Navigation – Plan du site
Études et essais

L’islam burkinabé sous la IVe République

Burkinabe Islam under the 4th Republic
Adrienne Vanvyve
p. 489-508

Résumés

Depuis la période précoloniale, les conditions socio-historiques ont engendré la subordination politique et la marginalisation sociale de l’islam. À l’arrivée de Blaise Compaoré au pouvoir est instaurée une politique d’inclusion des acteurs jadis marginalisés, parmi lesquels ceux du milieu islamique. Malgré cette politique de récupération dans un contexte de renouveau religieux, l’islam ne parvient que partiellement à s’émanciper comme le montre l’analyse du statut des autorités religieuses et des opérateurs économiques musulmans dans le régime semi-autoritaire de la IVe République.

Haut de page

Notes de l'auteur

À Mathieu Hilgers.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un processus de marginalisation de l’islam
Le statut subalterne de l’islam sous la période précoloniale
Un islam dominé politiquement et marginalisé socialement sous l’administration française
Une quête d’unification face à la marginalisation
L’islam sous Blaise Compaoré
Un contexte politique semi-autoritaire
Le rôle des autorités religieuses face aux dynamiques de contestation
Le poids des opérateurs économiques
Toujours à la poursuite d’une unification

Aperçu du texte

Dans la région sahélo-saoudienne, le Burkina Faso est une exception lorsqu’il est question de processus d’islamisation. À l’opposé des pays qui l’entourent dans lesquels ont émergé des États musulmans, ce pays a très longtemps été perçu comme un bastion de la « religion traditionnelle » et du catholicisme. Depuis la période précoloniale, des conditions socio-historiques ont en effet cantonné l’islam principalement à la sphère économique. Ainsi, à la veille de la prise du pouvoir par Blaise Compaoré, cette religion est encore fortement marginalisée socialement et subordonnée politiquement, malgré une certaine émancipation. La ive République entend cependant briser la logique d’exclusion des régimes précédents, en renouant avec les acteurs jadis marginalisés. Poursuivant ainsi une « politique de récupération » du religieux, Blaise Compaoré tend surtout à légitimer son régime : il s’assure du soutien des autorités musulmanes et des opérateurs économiques dans les domaines socio-politiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrienne Vanvyve, « L’islam burkinabé sous la IVe République », Cahiers d’études africaines [En ligne], 219 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18201

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page