Navigation – Plan du site
Études et essais

Transactions and Informality

Financial Needs and Relationships in Colonial Dakar, 1914-1944
Transactions et informalité : besoins financiers et relations à Dakar, 1914-1944
Rachel M. Petrocelli
p. 255-278

Résumés

Cet article analyse les stratégies quotidiennes dans lesquelles les Dakarois ont eu à s’engager alors qu’ils négociaient leur part de l’espace économique de la capitale coloniale des années 1910 aux années 1940. Les documents de procès civil donnent un aperçu unique des types de défis auxquels étaient confrontés les citadins et des solutions qu’ils ont imaginées pour assurer entre eux des transactions dans le contexte de politiques officielles cherchant plutôt à maintenir les ressources au strict minimum pour la majeure partie de la population. L’analyse de ces procès et d’autres sources documentaires révèle que les plus importantes ressources des Dakarois étaient les Dakarois eux-mêmes : les voisins, les membres de la famille, les personnes de même origine ont fourni des possibilités concrètes de crédit. Ces stratégies financières permettaient aux populations de ne pas passer par l’intermédiaire des structures coloniales. Cet article soutient dès lors que ces types de transactions devenus importants dans le cadre urbain de Dakar de la première moitié du XXe siècle contenaient déjà les germes de l’économie informelle qui est plus tard devenue intimement associée aux villes africaines.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Tribunal de première instance: Sources of Transactional Disputes
Race and Resources: State Logic in Colonial Dakar
Networks of Personal Possessions
Credit Without Collateral
War and the Illicit Informal

Aperçu du texte

On July 11, 1923, an agent at a local police station in Dakar, capital of France’s vast French West Africa (fwa) colonial federation, received two men who sought to file a complaint against another man for breach of faith.  B. Gueye and D. Mbengue told authorities they had given 325 francs to M. Badiagne to purchase millet but asserted he had failed to do so.  They sought to recuperate the funds.  To investigate the charges, police brought Mr. Badiagne in to be interrogated.  He told them he indeed took the money to effectuate the task but then lost it.  He had been keeping the money on his person but then fell victim to a pickpocket, he claimed.  In an effort to replace the lost sum, Badiagne said could draw funds he was keeping with a shopkeeper downtown named Moustapha.  The matter would remain open until authorities recorded confirmation that Badiagne had refunded the 325 francs.  No follow-up occurred on the part of either the plaintiffs or the defendants, and the case was clas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel M. Petrocelli, « Transactions and Informality », Cahiers d’études africaines [En ligne], 218 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18105

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page