Navigation – Plan du site
De l’art (d’être) contemporain

« Hot commodity ! »

Comment l'art africain travaille à être contemporain
Cédric Vincent
p. 459-478

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

En guise de repères
De l'art de (se) faire artiste

Aperçu du texte

Aujourd'hui l'« art contemporain africain » est une « hot commodity », selon l'expression d'un collectionneur rencontré lors d'un vernissage — étranger au domaine, mais observateur de tendances. C'est que l'intéressé n'avait pas manqué de repérer la place faite à l'Afrique dans les récentes foires d'art contemporain : 1:54 (54 pour le nombre de pays d'Afrique), événement qui, depuis 2013, s'articule à la Frieze Art Fair ; Art Dubaï, qui, en 2013 également, a consacré son programme Marker à des projets d'artistes de cinq pays du continent ; l'Armory Show de New York, qui a présenté en 2016 une section African Perspectives. Du côté des institutions muséales, on note une volonté des conservateurs de repenser les paramètres du canon historique, lequel a longtemps rejeté les pratiques artistiques modernistes africaines comme étant dérivatives de l'art européen. La Tate Modern de Londres, pour sa part, a lancé un programme visant à élargir ses collections afin d'y inclure les arts africai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Vincent, « « Hot commodity ! » », Cahiers d’études africaines [En ligne], 223 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18422

Haut de page

Auteur

Cédric Vincent

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page