Navigation – Plan du site
De l’art (d’être) contemporain

La prise du dessin par Bruly Bouabré ou le prophétisme retrouvé

The Taking of Art by Bruly Bouabré or Prophecy Rediscovered
Cédric Vincent
p. 517-538

Résumés

Frédéric Bruly Bouabré est sans conteste l'un des artistes contemporains basés en Afrique parmi les plus emblématiques de ces vingt dernières années. Surgit de nulle part lors de Magiciens de la terre (1989), son œuvre dessinée est, depuis, insérée dans les expositions internationales et les arcanes du marché. Son travail reste cependant controversé. En cause : son parcours que certains apparentent à celui d'un artiste brut, dans lequel transparaît le thème de l'« artiste inventé par décret », et satisfaisant une vision exotique et naïve de l'Afrique. Ces opérations, aussi intéressantes soient-elles à décrire, perdent de vue un composant essentiel qui a été absorbé par sa réussite artistique. Car Bouabré se présente aussi comme un prophète du paysage ivoirien. Cet article propose non seulement de faire pleinement entrer son entreprise prophétique dans le cadre de son activité artistique, mais aussi de montrer en quoi son passage à l'art en a revivifié l'expression moribonde.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un culte solaire
L'échec du prophétisme
Deux récits en concurrence
Le cadre de la série
Travailler dans le cadre de la série
Dessins : période Darling et période CAAC
L'écriture divine
Prophétisme retrouvé

Aperçu du texte

Frédéric Bruly Bouabré doit sa notoriété au moins autant à sa prolifique production graphique — de petits dessins figuratifs et légendés, souvent décrits comme des sortes de cartes de tarot — qu'aux circonstances de son entrée dans l'art. Il avait près de 70 ans lorsqu'André Magnin, en prospection pour l'exposition Magiciens de la terre (Centre Pompidou et Halle de la Villette, Paris, 1989) dénicha à Abidjan les dessins de cet intrigant personnage. C'était en avril 1988. Dès lors les présentations de son travail se sont multipliées de par le monde (Îles Canaries, Suisse, Allemagne, New York, Londres, Tokyo, Paris, São Paulo, Sydney, Moscou, Dakar, Johannesburg, etc.) dans des expositions collectives et personnelles. À ma connaissance, il est le seul artiste à avoir été doté de la souplesse suffisante pour à la fois figurer dans des collections d'art brut et être présenté comme un artiste conceptuel.

Prononcer son nom revient à actualiser un pan de l'histoire récente de l'art lié aux ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Vincent, « La prise du dessin par Bruly Bouabré ou le prophétisme retrouvé », Cahiers d’études africaines [En ligne], 223 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18448

Haut de page

Auteur

Cédric Vincent

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page