Navigation – Plan du site
Mobilités de l’amour

Femmes blanches en Afrique subsaharienne

De la coopération internationale à la mixité conjugale
White Women in Sub-Saharan Africa : From International Cooperation to Mixed Marriages
Karine Geoffrion
p. 127-152

Résumés

Les couples transnationaux composés d’un individu originaire d’un pays du Nord et d’un individu originaire d’un pays du Sud font l’objet de critiques sociales, tant dans les médias populaires que dans la littérature scientifique sur le tourisme sexuel. Les partenaires sont souvent figés dans les stéréotypes du bourreau (du cœur) et de la victime. Or, si ces couples présentent effectivement des rapports de force inégaux — par rapport à la classe, la race et la nationalité —, mettre l’accent sur le contexte (affectif) de la rencontre amoureuse permet de complexifier la représentation de ces couples. En se basant sur les récits de parcours amoureux de treize jeunes femmes canadiennes qui ont rencontré, puis épousé, un homme « local » lors d’un séjour de longue durée en Afrique subsaharienne, cet article explore l’expérience vécue d’attachement et d’intégration de ces femmes « à leur place » en Afrique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le stéréotype de « Lovely Laura » : contrastes et similitudes
Stages en coopération internationale : profils des participantes
« Women out-of-place » ? L’arrivée des femmes en terrain africain
La « belle parole de l’Africain » : lune de miel africaine
Classe et authenticité amoureuse
Couple et intégration locale
Tensions dans le couple : déni, honte et sublimation de la relation conjugale
Amours impossibles ?

Aperçu du texte

« Tout le monde veut te marier. Tout le monde veut ton numéro de téléphone. Tout le monde veut sortir avec toi. Tout le monde te drague. Il n’y a pas de critère : que tu sois belle, grosse, avec de l’acné, mince, moyenne, courte, n’importe quoi ; tu fais sensation si tu es blanche en Afrique. Alors oui, j’étais très sollicitée par toutes sortes de gars, de toutes sortes de milieux » (Anne, Canadienne âgée de 24 ans lors de son stage de coopération internationale au Burkina Faso, depuis mariée à un Burkinabé immigré au Canada).

Un article du quotidien canadien La Presse du 30 décembre 2013 illustrait le cas d’une institutrice canadienne de 65 ans tombée amoureuse d’un jeune cubain de 29 ans, gardien de sécurité dans un hôtel, lequel l’a épousée, selon la journaliste, uniquement dans le but d’obtenir un visa canadien (Duchaine 2013). Cet article cristallise à la fois le climat de méfiance qui règne au Canada face aux étrangers venant d’un pays du Sud et les stéréotypes qui caractérisen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Geoffrion, « Femmes blanches en Afrique subsaharienne », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18933

Haut de page

Auteur

Karine Geoffrion

Département d’anthropologie, Université de Montréal, Montréal ; Department of Anthropology and Sociology, University of Cape Coast, Cape Coast

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page