Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

Urban Bachata and Dominican Racial Identity in New York

Bachata urbaine et identité raciale dominicaine à New York
Deborah Pacini Hernandez
p. 1027-1054

Résumés

La bachata est un style musical centré sur la guitare, caractérisé par ses paroles romantiques et ses chants aux fortes tonalités émotionnelles, qui s’est créé en République dominicaine dans les années 1970. Alors que les fans et les musiciens de bachata étaient initialement de descendance africaine, en raison de l’histoire de répudiation de l’origine africaine de la République dominicaine, la bachata fut considérée comme la musique des classes pauvres plutôt que comme une forme de musique noire. L’identification sociale de la bachata commença à se modifier dans les années 1980 et 1990, quand elle fut transplantée par les migrants dominicains dans la ville de New York où elle s’est débarrassée de son identité de classe pour devenir un puissant symbole sonore de la patrie dominicaine. Dans le même temps, les jeunes Dominicains de New York ont embrassé les musiques hip-hop et R&B qui dominaient le paysage musical urbain, et lorsqu’ils ont commencé à développer leur propre bachata, celle-ci a été influencée de manière notoire par les esthétiques R&B et hip-hop. Ce nouveau style a été distingué de ses antécédents sur l’île par le terme « urban bachata ».
Cet article aborde la manière dont les esthétiques R&B et hip-hop de la bachata révèlent — ou éludent — des affinités raciales et/ou culturelles entre les Dominicains de New York et les Afro-Américains. Il interroge également l’influence qu’a exercé le désaveu de la question raciale dans l’histoire dominicaine sur le développement d’une plus large identité diasporique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Dominican Racial Identity in New York
Bachata : Roots and Routes
“Urban” Music : Origins and Implications
Urban Bachata and Dominican Identity in the New Millennium
Demographics, Race, Language and Identity

Aperçu du texte

Picture this : a music video opens with images of two stylishly dressed young dark-skinned men talking to each other by cell phone ; one of them is on a Manhattan rooftop, the other standing in the dark next to a chain link fence. They address each other as “homey”, “bro” and “playboy”, in language and speech patterns most viewers would instantly recognize as those associated with urban African Americans. It is clear the two men have many commonalities and are friends, as they confess their emotional vulnerability to the intense passion they feel for the women they are courting. It is not until 45 seconds into the video, when the music begins, that a crucial distinction between the two becomes apparent : one of them sings in Spanish, the other in English ; the former is a Dominican Latino, the other, African American. The style they are singing in is bachata.

The two singers are stars in their respective musical worlds : Anthony “Romeo” Santos, who began his career with the wildly po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deborah Pacini Hernandez, « Urban Bachata and Dominican Racial Identity in New York », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17927

Haut de page

Auteur

Deborah Pacini Hernandez

Department of Anthropology, Tufts University, Somerville & Medford (Massachusetts), United States.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page