Navigation – Plan du site

Filmer la résistance à la colonisation

Stratégies postcoloniales de mémoire et d'oubli. À propos du scénario Samori de Sembène Ousmane
Elara Bertho
p. 875-890

Résumés

Filmer l'histoire de Samori a été le grand-œuvre de Sembène Ousmane, dont il a rêvé toute sa vie et qu'il n'a pourtant jamais réalisé. Ce scénario entièrement rédigé, qui compte plus de deux mille pages, constitue un document exceptionnel. À partir de l'étude de ce texte inédit et d'entretiens menés au Sénégal, en France et en Guinée, cet article retrace les origines du projet et ses différents remaniements. L'analyse des dialogues et du récit permet également d'éclairer la vision de l'histoire coloniale du cinéaste, et ses implications idéologiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une somme de deux mille pages : l'œuvre inachevée de toute une vie
Dialectique de mémoire et d'oubli : les enjeux contemporains du film historique
Littérarité du projet filmique : le tropisme de l'écriture chez Ousmane Sembène

Aperçu du texte

Plus de deux mille pages réparties en trois volumes élégamment reliés en cuir, et quelques exemplaires dispersés dans plusieurs capitales africaines et occidentales : voilà ce qui reste du grand rêve de Sembène Ousmane, celui de créer une vaste fresque épique sur Samori Touré, dont l'empire s'étendait à la fin du xixe siècle de la Guinée jusqu'aux frontières de la Gold Coast britannique (Ghana), en passant par le sud du Soudan français (Mali) et le nord de la Côte-d'Ivoire. Le cinéaste avait d'ailleurs déclaré à de nombreuses reprises : « Si je meurs sans avoir réalisé Samori, je vous autorise à écrire qu'Ousmane Sembène a raté sa vie », et il s'était, en effet, consacré pendant plus de vingt ans, de 1962 à 1985, à l'écriture de son scénario, qui avait fini par prendre des proportions considérables. Depuis sa mort en 2007, les commémorations et les hommages se multiplient (Africultures [Barlet & Dia 2009], Présence francophone [Gadjigo & Niang 2008], Études Littéraires Africaines [2...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elara Bertho, « Filmer la résistance à la colonisation », Cahiers d’études africaines [En ligne], 224 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18379

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page