Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

« Masonic Inborn »

Jazz, sociétés initiatiques et afrocentrisme
“Masonic Inborn” : Jazz, Initiation Societies and Afrocentrism
Raphaël Imbert
p. 999-1026

Résumés

Le saxophoniste Albert Ayler enregistre en 1969 « Masonic Inborn », une longue et intense improvisation à la cornemuse. C’est, à notre connaissance, le seul titre de l’histoire du jazz faisant ouvertement référence à la tradition maçonnique. Cette rareté ne doit pourtant pas occulter que le fait maçonnique demeure un sujet passionnant et méconnu de l’histoire du jazz. De très nombreux jazzmen d’avant-guerre ont appartenu activement à la maçonnerie noire américaine, dite de « Prince Hall », sans pour autant l’afficher dans leurs œuvres artistiques. Après la Seconde Guerre mondiale, la maçonnerie est délaissée par les musiciens au profit de mouvements jugés plus actifs politiquement. Paradoxalement, l’utilisation de symboles maçonniques — au même titre que toute une mythologie égyptienne, afrocentrique, orientale, contre-culturelle — s’affiche beaucoup plus ouvertement sur les pochettes de disques, affiches, tracts de cette époque. En étudiant des personnalités telles que Duke Ellington, Sun Ra, Cab Calloway, Ayler mais aussi Martin Delany, Lewis Hayden, Prince Hall, nous découvrirons comment les sociétés initiatiques afro-américaines, dont la francmaçonnerie, ont finalement porté la gestation d’une symbolique afrocentrique primordiale. Fait essentiel, constitutif mais méconnu de l’Atlantique noir, cette symbolique s’affichera, par un phénomène d’extériorisation inédit, sur les scènes musicales américaines avant de devenir le paradigme intellectuel et politique que l’on sait.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

« Music Is a Healing Force of the Universe » : le son de la lutte
Le Jazz et le fait maçonnique
« The Song of Underground Railroad ». Les racines d’une nouvelle conscience noire
Africa Brass, Coltrane et l’Afrique
« Egyptian Fantasy » : jazz et afrocentrisme
« Great Black Music : Ancient to The Future »
Mumbo Jumbo : conséquences esthétiques d’une mythologie ancestrale et contemporaine

Aperçu du texte

« Music Is a Healing Force of the Universe » : le son de la lutte

Nous sommes en 1969 à New York, pour un enregistrement qui est tout autant historique qu’unique en son genre. C’est l’une des dernières manifestations discographiques de l’immense Albert Ayler, artiste saxophoniste aussi influent que maudit. Il succombera mystérieusement quelque temps après, retrouvé noyé dans l’Hudson River après un mois de disparition. Son statut d’artiste maudit n’en sera que renforcé.

Mais pour l’heure, accompagné de son épouse et chanteuse Marie Maria Parks, qui cosigne les compositions, Albert Ayler est présent dans ce studio pour démontrer que la « musique est la force salvatrice de l’univers ». Pour un des moments les plus intenses et étranges de l’histoire du jazz, il empoigne une cornemuse et entame une longue improvisation free d’une douzaine de minutes, avec ses compagnons musiciens, parmi lesquels un Bobby Few en grande forme. Ce morceau de bravoure pour le moins singulier — la cornemuse n’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Imbert, « « Masonic Inborn » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17909

Haut de page

Auteur

Raphaël Imbert

Musicien, chercheur affilié au LAHIC, Charenton-le-Pont.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page