Navigation – Plan du site
Musiques dans l’« Atlantique noir »

« Through the Cleansing Medium of Sound »

Black Arts, musique, danse et nationalisme culturel aux États-Unis
“Through the Cleansing Medium of Sound”. Black Art, Music, Dance and Cultural Nationalism in the United States
Pauline Guedj
p. 1083-1113

Résumés

À travers l’analyse de deux mouvements politiques issus du nationalisme culturel afro-américain, l’US et le mouvement akan, cet article étudie les relations entre pratiques du politique, réafricanisation, rituels, et pratiques musicales et dansées aux États-Unis. En s’ancrant dans des données d’archives et ethnographiques, il démontre comment les relations contrastées de ces deux mouvements à la musique et à la danse rendent compte de rapports particuliers à l’Afrique et à l’ancestralité africaine des fidèles. Si d’un côté, les membres de la US ont fait de l’art une approche complémentaire venant s’associer à une démarche proprement intellectuelle destinée à « réafricaniser » les Afro-Américains des États-Unis, le mouvement akan, un mouvement composé essentiellement de danseurs et de musiciens, a fait de la religion et de la spiritualité le cœur d’une identité africaine recouvrée et reconstruite sur le territoire américain. Ainsi, en cherchant à importer une religion africaine sur le territoire des États-Unis, ces derniers ont accordé à la spiritualité une dimension essentielle de leur terre-mère imaginée élaborant des dynamiques transnationales mobilisant religion, musique, danse et politique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

US, Maulana Karenga et la Kawaida Theory
Maulana Karenga et l’art noir
Des musiciens et des danseurs
Le mouvement akan, la part africaine des Amériques
Africanité, danse, musique et possession
Musique religieuse et musique sociale

Aperçu du texte

À partir de la seconde moitié des années 1960, le nationalisme noir américain entre dans une nouvelle phase de son histoire. Déçu par la permanence des inégalités aux États-Unis malgré les espoirs produits par l’élan antiségrégationiste des droits civiques, le mouvement va progressivement se détourner du simple combat national pour s’inclure dans une perspective internationaliste et panafricaine. Au même moment, les indépendances africaines, celle du Ghana en 1957 et de dix-sept pays africains en 1960, année que l’Organisation des Nations Unies qualifiera d’« année de l’Afrique » (Meriwether 2002), ainsi que le non-alignement de plusieurs peuples du Sud dans le contexte de la Guerre froide marqueront profondément les militants afro-américains. Dans ce contexte, les populations africaines deviennent rapidement des modèles à imiter dans la lutte contre l’oppression et les discriminations raciales, et l’Afrique revient au cœur des représentations et des revendications identitaires du n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Guedj, « « Through the Cleansing Medium of Sound » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/17945

Haut de page

Auteur

Pauline Guedj

Centre de recherches et d’études anthropologiques (CREA), Université Lyon 2 ; Center for International Research in the Humanities and Social Sciences, New York University, New York.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page