Navigation – Plan du site
De l’art (d’être) contemporain

Ochuo, du bidonville au cube blanc

Géographie d'une rencontre globale
Ochuo, from Slum to White Cube. Geography of a Global Encounter
Olivier Marcel
p. 539-558

Résumés

Les projets artistiques transculturels « nord-sud », parangons de la coopération culturelle occidentale en Afrique, constituent un terrain privilégié pour observer les conditions de participation du continent à un champ globalisé d'activité et saisir les reconfigurations de ses imaginaires spatiaux. Cet article propose une lecture multi-située des échanges et controverses d'un projet artistique associant l'Allemagne, le Kenya et l'Autriche. Il retrace les discours situés et les projets de mobilité d'acteurs, de l'élaboration d'une œuvre d'art dans le bidonville de Kibera jusqu'à sa circulation dans les réseaux de l'art contemporain. Loin de réifier les positions entre le « local » et le « cosmopolitain », ou entre la ruralité encore prégnante et la connectivité d'une ville mondialisée, cette étude témoigne d'une coalisation d'intérêts parfois contraires où s'articulent subtilement hiérarchies et tactiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L'art contemporain rencontre Ochuo
Sam Hopkins et sa périphérie créative
Une circulation faite de rencontres
Les imaginaires spatiaux des réincarnations d'Ochuo
Un triple jeu d'échelles
Mobilité et traduction

Aperçu du texte

D'octobre 2012 à janvier 2013, le centre d'art autrichien Kunsthaus Bregenz (kub Arena) a exposé une œuvre consacrée à un habitant du bidonville de Kibera : « Ochuo's Funeral », par Kevin Irungu et Sam Hopkins. Cette œuvre, dont le fondement idéologique est d'articuler l'antimonde de la ville africaine (Houssay-Holzschuch 2006) à l'un des hauts-lieux de la mondialisation, est exemplaire de la coopération culturelle occidentale en Afrique, tout autant qu'une figure de réussite. À ce titre, elle rend particulièrement bien compte de la transnationalisation du champ de l'art contemporain et des interactions réciproques qu'elle suscite. Comme le scande son sigle et son architecture, le kub Arena est représentatif de « l'idéologie du cube blanc » (O'Doherty 1999). Paradigme dominant de la muséographie contemporaine, le cube blanc confine l'œuvre entre des murs immaculés et le disjoint du contexte géographique où elle naît, et cela même lorsque ses auteurs revendiquent le caractère « conte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Marcel, « Ochuo, du bidonville au cube blanc », Cahiers d’études africaines [En ligne], 223 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18457

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page