Navigation – Plan du site
Études et essais

Le « fléau des motos-taxis »

Comment se fabrique un problème public au Cameroun
The “Courge of Motorbike Taxis”.  How to Manufacture a Public Problem in Cameroon. 
Joseph Keutcheu
p. 509-534

Résumés

L’article se propose de comprendre une question devenue cruciale dans le développement urbain en Afrique subsaharienne en général et au Cameroun en particulier. Sur la base d’une enquête qualitative menée dans des villes camerounaises, l’étude met en lumière le « problème » des motos-taxis comme une construction sociale consécutive à l’affrontement entre plusieurs référentiels du développement urbain. La réflexion rend ainsi compte des rapports de force discursifs entre acteurs impliqués dans la définition du phénomène de motos-taxis en problème public. In fine, on remarque que les milieux spécifiques de problématisation contraignent l’action publique subséquente, transformant ainsi l’espace des possibles de ladite action.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le phénomène de motos-taxis : comment une situation « ordinaire » de sécurité routière devient un problème public au Cameroun
Entre les « maux » et leur mise en mots, la trajectoire de problématisation d’une activité « nécessaire »
Foisonnement de « propriétaires » du problème et concurrences dans le processus de définition de la « situation à problème »
Les résonances différentielles du problème public des motos-taxis au Cameroun
Du syndrome du sablier dans les villes : déconstruire le problème des motos-taxis, construire la tension sociale
La trajectoire plurielle de la question des motos-taxis ou la symphonie inachevée dans les petites localités

Aperçu du texte

Bend Skin au Cameroun, boda boda en Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda), zeminjan en Afrique de l’Ouest (Bénin et Togo), jakarta au Sénégal, okada au Nigeria, habal-habal aux Philippines, rickshaws dans d’autres États de l’Asie du Sud-Est (Inde, Thaïlande, Bangladesh, Sri Lanka), le phénomène de transport public par moto-taxi s’est profondément incrusté dans le développement des villes du Sud au point d’y être quasi incontournable (Godard 2002 ; Agossou Noukpo 2003). Comment le phénomène devient-il véritablement un problème public au Cameroun ? C’est-à-dire une condition perçue comme « appelant un débat public, voire l’intervention des autorités politiques légitimes », comme J. G. Padioleau (1982 : 25) le conçoit. Ce questionnement politologique est traversé par deux incommodités congénitales difficilement surmontables. D’abord, les motos-taxis semblent appartenir à la catégorie des objets peu « rentables » dans le processus cumulatif des savoirs en science politique. Tout se passe co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Keutcheu, « Le « fléau des motos-taxis » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 219 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18208

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page