Navigation – Plan du site

La « blanchité » au miroir de l'africanité

Migrations et constructions sociales urbaines d'une assignation identitaire peu explorée (Dakar)
Hélène Quashie
p. 761-786

Résumés

La notion de « blanchité » fait l'objet de peu de recherches académiques. Elle constitue pourtant une matrice ethnicisée transnationale, mobilisée dans l'expression sociale des différences et des stigmates, qui questionne les frontières Nord-Sud. Les assignations « ethniques » ne circulant pas seulement de l'Occident vers l'Ailleurs, il apparaît pertinent d'analyser leurs constructions plurielles dans les mondes sociaux contemporains globalisés. Cet article interroge particulièrement le face-à-face « Noir-Blanc » au sein de la société urbaine dakaroise (Sénégal), à partir des mobilités universitaires nord-américaines et de l'expatriation salariale française. La notion de « blanchité » dépassant la question chromatique, l'analyse inclut les mécanismes de catégorisation et de hiérarchisation sociale que cette notion construit localement, au miroir de l'« africanité ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Enjeux sociaux des différentiels économiques
Des relations de travail cryptées
Rapports de classe et marchandage
Ambivalences de l'embourgeoisement
Immersions sociales contrariées
Quêtes d'altérité et loisirs touristiques
Les codes de la présentation de soi

Aperçu du texte

La notion de « blackness », souvent construite de manière ambivalente par rapport à celle d'« africanité », connaît aujourd'hui un écho certain sur le continent américain, dans les Caraïbes et en Afrique subsaharienne (Fouquet & Bazenguissa-Ganga 2014). Cette labellisation identitaire s'est forgée autour d'une quête d'authenticité socioculturelle et d'une ethnicité globalisée (Cunin 2006). En revanche, peu de recherches s'intéressent à la notion de « blanchité » qui traverse tout autant les sociétés évoquées et constitue une matrice sociale explicite vis-à-vis de laquelle se construisent aussi les notions de « blackness » et d'africanité. Fanon (1952) ne posait-il pas le fait d'être « noir » par rapport à celui d'être « blanc » ? La « blanchité » s'inscrit dans des logiques d'ethnicisation qui dépassent les contextes nationaux, se révèle aussi comme un stigmate dans la mobilisation sociale des différences, et trouble parfois les frontières hiérarchisées des relations Nord-Sud. Elle ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Quashie, « La « blanchité » au miroir de l'africanité », Cahiers d’études africaines [En ligne], 220 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18293

Haut de page

Auteur

Hélène Quashie

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page