Navigation – Plan du site
Études et essais

Importations de marchandises chinoises et mobilité sous-régionale en Afrique de l’Ouest

Import of Chinese Commodities and Sub-Regional Mobility in West Africa
Laurence Marfaing
p. 359-380

Résumés

Une grande partie des marchandises chinoises qui pénètrent en Afrique de l’Ouest, par les ports de Dakar, Banjul ou Nouakchott, importées tant par les commerçants chinois qu’africains, sont vendues dans les marchés urbains et circulent dans l’espace sous-régional. La circulation de ces marchandises dans cet espace est uniquement le fait de commerçants, vendeurs et revendeurs africains. Le faible prix de ces produits et la flexibilité des Chinois pour vendre à toutes sortes d’acheteurs des quantités variées facilitent les transactions, offrent de nouvelles possibilités d’entrer dans l’activité commerciale à nombre de jeunes Africains devenus ainsi commerçants locaux, frontaliers ou transnationaux dans un espace où les possibilités d’émigrer deviennent de plus en plus rares et favorisent ainsi une recrudescence de la mobilité sous-régionale. Cette mobilité, tant géographique que sociale, est le résultat d’une adaptation constante. Elle montre la capacité des jeunes à développer des comportements novateurs dans des contextes d’adversité environnementale, économique ou politique ou à capter des opportunités déclenchées par l’installation de nouveaux acteurs dans l’espace social.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Situation au Sénégal et adaptation
Vendeurs/commerçants dans la sous-région
Profil des vendeurs, commerçants et revendeurs de la sous-région
Investissements dans les affaires et organisation du marché
Quelles marchandises pour quels commerçants à quel endroit
Comportements novateurs et adaptation

Aperçu du texte

Une grande partie des marchandises chinoises qui pénètrent en Afrique de l’Ouest, par les ports de Dakar, Banjul ou Nouakchott, sont vendues dans les marchés urbains et circulent dans l’espace sous-régional. Ces marchandises sont importées tant par les commerçants chinois, notamment ceux qui sont installés au quartier du Centenaire à Dakar (Bertoncello & Bredeloup 2006 ; Dittgen 2010b ; Marfaing & Thiel 2011), que par des commerçants africains (Marfaing & Thiel 2011, à paraître). Leur revente est uniquement le fait de commerçants, vendeurs et revendeurs africains. Depuis 2000, ces importations sont en augmentation constante. Ainsi tant la présence chinoise que ces importations de marchandises chinoises ont-elles un impact direct, non seulement sur les activités des petits commerçants sénégalais mais aussi sur les normes d’entrée dans le commerce, au Sénégal comme dans la sous-région (Marfaing & Thiel 2013) ou encore sur les habitudes de consommation.

L’importance des importations chi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Marfaing, « Importations de marchandises chinoises et mobilité sous-régionale en Afrique de l’Ouest », Cahiers d’études africaines [En ligne], 218 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18136

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page