Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

« Gaboma », « Kainfri » et « Afropéen »

Circulation, création et transformation des catégories identitaires dans le hip-hop gabonais
“Gaboma”, “Kainfri” and “Afropean”. Circulation, Creation and Transformation of Identity Categories in Gabonese Hip-Hop
Alice Aterianus-Owanga
p. 945-974

Résumés

Le Gabon est devenu depuis le début des années 1990 l’une des plate-formes de la création rap sur le continent africain ; ce genre musical y a donné lieu à diverses créations culturelles et revendications idéologiques, dans la continuité d’une plus longue histoire d’emprunts et d’appropriations musicales dans les villes africaines. Cet article examine les processus de création de catégories identitaires et d’agentivité s’associant à cette réception gabonaise du rap, en analysant la formation de trois catégories identitaires dans son creuset : celles de « gaboma », de « kainfri » et d’« afropéen ». Il démontre qu’elles reposent chacune sur des agencements particuliers de relation à des territoires, des histoires et des imaginaires raciaux germés dans la triangulation Europe-Afrique-Amériques, et il analyse comment leur interrelation et leur plasticité permettent aux sujets qui s’en emparent de circuler de l’une à l’autre au gré de leurs expériences et de leurs mobilités, en articulant leurs positionnements entre les échelles ethniques, nationales et transnationales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les antécédents du hip-hop : musiques noires et identifications transatlantiques à Libreville depuis 1950
Le rap à Libreville : ambiguïtés et tensions autour de l’adoption d’une musique « noire » venue de « chez les Blancs »
« Gaboma » : agents et enjeux de formation d’une catégorie identitaire nationale
Le rap « kainfri » : entre panafricanismes et marchandisation de l’africanité
Ferments et formats des réinventions panafricanistes
L’africanité stratégique des réseaux du rap africain
« The best of both sides » : Gabonais de la diaspora, Afropéens et « double conscience »

Aperçu du texte

Le rappeur gabonais Ba’Ponga tenait ces propos le 23 mai 2012, à l’Agence nationale de promotion des arts et de la culture (anpac) de Libreville, à l’occasion d’une conférence sur le thème « l’identité culturelle du rap gabonais ». Fer de lance du mouvement hip-hop gabonais, acteur et spectateur de ses premières heures en 1990, Ba’Ponga regrettait la perte critique d’identifiants du rap « gaboma », fondu désormais dans le moule des modèles proposés par les États-Unis. Il concluait alors sur l’impérieuse nécessité d’opérer une symbiose entre les différentes « identités culturelles » auxquelles les jeunes Gabonais se rattachent (la « culture bantu » et la « culture occidentale »), et il appelait les artistes hip-hop à réarticuler leur « identité gaboma » autour d’éléments de tradition et de valeurs positives.

Comme en témoigne cette intervention d’une icône du rap gabonais, ce genre musical diffusé depuis le district new-yorkais du Bronx jusqu’aux quartiers des villes mondialisées a ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Aterianus-Owanga, « « Gaboma », « Kainfri » et « Afropéen » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17897

Haut de page

Auteur

Alice Aterianus-Owanga

Centre de recherches et d’études anthropologiques (CREA), Université Lyon 2, Lyon, Labex CAP, IIAC-LAHIC-Musée du Quai Branly.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page