Navigation – Plan du site
De l’art (d’être) contemporain

La Passion, noire et animiste, selon Brett Bailey

Une expérience et une re-connaissance critique d'Exhibit B
Black and Animist Passion According to Brett Bailey. An Experience and Critical Re-exploration of Exhibit B
Marc Maire
p. 607-636

Résumés

Cet article débute par une description de l'installation-performance Exhibit B de l'artiste sud-africain Brett Bailey, inspirée du phénomène des zoos humains et produite pour la première fois en juillet 2013 au Festival d'Avignon (France). Puis il relate l'expérience de cette œuvre selon la posture interdisciplinaire d'un conservateur-restaurateur de biens culturels, en re-connaissance de propriétés artistiques qui s'avèrent bouleverser les paradigmes artistiques tout en revêtant un intérêt didactique de premier plan. En effet, le processus intermédial mis en œuvre interroge les genre et intention artistiques exportés vers une Europe encore autiste de son passé colonial le plus effroyable, par un jeune metteur en scène d'origine afrikaans, aujourd'hui citoyen d'une nation arc-en-ciel post-apartheid. En outre, les procédés mobilisés par l'artiste redistribuent les rôles de l'auteur, de l'interprète et du spectateur/voyeur, au point de déclencher passions et controverses.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des mansions
Un chemin de croix
Des regards croisés
Une intersubjectivité tripartite
Une ontologie d'Exhibit B
Exhibit B controversée
Exhibit B ou la violence symbolique à l'œuvre

Aperçu du texte

Deuxième volet d'une trilogie, Exhibit B réfère de prime abord à l'histoire et au modèle des zoos humains qui ont largement contribué à la mutation d'un « raciologisme » scientifique en un racisme populaire (Reiss 2004 : 30), propagé par ces exhibitions comme d'autres genres connexes dans toute l'Europe, aux États-Unis et au Japon, et qui ont drainé des dizaines de millions de visiteurs à partir du début du xix e siècle jusqu'en 1958, date de l'Exposition universelle de Bruxelles. On pouvait y découvrir des « êtres » exotiques importés des colonies et mis en scène dans des cages ou des parcs aux côtés de bêtes sauvages, comme des objets stéréotypes de propagande impériale devant alimenter l'imaginaire blanc de l'Autre et servir de surcroît à la construction d'une identité occidentale notamment établie par sa supériorité sur celles du reste du monde.

Mais au-delà de cette affirmation de l'artiste, en fondement introductif quasi exclusif de son intention et diffusée avec récurrence te...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Maire, « La Passion, noire et animiste, selon Brett Bailey », Cahiers d’études africaines [En ligne], 223 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18500

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page