Navigation – Plan du site
Hétérotopie entrepreunariale

L’Angola, un Eldorado pour la jeunesse portugaise ?

Mondes imaginés et expériences de la mobilité dans l’espace lusophone
Angola : An Eldorado for the Portuguese Youth ? Imagined Worlds and Mobility Experiences in the Lusophone World
Irène Dos Santos
p. 29-52

Résumés

Depuis la fin de la guerre civile angolaise, en 2002, les flux migratoires de Portugais à destination de cette ancienne colonie africaine ont beaucoup augmenté. Qui sont précisément ces Portugais qui décident de partir travailler en Angola et quelles sont leurs motivations ? Quelles aspirations et quels imaginaires fondent leurs mobilités ? Quelles ressources économiques, sociales, culturelles, identitaires, voire mémorielles sont mobilisées dans ces parcours ? Quel sens donnent-ils aux lieux et aux espaces où ils se déplacent et à leurs propres expériences du déplacement ? Cet article interroge l’articulation entre les notions de subjectivités migrantes et celles de mémoires familiales et de liens intergénérationnels dans le cadre de migrations européennes vers l’Afrique, historiquement associées aux empires coloniaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Portrait (1) : Nuno, ingénieur civil architecte, en Angola depuis 2006
Portrait (2) : António, entrepreneur devenu luso-angolais
Portrait (3) : Joana, consultante financier en entreprise, « expatriée » temporaire depuis 2012
Mobilités économiques des jeunes Portugais diplômés vers l’Angola : pas des subalternes !
Continuités et ruptures post-coloniales : quelle place pour les Portugais en Afrique ?
« Retour » en Afrique et circulation dans l’espace lusophone

Aperçu du texte

À partir des années 2000 les flux migratoires portugais vers l’Angola ont progressivement augmenté : environ 115 000 « Portugais » y seraient aujourd’hui installés selon l’Observatoire portugais de l’émigration. Ils y constitueraient la troisième population étrangère après les Chinois et les Brésiliens. Troisième puissance économique d’Afrique subsaharienne, le pays « séduirait » les Portugais, participant à ce mouvement d’« Européens qui émigrent en Afrique » : « Accablés par la crise économique et la dégradation de leurs conditions de vie, de plus en plus de citoyens grecs, espagnols ou portugais fuient vers le Sud ». Cette immigration économique dans l’ancienne colonie est considérée comme une « ironie de l’histoire », mais la situation est plus complexe qu’il n’y paraît : si cette mobilité renvoie à l’image de ces jeunes diplômés portugais sans emploi contraints d’émigrer vers une ex-colonie pour trouver du travail, dans les faits elle concerne surtout des « expatriés » originai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Dos Santos, « L’Angola, un Eldorado pour la jeunesse portugaise ? », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18891

Haut de page

Auteur

Irène Dos Santos

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, équipe Centre Edgar Morin, EHESS, CNRS, Paris ; Centro em Rede de Investigação em Antropologia, Faculdade de Ciências Sociais, Universidade Nova de Lisboa, Lisbonne.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page