Navigation – Plan du site
Études et essais

Mémoire refoulée, manipulée, instrumentalisée

Enjeux de la transmission de la mémoire servile dans les Monts Mandara du Cameroun
Repressed, Manipulated and Instrumentalized Memory. Issues of Transmission of Slave Memory in the Mandara Mountains of Cameroon
Chetima Melchisedek
p. 303-330

Résumés

Cet article s’intéresse au travail de mémoire, notamment en ce qui a trait à la capacité des peuples des Monts Mandara de trier et de mettre sous silence certains aspects de leur passé servile, qui pourtant resurgissent lorsque change le contexte de leur mise en silence. Je m’intéresse particulièrement aux stratégies de refoulement de la mémoire servile à travers les mythes d’origine et aux modalités de son apprivoisement par le biais des chants historiques. Je montre aussi comment, dans les années 1960, les montagnards parviennent à prendre une certaine distance par rapport au discours mémoriel « officiel » qui s’évertuait à les définir comme des refoulés et des victimes de l’esclavage, et comment ils lui ont substitué une autre mémoire centrée cette fois autour du mythe de la résistance. Les années 1990 constitueront un autre point tournant dans le discours mémoriel dans la mesure où, dans un contexte de démocratisation, les populations à travers leurs élites, font émerger le passé servile dans le jeu politique national en prenant publiquement une posture victimaire. Ces trois moments mémoriels (refoulement, requalification et instrumentalisation) constituent le socle de cet article et permettent de démontrer à quel point l’écoulement du temps de la mémoire, à l’opposé du temps de l’histoire, est par nature anachronique. La raison en est que le travail de mémoire est un travail continu de ré-interprétation des éléments du passé, s’effectuant toujours en lien avec le contexte temporel, lequel détermine lui-même la transmission ou le refoulement de tel ou tel aspect.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Hégémonie des royaumes du bassin tchadien et peuplement des Monts Mandara
L’ère de l’esclavage : une implication pour le peuplement des Monts Mandara
De la capture à la commercialisation des esclaves
La mémoire servile dans les traditions orales : entre occultation et transmission symbolique
Traditions historiques et refoulement de la mémoire servile
Mémoire servile à travers les chants : du refoulement à la construction d’une mémoire alternative
Mémoire servile à l’orée de l’indépendance et de la démocratisation : de la requalification à la récupération
Éléments orographiques, constructions vernaculaires et transmission du mythe de la résistance
Démocratisation et inscription de l’idéologie victimaire dans l’espace public

Aperçu du texte

Les Monts Mandara constituent une région essentiellement montagneuse qui s’étend, sur un axe nord-sud, le long de la frontière avec le Nigeria entre le bourg de Mora et la Bénoué. Cette appellation provient de la présence d’un peuple musulman qui occupe les plaines situées en contrebas des massifs et qui forment le royaume du Wandala (Seignobos 1982 : 22 ; Vincent 1991 : 31). Les populations vivant dans les Monts Mandara sont généralement désignées par le vocable « kirdi », une expression d’origine baguirmienne et traduite par B. Juillerat (1971) et J.-G. Gauthier (1981) comme « infidèle » ou « non musulman ». C. Seignobos (1982) qui s’est aussi penché sur la signification historique du mot lui trouve une origine arabe qui viendrait de quird (singe). Si les auteurs ne s’accordent pas sur l’origine du vocable, ils sont néanmoins en accord avec son sens. D. Denham et H. Clapperton (1985 : 145), qui furent les premiers à l’utiliser en 1826, le traduisent comme des « nègres qui n’ont ja...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chetima Melchisedek, « Mémoire refoulée, manipulée, instrumentalisée », Cahiers d’études africaines [En ligne], 218 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18119

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page