Navigation – Plan du site
Études et essais

Njoya’s Alphabet

The Sultan of Bamum and French Colonial Reactions to the A ka u ku Script
L’Alphabet de Njoya. Le sultan des Bamoun et les réactions coloniales françaises à l’écriture A ka u ku
Kenneth J. Orosz
p. 45-66

Résumés

Peu avant le tournant du siècle, le sultan Njoya des Bamoun a développé une écriture indépendante pour enregistrer l’histoire de son peuple et fournir un moyen de communication sécurisé pour les affaires royales. La version finale de son écriture, nommée A ka u ku, a été saluée par les autorités coloniales allemandes comme un symbole de l’intelligence et du caractère progressiste de Njoya. Les Français ont d’abord eu une approche positive de Njoya quand ils ont remplacé les Allemands comme nouveaux maîtres coloniaux du Cameroun après la Première Guerre mondiale. Cependant, dans les années 1920, leur respect pour Njoya s’est transformé en antipathie croissante qui a finalement conduit à l’arrestation et à l’exil du sultan à Yaoundé. Comme l’utilisation d’A ka u ku a diminué durant la même période, les chercheurs ont fait valoir à tort pendant des décennies qu’elle avait été interdite par les autorités locales françaises dans le cadre de leur campagne visant à affaiblir Njoya et à limiter son pouvoir. En réalité, l’écriture de Njoya a été simplement victime de la politique de l’Entre-deux-guerres et des avantages matériels évidents accordés aux Bamoun qui ont acquis l’alphabétisation en français.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Origins and Creation Njoya’s Alphabet
Bamum and Njoya under Colonial Rule
The Fate of Njoya’s Alphabet

Aperçu du texte

According to tradition, in the mid-1890s Sultan Ibrahima Njoya of the Bamum people in northwestern Cameroon had a dream in which he was ordered to draw a picture of a hand on a slate, wash it, and then drink the water (Debarge 1928-1931: 244; Labouret 1935: 127). Inspired by his dream, on awakening he convened his advisors and ordered them to spend the next month drawing symbols for objects they encountered on a daily basis. The resulting pictographs were then compiled and turned into the earliest written form of the Bamum language which the sultan soon began using to record the history of his people and communicate with palace officials. Njoya spent the next two decades refining his script and teaching it to the Bamum, eventually spreading literacy to over 1,000 of his subjects by 1916. Despite this promising start, usage of Njoya’s alphabet plummeted during the interwar years as Cameroon shifted from German to French control, eventually leading to its near extinction in the mid-19...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kenneth J. Orosz, « Njoya’s Alphabet », Cahiers d’études africaines [En ligne], 217 | 2015, mis en ligne le 31 mars 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18002

Haut de page

Auteur

Kenneth J. Orosz

Department of History and Social Studies Education, Buffalo State College, Buffalo, New York, USA.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page