Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

S’approprier l’altérité

Musique afro-caribéenne dans l’État de Quintana Roo, Mexique
Appropriating Otherness. Afro-Caribbean Music in the State of Quintana Roo, Mexico
Élisabeth Cunin
p. 889-917

Résumés

Hierba Santa, Chan Santa Roots, Korto Circuito, Roots and Wisdom, Escuadrón 16 : ce sont quelques-uns des nombreux groupes de musique afro-caribéenne de l’État du Quintana Roo, au sud-est du Mexique, à la frontière avec le Belize. Alors que la région est traditionnellement associée à une culture maya dominante ou au premier métissage au Mexique, j’étudierai l’apparition et la disparition de la musique afrocaribéenne, tout au long du xxe siècle, afin de mieux comprendre, dans une perspective décalée, les mécanismes socio-historiques d’inclusion, transformation et élimination de la différence. En m’intéressant à la scène musicale locale (musiciens, public, organisation, etc.), j’analyserai la signification d’une « musique noire sans Noirs » et ses conséquences sur la définition du métissage mexicain.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Généalogie de la musique afro-caribéenne dans le sud du Quintana Roo
Du brukdown et sambay des camps forestiers à la danse des chicleros
Du Territoire à l’État : renaissance et disparition
Le développement d’une scène musicale afro-caribéenne au xxie siècle
Intermédiaires et agents de légitimation : radio, université et politique
Le Festival international de culture de la Caraïbe
La Riviera Maya, haut lieu du tourisme international
Chetumal : enracinement et déracinement, mémoire et oubli
« A Chetumal, nous ne sommes pas rasta mais on aime le reggae » (Alvrix)
Musique afro-caribéenne et « identité de Chetumal »
Felipe Carrillo Puerto et l’invention du reggae maya
Reggae maya et maya caraïbe
L’Afrique entre valorisation, instrumentalisation et légitimation

Aperçu du texte

Le Mexique se définit comme une société mestiza (métisse), résultat de la fusion entre Indiens et Espagnols, au point de poser une équivalence entre « Mexicain » et « mestizo ». Certains auteurs ont ainsi parlé de « mestizofilia » (mestizophilie) pour décrire l’idéologie nationale mexicaine (Basave Benítez 2002) et de confusion entre identité nationale et identité raciale, notamment dans le projet politique et intellectuel postérieur à la révolution de 1910 (Knight 1990). Néanmoins, cette représentation du métissage est remise en cause en raison de son caractère homogénéisant et excluant. À partir des années 1970, des intellectuels comme Guillermo Bonfil Batalla ou Hector Díaz-Polanco dénoncent l’ethnocentrisme des politiques du métissage et réclament plus d’autonomie (culturelle, politique) pour les populations indigènes ; l’émergence du mouvement zapatiste, en 1994, vient rappeler la marginalisation et les discriminations dont souffrent les indigènes. Par ailleurs, le programme « ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Cunin, « S’approprier l’altérité », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17878

Haut de page

Auteur

Élisabeth Cunin

Institut de recherche pour le développement (IRD), Unité de recherches « Migrations et société » (URMIS), Université Nice Sophia Antipolis, Nice ; Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social (CIESAS), Mérida ; Universidad de Quintana Roo, Chetumal.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page