Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

L’Hymne éthiopien universel (1918)

Un héritage national et musical, de l’Atlantique noir à l’Éthiopie contemporaine
The Universal Ethiopian Anthem (1918). A National and Musical Heritage, from the Black Atlantic to Contemporary Ethiopia
Giulia Bonacci
p. 1055-1082

Résumés

L’Hymne éthiopien universel a été composé en 1918, et deux ans plus tard il devenait « l’hymne de la race nègre », représenté par l’UNIA de Marcus Garvey. Il était par la suite chanté par les membres de la Fédération mondiale éthiopienne (EWF) et par les rastafaris. Cet article contextualise les versions successives de l’Hymne éthiopien universel, et analyse le rôle social de ceux qui les produisent, ainsi que les significations qui lui sont attachées. La diversité des pratiques musicales à l’œuvre dans les interprétations de l’Hymne ne peut dissimuler les continuités fortes qu’elles illustrent. Ainsi, ces versions représentent un héritage simultanément musical et national, circulant entre l’Atlantique noir et l’Éthiopie contemporaine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’hymne de l’Universal Negro Improvement Association
L’Hymne de l’Ethiopian World Federation
L’Hymne des rastafaris
Enregistrer l’Hymne
Ritualiser l’Hymne
L’héritage de Abiyi Ford

Aperçu du texte

La circulation des cultures est un des éléments participant de la fabrique de l’Atlantique noir, et Paul Gilroy (1993 : 31) soulignait que les « bateaux étaient le plus important moyen de communication panafricaine avant l’apparition du disque longue durée ». Formule imagée s’il en est, elle illustre combien les circulations multiples du chronotope cher à cet auteur — le bateau — se seraient vu remplacées par les circulations du disque vinyle, lui-même marqueur spatial et temporel de la relation complexe invitant artistes, musiciens, producteurs, audiences et publics à retracer sans cesse les contours changeants des musiques et cultures de l’Atlantique noir. Suivant l’invitation de LeRoi Jones (1963 : x) et de Paul Gilroy (1991 : 126) à approcher la musique comme un « même changeant » afin d’appréhender la reproduction des traditions musicales à travers les ruptures et les interruptions qui suggèrent que l’invocation de la tradition est une réponse à la fois distincte et dissimulée ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giulia Bonacci, « L’Hymne éthiopien universel (1918) », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17938

Haut de page

Auteur

Giulia Bonacci

Institut de recherche pour le développement (IRD), Unité de recherche « Migrations et société », Université Nice Sophia Antipolis, Nice.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page