Navigation – Plan du site

Nouveaux regards sur la démographie du bassin de l'Inkisi à l'époque du royaume Kongo (XVIe-XVIIIe siècles

Igor Matonda Sakala
p. 845-874

Résumés

En ayant recours aux registres baptismaux des capucins pour reconstruire la population totale du royaume Kongo, J. K. Thornton (1977) rejetait la thèse jusqu'alors retenue par, entre autres, William G. L. Randles (1968) que la population totale du royaume avait subi un déclin extraordinaire suite à la traite négrière, aux guerres civiles et aux épidémies. Thornton concluait que, contrairement aux estimations des anciens auteurs, la région autour du bassin de l'Inkisi était très peu peuplée et il resta fidèle à cette thèse dans ses travaux postérieurs. Cet article porte un nouveau regard sur ces hypothèses et argumente en faveur de la thèse ancienne d'une dépopulation exceptionnelle dans le royaume Kongo et souligne que la partie orientale du royaume, notamment le bassin de l'Inkisi, fut une région très peuplée. Nous argumentons que pour établir la population totale de ce royaume, il faut prendre en compte non seulement les données des registres de baptêmes mais aussi les estimations des chroniqueurs de l'époque, car les baptêmes en soi ne constituent pas une mesure valable dans certaines régions. De ce fait, le recalcul de la population proposé par Thornton pour le bassin de l'Inkisi et tout le royaume Kongo est contestable.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cette recherche a été financée par le « Starting Grant No. 284126 » attribué par le Conseil européen de la recherche au professeur K. Bostoen (UGent). Nous tenons à remercier J. Thornton pour ses remarques lors de la première version de l'article. Nos remerciements vont également à K. Bostoen, P. de Maret, I. Brinkman et B. Clist, membres du projet KongoKing (<www.kongoking.org>), ainsi qu'à S. Kivilu, E. Mbokolo, L. de Saint Moulin et J.-P. Dozon pour leurs contributions et remarques respectives.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les registres baptismaux des capucins : instrument pour la reconstruction de la population kongo
Les baptêmes dans les régions de l'est du royaume
L'attrait du baptême dans les provinces de Nsundi, Mpangu et Mbata
Les épidémies de peste dans l'ancien royaume Kongo
La traite négrière et les guerres civiles

Aperçu du texte

L'ancien royaume Kongo (fig. 1) figure parmi les rares structures politiques précoloniales de l'Afrique centrale documentées dès la fin du xve siècle (Jadin 1955a, b, 1964, 1968, 1975a, b, c ; Labat 1732). L'une des particularités soulignée dans les sources anciennes est la forte croissance démographique de sa population. Duarte Lopez en 1588 et Joseph Marie de Busseto en 1675 mentionnent des millions d'habitants concentrés dans les provinces orientales du royaume (Brasio 1953, vol. iii : 358 ; Cuvelier & Jadin 1954 : 166 ; Jadin 1964 : 235 ; Piazza 1976 : 104). Toutefois, les textes anciens mentionnent que, très vite, le royaume connut un dépeuplement. Dans une correspondance au roi du Portugal, datée de 1526, le roi kongo Afonso 1er (1506-1543) mentionnait un recul de la population qu'il attribuait au commerce négrier (Brásio 1952, vol. i : 470). En 1648, le capucin Jean-François de Rome notait une dépopulation causée par les guerres civiles (Bontinck 1964 : 85) puis, en 1657, il ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Matonda Sakala, « Nouveaux regards sur la démographie du bassin de l'Inkisi à l'époque du royaume Kongo (XVIe-XVIIIe siècles », Cahiers d’études africaines [En ligne], 224 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18367

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page