Navigation – Plan du site
L’ombre de l’Éducateur : institution scolaire et mission civilisatrice ?

Pratiques de scolarisation de jeunes Français au Sénégal

La construction de l’excellence par le pays des « ancêtres »
Schooling Practices of Young French in Senegal. The Construction of Excellence by the Land of Ancestors
Hamidou Dia
p. 199-218

Résumés

Ce texte traite des pratiques transnationales de scolarisation dans leur pays d’origine d’enfants d’immigrants sénégalais en France. Ouvriers et employés pour la plupart, établis dans les quartiers populaires confrontés à des difficultés multiformes, ils voient leurs enfants inscrits dans les écoles françaises s’engager dans des processus d’échec. Certains parents envoient alors leurs enfants dans des établissements d’enseignement secondaire au Sénégal, à la fois pour les préserver d’un environnement peu favorable aux études, ensuite pour créer en leur faveur les conditions d’un engagement dans des dynamiques de réussite scolaire et sociale. Le détour par le pays d’origine fonctionne alors comme la recherche d’une excellence.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Attentes éducatives de familles immigrantes : de l’ambition de mobilité sociale à l’expérience de l’échec scolaire
L’expérimentation d’une mobilité scolaire : processus décisionnels
Mobilisation des réseaux et choix des établissements
Les effets scolaires et professionnels du détour par le pays d’origine

Aperçu du texte

Les chercheurs en sciences sociales s’intéressent depuis plusieurs décennies à l’échec scolaire des enfants d’immigrants en France (Vallet & Caille 1996 ; Brinbaum & Kieffer 2009 ; Ichou 2013). Cependant des travaux récents nuancent le constat d’échec : les parcours et les positions scolaires sont très hétérogènes ; les filles réussissent davantage que les garçons ; à caractéristiques sociales et familiales similaires, ces élèves et leurs condisciples issus de la population dite « majoritaire », c’est-à-dire « ni immigrée ni issue de l’immigration », partagent une même condition scolaire globale, notamment face à l’obtention du baccalauréat (Brinbaum, Moguérou & Primon 2012). Il n’en demeure pas moins que l’expérience majoritaire est celle de l’échec.

C’est notamment le cas pour des élèves français nés de parents sénégalais. Certes, l’immigration sénégalaise en France est plurielle du fait d’une présence ancienne remontant au moins à la Première Guerre mondiale : les différentes arri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hamidou Dia, « Pratiques de scolarisation de jeunes Français au Sénégal », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18955

Haut de page

Auteur

Hamidou Dia

Centre Population Développement, IRD, Paris.

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page