Navigation – Plan du site

Cultures obligatoires, monétarisation et mobilisations sociopolitiques dans le monde rural à la fin de la colonisation

L'arrachage des caféiers du Mulera au Rwanda en octobre 1958
Florent Piton
p. 799-820

Résumés

En octobre 1958, plusieurs milliers de plants de café sont arrachés dans le Mulera au nord du Rwanda. Cet événement intervient dans un contexte de remise en cause du travail obligatoire et de suppression des corvées. En outre, une crise monétaire accentue la rancœur accumulée contre l'entretien des caféiers, alors que la pression fiscale accroit les besoins en numéraire. Derrière cet événement, on lit donc la crise du système des cultures de rente, les paysans investissant davantage dans un « système bananier » plus avantageux en termes d'apports agronomiques et monétaires. En outre, le phénomène intervient lorsqu'apparaissent les premières mobilisations politiques sur les collines, articulées autour des rassemblements claniques, et encore largement centrées sur les questions foncières. Ainsi, le mouvement d'arrachage des caféiers dans le Mulera révèle autant qu'il renforce ces mobilisations collectives paysannes en gestation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les insuffisances d'une clé de lecture ethnique de l'événement
L'agriculture de rente en question(s)
Un phénomène de réappropriation par les paysans de caféières improductives
Un phénomène de résistance au travail imposé
Crise caféicole et crise monétaire
L'émergence des mobilisations politiques sur les collines

Aperçu du texte

Si les années 1956-1958 marquent un tournant dans l'ethnicisation et la racialisation de la question sociale au Rwanda (Chrétien & Kabanda 2013 : 107-125 ; Saur 2013 : 378-418), dans le nord du pays pourtant, le recentrement des conflits sociaux et politiques autour de cette seule polarisation Hutu/Tutsi est plus tardif. D'ailleurs, le « Manifeste des Bahutu », texte fondateur des débats de cette époque, n'a été signé en mars 1957 par aucune personnalité des régions septentrionales (Nkundabagenzi 1962 : 20-29). Ce n'est qu'en 1959 que se constitue au sein du Mouvement social Muhutu puis du parti Parmehutu l'axe Gitarama-Ruhengeri, qui marque l'alliance entre les leaders du Centre et du Nord, autour d'une idéologie socio-raciale (Saur 2013 : 1075-1104). En 1958, le territoire de Ruhengeri est davantage agité par les questions foncières et lignagères, autour notamment de l'ubukonde, forme de propriété qui dominait dans la région (ibid. : 252-262 ; Hakizimana 1985 : 65-117). Plus génér...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Piton, « Cultures obligatoires, monétarisation et mobilisations sociopolitiques dans le monde rural à la fin de la colonisation », Cahiers d’études africaines [En ligne], 224 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18349

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page