Navigation – Plan du site
Rapport colonial : continuités et bifurcations

L’« élu » et le « kipanda cha Muzungu » (« morceau de Blanc »)

Quête de réussite et parcours identitaires des Italiens au Congo belge
The “Elected” and the “kipanda cha Muzungu” (“Piece of the White Man”). The Search for Affirmation and the Construction of Identity among Italians in the Belgian Congo
Rosario Giordano
Traduction de Dominique Rapin
p. 317-342

Résumés

Les débuts de l’immigration européenne au Congo belge, initiés par des individus appartenant aux classes populaires et à la petite bourgeoisie, se situent dès les premières décennies du XXe siècle. Poussés par l’appât du gain et par l’esprit d’aventure, Belges, Italiens, Grecs, Portugais, mais aussi Anglais, Américains, Allemands, sont attirés par les possibilités de travail offertes dans la région minière du Katanga. Le Kivu, région de grandes plantations, devint le terrain privilégié d’une forme d’immigration élitaire. Le rôle des Européens au Congo est étroitement lié aux spécificités structurelles du colonialisme belge, expression d’un pouvoir dominateur articulé sur le rapport État/grandes sociétés/missions, s’opposant à l’intensification du phénomène migratoire et donc à la mobilité sociale. La condition de marginalité assignée aux communautés européennes leur confère un rôle spécifique dans la société coloniale. Le retard de l’historiographie a laissé cet aspect inexploré pendant longtemps.

Haut de page

Note de la rédaction

Traduit de l’italien par Dominique Rapin (Università della Calabria).

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La période de l’État Indépendant du Congo (ÉIC)
Le Kivu : « la colonie des élus »
Petits Blancs du Katanga
Modernité et développement : le vécu et la perception inversée Nord-Sud
Colons, migrants, citoyens du monde : quelques questions conclusives

Aperçu du texte

Dans la phase d’installation des structures de l’État indépendant du Congo (1885-1908), les rapports politiques consolidés entre l’Italie et Léopold ii constituèrent les prémices de l’embauche des Italiens dans des secteurs variés de l’administration. Au début du xxe siècle, la présence italienne devint importante tant du point de vue qualitatif que quantitatif : des magistrats, des médecins, des vétérinaires, des agronomes, des techniciens et des ingénieurs, mais surtout des militaires qui s’étaient mis au service de la Force publique, formaient la seconde collectivité européenne et occupaient souvent des postes-clés dans la hiérarchie, à tel point que cette période a été définie comme « l’époque des Italiens » (Diana 1961 : 7).

Dès les premières années de sa constitution, le Congo belge (1908-1960) devint terre d’une immigration internationale grâce à l’initiative autonome d’individus appartenant à la petite bourgeoisie et aux classes populaires. Poussés par l’appât du gain et par ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rosario Giordano, « L’« élu » et le « kipanda cha Muzungu » (« morceau de Blanc ») », Cahiers d’études africaines [En ligne], 221-222 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/18993

Haut de page

Auteur

Rosario Giordano

Dipartimento di Studi Umanistici, Università della Calabria, Campus di Arcavacata (CS), Italie.

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page