Navigation – Plan du site
Études et essais

Death and Attitudes to Death at the Time of Early European Expeditions to Africa (15th Century)

La mort et les attitudes face à la mort pendant les expéditions européennes en Afrique au XVe siècle
Michal Tymowski
p. 787-811

Résumés

Le présent article a pour objectif de décrire et d’analyser les causes de la mort des personnes appartenant aux deux parties du contact euro-africain, leurs attitudes et leurs réactions envers la mort, ainsi que les conséquences de la mort pour ceux qui sont restés en vie. Le caractère unilatéral des documents-source pose problème. Premièrement, les sources dont nous disposons (chroniques, récits de voyages, rares documents et dossiers judiciaires) sont exclusivement européennes. Deuxièmement, l’attitude face à la mort était différente dans les milieux chevaleresques et dans ceux des commerçants. Les documents témoignent à leur tour des conséquences juridiques de la mort des Portugais en Afrique. Ces derniers considéraient de manière différente la mort des personnes de haut rang et celle des personnes en bas de l’échelle sociale. Et surtout, ils faisaient la différence entre la mort de leurs hommes et celle des Africains. Cette dernière était, dans les récits portugais, anonyme et collective.
Dans la première phase d’expéditions en Afrique, la mort était souvent violente. Les Portugais n’avaient pas le temps de préparer le mourant au décès, de s’adonner à la contemplation ou aux gestes prévus par la coutume et la culture. Ils ne pouvaient pas réaliser ars moriendi du Moyen-Âge tardif. Contrairement aux Africains qui, eux, pouvaient organiser des cérémonies funéraires coutumières. S’il s’agissait de la mort des esclaves transportés à bord de caravelles au Portugal, elle était particulièrement solitaire et tragique.

Haut de page

Notes de l'auteur

This article was financed from a grant by the Ministry of Science and Higher Education (Poland), 2009-2013.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Portuguese expeditions to Africa in the 15th century were preceded by thoughts of death, imaginings of death and fear of death. The danger and deadly risk of these expeditions were weighed before they began. As Gomes Eanes de Zurara wrote of sailors contemplating the circumnavigation of Cape No in the vicinity of Bojador, “since the hazarding of this attempt seemed to threaten the last evil of all, there was great doubt as to who would be the first to risk his life in such venture”. They also wondered “what profit can result to the Infant from the perdition of our souls as well as of our bodies? [...]”. Sailors were convinced that venturing beyond that cape and sailing along an empty, uninhabited and unfriendly land would be suicidal, both because of the climate and because of the impossibility of returning to Portugal (de Zurara 1899 vol. 1: 31, 1960: 69, 1981: 67-68).

The barrier was overcome, however. The Portuguese circumnavigated the dangerous cape and learned how to sail back. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michal Tymowski, « Death and Attitudes to Death at the Time of Early European Expeditions to Africa (15th Century) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 215 | 2014, mis en ligne le 02 octobre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17843

Haut de page

Auteur

Michal Tymowski

Institute of History, University of Warsaw, Poland.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page