Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

“Pick Your Afro Daddy”

Neo Soul and the Making of Diasporan Identities
“Choisis ton afro P’pa”. La néo-soul et la fabrique des identités diasporiques
Sarah Fila-Bakabadio
p. 919-944

Résumés

Au début des années 1990, est apparue la néo-soul, définie comme un style/genre « postsoul » dont les principaux artistes (Erykah Badu, Amel Larrieux, D’Angelo ou Jill Scott) rappelaient les slows langoureux de Marvin Gaye autant que le funk de Stevie Wonder. Alors que dans les années 1970, la soul servait à affirmer l’identité noire et à maximiser la différence ethnique (Gilroy 2000 : 252) dans le tumulte social et politique des États-Unis, la néo-soul incarne aujourd’hui l’effort des Africains-Américains de se connecter à un espace plus grand : un monde afro-descendant communément appelé la diaspora africaine. Cet article explore comment les sons, les rythmes et les paroles de la néo-soul reflètent une esthétique globale « afro » qui souligne une appartenance diasporique plus qu’une identité noire et africaine-américaine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

From the Black Power Mixtape to Post-Soul
Neo Soul : Styles and Status
A Geography of Sounds
Connecting
Soundscape
Outro : Post Soul Aesthetic and the Diaspora

Aperçu du texte

The expression “Black music” usually refers to the African American popular music. Each genre appears as the symbol of a time period in the African American history : jazz recalls the 1920s roaring Harlem while rhythm and blues illustrates the 1950s and funk calls in post-nationalist black America. This somehow traditional and simplistic chronology of sound, completed by new publications, regularly ends with the apex of hip-hop by the late 1980s. Past this moment, black musical styles seem to have frozen, apparently not opening up to new genres. Discussions however heightened in the following decade as neo soul emerged, driving sounds from Curtis Mayfield’s romantic ballads, George Nelson’s psychedelic funk while borrowing to Ella Fitzgerald’s skat. Neo soul’s identity was debated (Neal 1998 ; Rabaka 2011), as it did not represent a recognizable musical pattern. I here contend that, while neo soul has been criticized as a non-existent genre, drawing on various identified musical for...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Fila-Bakabadio, « “Pick Your Afro Daddy” », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17888

Haut de page

Auteur

Sarah Fila-Bakabadio

Center of Compared Civilizations and Cultural Identities (CICC), University of Cergy-Pontoise.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page