Navigation – Plan du site

L'Église orthodoxe täwahedo d'Éthiopie et la révolution

Assurer sa survie par la réforme (1974-1991)
Stéphane Ancel
p. 687-710

Résumés

En septembre 1974, la déposition du roi des rois d'Éthiopie, Hailé Sélassié (1930-1974), par une junte militaire marxiste marqua le début de la révolution éthiopienne. Pilier historique de la monarchie éthiopienne, le patriarcat de l'Église orthodoxe täwahedo d'Éthiopie a pu toutefois trouver sa place dans les nouveaux horizons idéologiques proposés par cette junte militaire. Il a surtout pu imposer une incroyable réforme à l'ensemble de l'Église. L'objet de cet article est d'interroger la place et le rôle de cette réforme dans l'ensemble des mesures prises par le patriarcat éthiopien afin de survivre dans le contexte de la junte militaire. Nous verrons que cette analyse apporte des éléments primordiaux sur les relations entre l'Église et l'État durant la période de la junte militaire, et qu'elle permet de sortir des dichotomies manichéennes qui présentent l'Église täwahedo soit comme martyre de la répression militaire, soit comme créature du régime révolutionnaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une Église contestée et menacée
La révolution au sein de l'Église
Une administration ecclésiastique déjà en plein bouleversement
La soumission de l'Église au nouveau régime
Une nouvelle réforme des paroisses en 1978
Dépolitisation ou politisation de l'Église ?

Aperçu du texte

En septembre 1974, la déposition du roi des rois d'Éthiopie Hailé Sélassié (au pouvoir depuis 1930) par une junte militaire marxiste marqua le début de la révolution éthiopienne. Pilier historique de la monarchie éthiopienne, l'Église « orthodoxe täwahedo d'Éthiopie » semble n'avoir rien vu venir et les hautes autorités ecclésiastiques virent subitement leur destin s'obscurcir. Les arrestations et les campagnes de dénigrement mirent à mal le patriarcat, la tête de l'Église à Addis-Abeba. Et les nationalisations de biens ecclésiastiques privèrent l'ensemble du clergé des revenus qui lui revenaient de la terre. Une question se posa très vite : Comment l'Église allait-elle coexister avec un pouvoir révolutionnaire a priori hostile à tout ce qu'elle représentait ?

La junte militaire a tenu les rênes du pouvoir jusqu'en 1991 et force est de constater que l'Église täwahedo a relevé l'immense défi que lança cette période. D'abord attaqué et contesté, le patriarcat täwahedo a pu toutefois tr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Ancel, « L'Église orthodoxe täwahedo d'Éthiopie et la révolution », Cahiers d’études africaines [En ligne], 220 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18269

Haut de page

Auteur

Stéphane Ancel

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page