Navigation – Plan du site

Changement institutionnel vs durabilité autoritaire

La trajectoire algérienne en perspective comparée
Mohammed Hachemaoui
p. 649-686

Résumés

Si l'étude des régimes autoritaires connaît depuis quelques années un regain d'intérêt considérable, l'examen du problème du changement institutionnel dans le cadre de la durabilité autoritaire demeure une énigme peu ou prou étudiée. Le présent article entend étudier ce problème dans le cas algérien. L'élection présidentielle d'avril 2014, qui aurait, selon l'interprétation dominante, imprimé la prééminence du raïs sur l'armée et les services de sécurité, constitue à ce titre un analyseur pertinent pour aborder ce puzzle. L'analyse, qui entend saisir les « effets combinés » des institutions et du processus, distingue entre « pouvoir despotique » et « pouvoir infrastructurel », « real politics » et « pseudopolitics ». Partant de ce socle théorique, l'article démontre, à l'inverse de la narration conventionnelle, que la longévité de Bouteflika permet : d'accréditer le récit du « tournant autocratique » du régime pour mieux simuler le simulacre du déclin de la police politique ; d'offrir un portefeuille de temps à l'État profond pour lui permettre d'achever la préparation de la « version 4.0 » du prétorianisme algérien ; de canaliser, en cas de montée de la contestation, le mécontentement populaire dans le rejet de la figure du raïs afin de mieux préserver les secteurs stratégiques du système que sont l'armée et l'État profond ; de vendre l'après-Bouteflika comme étant un « changement de régime ». Le parcours analytique déployé dans ce texte, en repérant la métamorphose souterraine de l'appareil de la police politique, permet d'élucider l'énigme du changement institutionnel dans le cadre de la durabilité autoritaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le puzzle
À l'ombre du raïs
L'État profond
Pseudopolitics
Néo-autoritarisme néolibéral

Aperçu du texte

« Ils n'en étaient pas moins épouvantés l'un comme l'autre par le soulèvement des animaux, et très soucieux d'empêcher leurs propres animaux d'en apprendre trop à ce sujet.
Tout d'abord, ils affectèrent de rire à l'idée de fermes gérées par les animaux eux-mêmes.
Ils firent courir le bruit qu'à la Ferme du Manoir (que pour rien au monde ils n'auraient appelé la Ferme des Animaux), les bêtes ne cessaient de s'entrebattre, et bientôt seraient acculés à la famine.
Mais du temps passa : et les animaux, à l'évidence, ne mouraient pas de faim.
Alors Frederick et Pilkington durent changer de refrain : cette exploitation n'était que scandales et atrocités. Les animaux se livraient au cannibalisme [...].
Voilà où cela mène, disaient Frederick et Pilkington, de se révolter contre les lois de la nature »(Orwell 2001 : 45-46).

« Si nous voulons que tout reste tel que c'est, il faut que tout change »(di Lampedusa 2007).

Les images, désormais célèbres, montrant le raïs Abdelaziz Bouteflika cloué sur une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammed Hachemaoui, « Changement institutionnel vs durabilité autoritaire », Cahiers d’études africaines [En ligne], 220 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18258

Haut de page

Auteur

Mohammed Hachemaoui

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page