans le contexte de la Procréation médicalement assistée en Afrique subsaharienne », Cahiers d’études africaines [En ligne], 215 | 2014, mis en ligne le 02 octobre 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17834

Haut de page

Auteur

Doris Bonnet

Institut de recherche pour le développement (IRD), Centre Population & Développement, UMR 196 (Université Paris Descartes, INED, IRD).

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page