Navigation – Plan du site
L’ombre de l’Éducateur : institution scolaire et mission civilisatrice ?

Triangulating between Church, State, and Postcolony

Coopérants in Independent West Africa
Triangulation entre Église, État et postcolonie : les coopérants dans l’Afrique de l’Ouest indépendante
Rachel Kantrowitz
p. 219-242

Résumés

Après la décolonisation, les coopérants sont allés en Afrique de l’Ouest pour y enseigner sous l’égide de la Coopération, un programme français de développement. L’investissement français dans le domaine de l’éducation — profondément lié à celui de la culture — montre comment les liens ont été resserrés entre la France et l’Afrique de l’Ouest au moment où beaucoup parlaient de les rompre, ou du moins de les desserrer. Si les chercheurs ont souvent étudié les relations franco-africaines à travers une approche diplomatique ou officielle, cet article démontre comment ces relations étaient produites par les négociations quotidiennes entre coopérants, enseignants locaux, clergé, et organisations catholiques, autant qu’elles étaient influencées par les décisions des gouvernements français et africains. Les coopérants ont joué plusieurs rôles : ils ont été la monnaie d’échange d’une nouvelle culture française technocratique, des représentants religieux de l’Église, des experts putatifs, et des enseignants indispensables dans des pays qui n’avaient pas assez d’enseignants locaux. Le tournant pris par les enjeux des relations franco-africaines et l’histoire à grande échelle des écoles catholiques missionnaires dans l’Afrique de l’Ouest une fois traduits par le biais des coopérants — autant les catholiques que les non catholiques — aboutissent à une constante triangulation entre l’Église, l’État Français, et la postcolonie. Le cas des coopérants explique comment la présence française à l’étranger après la décolonisation est liée à celle de l’Église, même dans les pays majoritairement musulmans et multi religieux comme le Sénégal et le Dahomey. L’engagement français et la présence des coopérants ont eu des conséquences importantes concernant l’éducation dans la région. Le fait que le français demeure la langue officielle de l’enseignement et la place importante qu’un grand nombre des établissements auparavant financés par la Coopération ont gardé aujourd’hui en sont les meilleures preuves.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

The Origins of Cooperation
French Cultural Currency
“Very Technical Assistants”
“Good Youth of Value”
Representatives of the Church
“An Essential Element” or “A Dangerous Complicity?”
Reconfiguring Franco-African Relations

Aperçu du texte

Father Marguet left France on May 4, 1970 to spend twelve weeks in Francophone West Africa. He went to cities and small towns to visit French nationals teaching in West African Catholic schools. Though Father Marguet’s trip occurred ten years after West African countries gained political independence, the number of French nationals teaching in the region had continued to increase. Known as coopérants, these recent high school and university graduates worked for the French government under the French development program called Cooperation.

Examining the role of coopérants in West Africa brings into focus both continuities and ruptures from the colonial to the independence period. It also illustrates how a range of actors deepened ties between France and West African countries at the very moment when many officials, both French and African, spoke of severing or loosening them. Recent work has begun to demonstrate the significance of Cooperation and coopérants. These studies, however, c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Kantrowitz, « Triangulating between Church, State, and Postcolony », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18964

Haut de page

Auteur

Rachel Kantrowitz

Department of Education, Brown University, Providence, RI, États-Unis

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page