Navigation – Plan du site
L’ombre de l’Éducateur : institution scolaire et mission civilisatrice ?

Une cage dorée en situation postcoloniale

Institution scolaire et présence française dans l’Algérie contemporaine
A Postcolonial Golden Cage. Schooling and French Presence in Contemporary Algeria
Giulia Fabbiano
p. 175-198

Résumés

La présence française en Algérie s’inscrit dans une histoire longue, scandée par la fin de la domination coloniale (1962), le temps de la coopération (1962-1979) et la guerre civile (1991-1999). À la fin du xxe siècle, presque plus rien ne semble en effet rester de ce « temps de la France » (« waqt França »), pourtant si profondément enraciné et si obsessionnellement contemporain qu’il ne cesse de travailler, à toutes ses échelles, la société algérienne et ses imaginaires. Au début des années 2000, la sortie de la violence et le développement d’une économie d’empreinte libérale inaugurent toutefois une nouvelle période dans les mobilités de la France vers l’Algérie ainsi que dans le rapprochement diplomatique des deux pays. L’ouverture en 2002 du Lycée international Alexandre Dumas (LIAD) en est un des exemples les plus saillants. En tant que microcosme complexe en mesure de renseigner sur la présence française en Algérie, sa diversité et ses ambivalences postcoloniales, l’institution scolaire se pose ainsi comme un site d’observation privilégié. Censé contribuer à l’apaisement des relations entre la France et l’Algérie, l’établissement est traversé par des dynamiques complexes et imbriquées (statutaires, nationales et ethniques) qui mobilisent le passé colonial, tout en en montrant les aménagements décalés, les ruptures et les points aveugles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie
Du Lycée français de Ben Aknoun au Lycée international Alexandre Dumas
Une bulle hétérotopique
« Ce sont des expatriés qui ne sont pas des expatriés comme on pourrait se les représenter », ou du statut et de l’habitus
La face cachée du statut
Par-delà la nationalité, l’ethnicité : ou de la performance des origines

Aperçu du texte

La présence française en Algérie s’inscrit dans une histoire longue, scandée par la fin de la domination coloniale (1962), le temps de la coopération (1962-1979) et la guerre civile (1991-1999). Au milieu des années 1990, le nombre déjà exigu de nationaux installés dans la période postindépendance connaît une diminution radicale. Les vagues de départ des Français qui fuient la violence et l’insécurité s’accompagnent par ailleurs de la fermeture de l’institution scolaire — le Lycée français de Ben Aknoun — en 1994 et de la suspension, la même année, des liaisons aériennes d’Air France, en réponse aux deux attentats les ayant visés. À la fin du XXe siècle, presque plus rien ne semble en effet rester de ce « temps de la France » (« waqt França »), pourtant si profondément enraciné et si obsessionnellement contemporain qu’il ne cesse de travailler, à toutes ses échelles, la société algérienne et ses imaginaires. Aujourd’hui, les « roumis », presque totalement absents il y a vingt ans, s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giulia Fabbiano, « Une cage dorée en situation postcoloniale », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 22 août 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18949

Haut de page

Auteur

Giulia Fabbiano

Aix-Marseille Université, CNRS, UMR 7307 IDEMEC, LabexMed ; Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page