Navigation – Plan du site
De l’art (d’être) contemporain

L'atelier d'El Anatsui

La liberté, la matière et la sociabilité
Anatsui's Studio. Freedom, Substance and Sociability
Stéphanie Vergnaud
p. 713-724

Résumés

Nous assistons depuis quelques années à un regain d'intérêt pour la relation entre l'artiste et son atelier. Celui d'El Anatsui a notamment fait l'objet d'un documentaire de la part de l'anthropologue et cinéaste Susan Vogel et d'un reportage du magazine Art21. Cet article propose une immersion dans l'atelier d'El Anatsui afin d'en comprendre les spécificités et d'examiner les incidences réciproques entre le lieu de production et l'œuvre d'art. Conçu principalement comme un lieu de travail et un espace de liberté, l'accroissement de l'activité depuis les années 2000 et la complexité des sculptures en métal ont fait de ce lieu un espace de sociabilité. Entouré d'une équipe de plus en plus importante, El Anatsui est devenu un chef d'orchestre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Au cœur de l'atelier
Un lieu où l'objet d'art est « œuvré »
Un lieu où « le savoir social se transforme en art »

Aperçu du texte

Le 9 mai 2015, l'artiste ghanéen El Anatsui a reçu le prestigieux Lion d'Or de la Biennale de Venise, organisée par le commissaire nigérian Okwui Enwezor. Connu surtout pour ses immenses sculptures réalisées à partir de bouchons de bouteilles, qui font partie des collections permanentes des plus grands musées du monde, El Anatsui n'a jamais quitté l'Afrique plus de quelques semaines. Le cœur de sa création, son atelier, demeure dans son pays d'adoption, le Nigeria. « Je me sens honoré par cette récompense. Je pensais qu'il me faudrait encore des années pour y prétendre. C'est vraiment une surprise pour moi. Je suis fier pour les artistes africains et plus précisément pour les deux pays qui sont au cœur de ma vie : le Ghana où je suis né et le Nigeria où je travaille », a-t-il déclaré lors de la remise du Lion d'Or.

Il semble que l'étude des modalités de création des œuvres soit l'étape préalable à toute tentative de compréhension de leur sens. À partir d'observations menées au sein d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Vergnaud, « L'atelier d'El Anatsui », Cahiers d’études africaines [En ligne], 223 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18555

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page